Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Commandement

Saut de ligne
Page précédente 1 2 3 4 ... Page suivante
Séparateur
Vers l’usage de MOOC institutionnels
Par le Commandant Alain FAIVRE
Image
Alors que les cours d’autoformation en ligne sont en vogue et abondent sur le web, la question de l’usage de MOOC au profit de la formation militaire se pose. Des MOOC institutionnels pourraient avantageusement compléter l’offre de formation actuelle, sous réserve qu’ils soient pilotés par d’indispensables formateurs dont les missions seraient alors redéfinies.
Séparateur
Plaidoyer pour l’effet majeur
Par le CBA Jean MICHELIN
Image
Le titre de cet article se passe de tout commentaire….même si l’auteur reconnaît de réelles qualités aux méthodes de réflexion utilisées par l’Otan. Il pourrait aussi s’intituler: «Pour le maintien d’une forme d’exigence dans la réflexion tactique à tous les échelons de commandement».
Séparateur
Se former au management, un impératif de commandement.
Par le Chef de bataillon de MONICAULT
Image
Parce qu’il est commandeur d’hommes et manageur d’organisation, le chef militaire doit à la fois affirmer la spécificité de sa vocation et se convaincre de l’utilité des sciences managériales civiles. Telle est la condition de son efficacité opérationnelle et de sa capacité à peser sur l’avenir des organisations dans et avec lesquelles il sert. Sous les notions réunies de management et de commandement, l’auteur restaure en fait celle de plénitude du commandement.
Séparateur
Le management dans l’armée de Terre: comment se prémunir des biais cognitifs qui nuisent à la prise de décision?
Par le Chef de bataillon Fabien MOIGNE
Image
Décider dans l’urgence, décider au quotidien, rien n'est aussi commun et difficile à la fois que de prendre une décision. Si le militaire est formé à la prise de décision, celle-ci souffre parfois de travers qu’il semble utile d’analyser. Depuis la formalisation des heuristiques par H. Simon et l’analyse des organisations à haute fiabilité par Todd Laporte, Karlene Roberts et Gene Rochlin, beaucoup d’auteurs se sont intéressés à ce sujet car de nombreuses décisions prises par des personnes, au demeurant très compétentes, ont débouché sur des catastrophes comme l’explosion de la navette Challenger. Le présent article a donc pour but d'étudier le processus de prise de décisions au sein de l'armée de Terre et d'examiner comment, à l’instar des organisations à haute fiabilité, celle-ci parvient à se prémunir des biais cognitifs et comment il est encore possible d’améliorer, notamment par la formation, les prises de décisions au sein de nos forces.
Séparateur
La formation «Génie» des stagiaires de l’École supérieure de guerre dans l’entre-deux-guerres
Par le Lieutenant-colonel Alain PETITJEAN
Image
L’auteur nous présente ici les modalités du concours d’accès à l’École supérieure de guerre dans les années 30, ainsi que le cursus de scolarité et ses différents stages. Loin d’être désuet, cet article permet au contraire de remarquer des invariants, toujours valables de nos jours, dans la formation et dans les aptitudes générales acquises par l’officier breveté au cours de cet enseignement. L’exemple pris par le Lieutenant-colonel Petitjean, celui du génie, n’est qu’indicatif car les officiers issus d’autres armes suivaient un cursus en tous points comparable.
Séparateur
Page précédente 1 2 3 4 ... Page suivante