Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
La formation dans les armées: décryptage d’un système modèle
Par le Chef d’escadron Augustin OTTAVI
Image
Alors même que le système éducatif, pourtant décrété priorité nationale, semble peiner à faire sortir la France de ses difficultés, les armées déploient un système de formation qui pourrait faire figure d’exemple et qui mérite d’être préservé malgré la forte pression budgétaire actuelle.
Séparateur
Civisme et civilité: contrainte sociale et conformisme
Par Madame Françoise Thibaut
Image
Le concept de destruction positive émis par les économistes du Nouveau Monde il y a près de 30 ans n’est toujours pas compris, ni utilisé en France. Il consiste, avec simplicité et des objectifs précis à 5, 10 et 20 ans, à balayer toutes les anciennes structures bloquantes, même si elles ont fait la fortune du pays il y a un siècle, ou en 1946 ou en 1958, et à leur substituer des outils de gestion fluides, propres à redémarrer l’économie dans le contexte contemporain, financer le social, assainir le travail en le coordonnant avec les formations, sans inflation et sans préjugés, partisans, raciaux ou doctrinaux.
Séparateur
La réforme des Forces Armées Royales Khmères, FARK
Par le colonel PHA
Image
L’auteur : officier d’active, de l’armée de terre cambodgienne, le colonel PHA sert dans l’Etat-major du Commandement en Chef des Forces Armées Royales Khmères depuis la sortie des écoles des officiers d’actives. Il est stagiaire de la 21ème promotion de l’école de guerre. Le syndrome de "l’armée mexicaine" caractérise-t-il aujourd’hui l’armée cambodgienne actuelle ? La genèse et la problématique L’organisation de l’Armée royale khmère a été initialement définie par la convention militaire franco-cambodgienne du 20 novembre 1946. Dès que l’indépendance fut accordée, le 09 novembre 1953, le Royaume du Cambodge se dota de sa propre armée : les Forces Armées Royales Khmères (FARK).
Séparateur
Armée de Terre et amphibie : des capacités à développer
Par le CNE JACQMIN Bertrand
Image
La population mondiale vit à 70% sur une bande littorale de 200 Km. Cette population représentant l’un des enjeux des conflits armés, il apparaît indispensable de faire le point sur les capacités de l’armée de Terre à participer à des opérations amphibies qui permettent, dans un cadre interarmées et interallié, de projeter un volume de force conséquent à partir des eaux internationales sur un centre de gravité de cette bande littorale. Sommes-nous suffisamment préparés à cette forme d’opérations ? La France possédant la 2ème plus grande zone économique exclusive, dans quelle mesure l’armée de Terre doit-elle développer ses capacités amphibies? Dans le contexte actuel de redéfinition de la stratégie de Défense, il peut être utile de se pencher sur ce mode opérationnel historique. Une réelle marge de progrès existe pour l’armée de Terre qui a un rôle important à jouer dans la maritimisation. Mais les choix qui seront faits, en particulier dans le domaine du positionnement à la mer, ne devront pas remettre en question le pré-positionnement d’unités outre-mer et à l’étranger.
Séparateur
Les SIC et les principes de la guerre
Par le CBA LARA Matthieu
Image
Les systèmes d’information et decommunication (SIC) sont indispensables à tous les engagements modernes. Toutefois,les SIC ne sont pas pour autant exempts de dérives dans leur emploi au plantactique. Sources d’illusion et en proie à des vulnérabilités certaines, ils n’assurent pas nécessairement les conditions de la victoire. Surtout, les technologies de l’information doivent rester au service de l’homme et non l’inverse.
Séparateur