Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Ludendorff, premier quartier maître général, ou Clausewitz trahi par les siens
Par le Lieutenant-colonel CLAUDE FRANC
Image
Pour Clausewitz, la seule raison d’être de la guerre et son seul but relèvent du domaine politique. Jusqu’en 1916, la doctrine prussienne, puis allemande, sera totalement imprégnée de la pensée clausewitzienne. Tout change avec l’accession du tandem Hindenburg – Ludendorff au commandement suprême : si le pouvoir civil et le commandement militaire sont alors égaux en droit, rapidement Ludendorff, agacé par les vues différentes du pouvoir civil, va, avec l’assentiment du Kaiser, s’approprier les prérogatives du pouvoir civil et placer celui-ci en situation de subordination au GQG. Cette dérive conduit à des prises de décisions indiscutées et néfastes pour l’Allemagne. Paradoxalement, en France, à la même époque, le pouvoir civil réaffirme sa primauté sur le haut commandement, en plein accord avec les thèses clauzwitziennes.
Séparateur
Paul-Gédéon Joly de Maizeroy (1719-1780)
Par monsieur Thierry WIDEMANN
Image
Entré dans l’armée à l’âge de quinze ans, Joly de Maizeroy participa aux campagnes de Bohème et de Flandre sous le maréchal de Saxe. Il se distingua au siège de Namur, aux batailles de Raucoux et de Lawfeld. C’est avec le grade de lieutenant-colonel qu’il servit, à partir 1756, pendant la guerre de Sept Ans. Durant sa carrière militaire, il avait accumulé de nombreuses notes sur l’art de la guerre qu’il mit en ordre sitôt la paix conclue. Ses premiers ouvrages (dont des Essais Militaires, publiés en 1763, et un Cours de tactique théorique, pratique et historique en 1766), fondés sur une haute connaissance de l’histoire ancienne et de l’art de la guerre dans l’Antiquité rencontrèrent un succès qui lui ouvrit, en 1776, les portes de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il a entretenu une correspondance avec les principaux spécialistes de l’art militaire de son temps, au premier rang desquels le roi de Prusse, Frédéric II, qui prit un de ses neveux à son service.
Séparateur
Dix millions de dollars le milicien: La crise du modèle occidental de guerre limitée de haute technologie
Par le Lieutenant-colonel MICHEL GOYA [1]
Image
L'édition originale de cet article est parue dans la revue «Politique étrangère» (n° 1/2007, Printemps).Sa reproduction dans les Cahiers a été aimablement autorisée par l'Institut français des relations internationales (IFRI). La Rédaction l’en remercie vivement.
Séparateur
Les limites du principe de rationalisation appliqué à la Préparation Opérationnelle Décentralisée et à la liberté d’action du chef tactique
Par le CES de Kermabon
Image
Cet article est un plaidoyer pour une réelle Préparation Opérationnelle Décentralisée (POD), à l’initiative des chefs tactiques, car seules la confiance et l’initiative dont ils disposeront permettront de surmonter les difficultés conjoncturelles liées à la diminution progressives de nos ressources financières et matérielles.1
Séparateur
LA LOGISTIQUE DE LA BRIGADE : L’EXEMPLE DE SERVAL
Par CEN VIDAL
Image
Lors de la constitution de la force SERVAL, les unités logistiques déployées au Mali ont été placées sous une structure de commandement unique de niveau interarmées. Or la BIA SERVAL aurait pu être un « échelon logistique », assurant au chef interarmes une pleine unicité de la manœuvre. Cette option aurait été, de plus, conforme aux évolutions de la doctrine.
Séparateur