Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
D’une stratégie à l'autre
Par le Chef d’escadrons Pierre PILLEBOUT
Image
Dans son livre « D’un château l’autre », Louis-Ferdinand Céline déroute le lecteur en l’entraînant sans transition d’un « château » à l’autre… Après avoir décrit son triste destin dans le château-fort imaginaire de sa résidence de Meudon après la 2ème Guerre mondiale, l’auteur décrit le château de Sigmaringen, en Allemagne, où le gouvernement de Vichy et l’auteur avec lui, trouvèrent refuge en 1944. Depuis les années 1950, les entreprises se sont saisies du terme de « stratégie » jusqu’alors chasse gardée des militaires, ainsi que d’un vaste champ lexical connexe. Cette appropriation est-elle logique et opportune ou est-elle plutôt, comme pour les châteaux du roman de Céline, une juxtaposition de concepts sans rapport autre que métaphorique entre eux ?
Séparateur
Entre soutien de l’âme et référence morale: pour un rôle affirmé de l’aumônerie militaire
Par le Chef de bataillon Matthieu MOLLET
Image
Alors que les forces armées se recentrent sur la conduite des opérations, cœur de leur métier, on peut s’interroger sur la pertinence du maintien d’une aumônerie militaire. Or c’est dans les opérations qu’elle trouve sa justification. Par le statut original qu’elle confère à ses membres, elle possède aujourd’hui la capacité de donner du sens à l’action du soldat en opération.
Séparateur
Entraînement réel et simulé : une complémentarité incontournable pour les armées
Par le Chef de bataillon Nicolas PIERSON
Image
L’analyse des opérations récentes montre que la capacité à durer de nos troupes en tout temps et en tout lieu constitue un facteur essentiel pour la réussite de la mission. Pourtant, dans un contexte budgétaire particulièrement contraint, la tentation est de plus en plus grande de recourir davantage à la simulation, voire de remplacer l’entraînement sur le terrain par la simulation. À l’instruction comme à l’entraînement, en unité comme en centre de formation ou en école, la question de la place à donner à la simulation préoccupe un grand nombre de chefs et de formateurs.
Séparateur
Remettre la logistique au programme
Par le CDT Gilles BERGER
Image
Dans la réalité, où une opération est longue, et nécessite un déploiement opérationnel et un réengagement, la manœuvre tactique et la manœuvre logistique sont imbriquées, les deux participant à l’exécution d’une même mission. Le chef interarmes commande à la fois des moyens de mêlée, d’appuis et de soutien logistique. Il doit donc s’entrainer aussi à utiliser les moyens et procédures qui lui permettront d’être soutenu. Or, dans les écoles de formation des officiers, à tout niveau, la logistique est trop souvent le parent pauvre du programme. Il est temps de remettre de la logistique au programme.
Séparateur
Renard ou lion ? Sommes-nous les dignes descendants du maréchal de Villars ?
Par le Capitaine (TA) Sylvain BENARD
Image
« Toute guerre est fondée sur la tromperie », cette citation de Sun Tzu extraite de l’Art de la Guerre, traité de stratégie écrit au 6ème siècle avant JC, conserve encore aujourd’hui toute sa sagacité. Face à un usage de plus en plus courant de la guerre non-conventionnelle et compte tenu de l’échec relatif de la technologie militaire dans les opérations de contre-insurrection, il s’avère crucial pour les forces occidentales de se réapproprier certains principes opératifs incontournables dont la ruse figure parmi les plus illustres. Procédons par étape et définissons tout d’abord la ruse autrement appelée selon les époques et les pays, déception ou tromperie. La ruse est le fait de vouloir induire l’adversaire en erreur en le trompant délibérément et/ou de l’entraîner à commettre une imprudence sans qu’il y ait nécessairement tromperie.1 Ainsi, l’utilisation de la ruse est jugée comme parfaitement licite par le protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949 même si l’article 37 en restreint le champ d’application en interdisant notamment certaines pratiques qualifiées de perfides (feindre par exemple le statut de non-combattant). Selon Sun Tzu, l’art de la ruse doit être employé en permanence (avant et pendant la confrontation) et à tous les échelons tant au niveau diplomatique, politique que militaire.
Séparateur