Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Entre acculturation et compromission, quels repères pour le chef militaire en opération?
Par le Chef de bataillon Tugdual BARBARIN
Image
Les forces françaises sont parfois accusées de déférence excessive envers l’Islam au motif que, sous prétexte d’acculturation, les chefs sur le terrain versent dans la compromission. Cet article propose une approche qui pourrait permettre au chef militaire sur le terrain de discerner une attitude à la fois adaptée à son environnement et conforme à sa mission et ses convictions.
Séparateur
L’errance de la pensée militaire française
Par le Chef de bataillon de La ROQUE
Image
Le rôle des idées et des représentations dans l’action, qu’elles soient politiques ou militaires, et plus globalement dans les politiques de défense et de sécurité est essentiel. Pourtant, dans le monde de l’après-guerre froide, la pensée militaire en Europe ne joue plus les premiers rôles. La disparition de l’ennemi à la suite de l’effondrement de l’empire communiste obtenu sans bataille, met à mal la pertinence de la pensée stratégique classique, compte tenu de la dissymétrie existant entre les capacités militaires de la superpuissance et celles de ses adversaires possibles. Avec l’absence relative de guerres et de conflits armés majeurs entre Etats, la prévention des crises procède désormais d’une approche large des problèmes internationaux, dont les domaines d’action sont de nature diplomatique, juridique, humanitaire tout autant que militaire. Dans un tel contexte, la stratégie militaire se voit ainsi absorbée par une stratégie plus « globale » dans laquelle les flux politiques, culturels et économiques jouent un rôle grandissant.
Séparateur
Quelle place pour le dispositif de coopération militaire français en Afrique ? Un outil à la hauteur des enjeux ?
Par le CNE Antoine BRUNET d’EVRY
Image
Si l’avantage pour la France de maintenir une présence militaire en Afrique n’est plus à démontrer, force est de constater que la disette budgétaire actuelle risque de relancer la réflexion sur le maintien d’un tel dispositif à l’étranger. Il importe alors de mettre en perspective l’impact stratégique qu’il produit au regard de la faiblesse relative de son poids financier, sans oublier sa capacité à identifier des financements alternatifs. Cependant, au-delà du volet « sécurité et défense », le véritable facteur de réussite de cette renaissance africaine est avant tout politique. Il réside dans sa capacité à finaliser sa mutation démocratique afin d’être au rendez-vous de l’histoire.
Séparateur
L’innovation comme levier amplificateur de victoire : le cas du corps d’armée sous le Premier Empire
Par le CBA Eric TALLEU
Image
Quel est le point commun entre la bataille de Sadowa en 1866 et la campagne de France de 1940 ? Ces deux batailles distinctes de soixante-dix ans, se sont conclues par des victoires d’une ampleur inattendue, victoires qui reposent avant tout sur une supériorité relative découlant de l’exploitation d’une innovation. Cette innovation, qui peut être matérielle (fusil se chargeant par la culasse à Sadowa) ou doctrinale (blitzkrieg) procure un avantage décisif sur l’adversaire du moment. Cet axiome se vérifie-t-il lors des éclatantes victoires de Napoléon entre 1805 et 1809 ? Si ces victoires ont été facilitées par l’émergence de chefs illustres et l’arrivée à pleine maturité d’une armée de vétérans forgée lors des guerres révolutionnaires, c’est l’innovation doctrinale reposant sur la création des corps d’armée qui a permis de transformer un avantage relatif en avantage absolu.
Séparateur
Les postes isolés : un mode d’action efficace en contre-guérilla ?
Par DESTIA
Image
Engagé dans la province de Kapisa (Afghanistan) depuis le mois de juillet 2008, le Groupement tactique 700 hommes armé par les forces françaises est déployé dans son intégralité sur deux postes ou Forward Operational Base (FOB). Ce concept de FOB est le principe présidant à l’organisation du déploiement tactique des forces de l’ISAF ou de l’Opération Enduring Freedom (OEF) en Afghanistan. Il consiste en l’installation des unités dans des bases isolées, très sécurisées et à partir desquelles se conduisent les opérations (patrouilles, opérations de plus grande ampleur). Ce n’est pas sans rappeler la notion de « poste isolé » déjà utilisée, notamment lors des campagnes d’Indochine et d’Algérie.
Séparateur