Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
Actualités EMSST

Image
Saut de ligne

Nouvelles de l'EMSST : La conférence inaugurale de rentrée du cycle 2015-2016 de l’EMSST

Le mercredi 16 septembre 2016, l’amphithéâtre FOCH de l’école militaire a accueilli l’ensemble des stagiaires 2015-2016 de l’EMSST pour une séance inaugurale autour du thème : « Menace terroriste et territoire national : un défi majeur pour l’armée de terre ».


Le général Ménaouine, commandant le CESAT, a prononcé une introduction au cours de laquelle il a rappelé la mission essentielle du CESAT : former des officiers répondant aux besoins en compétences exprimés par l’armée de Terre, capables de maîtriser l’ensemble des compétences technico-opérationnelles, indispensables à la conception, à la préparation et à l’engagement de nos forces. Pour aller au-delà de cette mission et encouragé par le succès de l’édition 2014-2015, le général Ménaouine a décidé de rassembler cette année pour la journée de rentrée, quatre intervenants de haut niveau, civils et militaires afin de susciter la réflexion de tous les stagiaires sur un sujet au cœur de l’actualité de l’armée de Terre.
Les débats ont débuté par une intervention du professeur Marc Lavergne. Grand spécialiste de la géopolitique du Moyen Orient, il a présenté les mouvements djihadistes dans l’arc de crise, insistant sur leur caractéristique principale : la diversité. Il a également présenté l’Etat islamique comme menace principale car seule organisation disposant d’un véritable agenda politique (anti-chiite).
Monsieur Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire et praticien des relations internationales et stratégiques a complété la première présentation en faisant part de sa vision des processus de radicalisation et de contre radicalisation, à la fois en France, mais aussi à l’étranger. Il a tout particulièrement insisté sur le fait que la grosse erreur des démocraties occidentales et en particulier de la France a été de caractériser le mouvement salafiste djihadiste comme un mouvement religieux, alors qu’il s’agit avant tout d’un mouvement politico-religieux. Il a également souligné le rôle du wahhâbisme (et de l’Arabie Saoudite) dans la diffusion du salafisme.
Les intervenants militaires (GDI Dran et GBR de Raucourt) ont ensuite eu la parole pour présenter d’une part les moyens techniques du renseignement face à cette menace transnationale et d’autre part l’adaptation nécessaire de l’armée de Terre pour relever les nouveaux défis du territoire national.
Deux idées majeures ont émergé de ces propos : la première est la nécessaire mise sur pied d’une gouvernance efficace de la communauté du renseignement afin d’obtenir le meilleur emploi possible des moyens techniques dont nous disposons et donc le meilleur partage des informations. La seconde présente l’armée de Terre comme un acteur historique et incontournable du territoire national. La création d’un pilier « territoire national » dans le nouveau modèle d’armée « Au contact » permettra à l’armée de Terre de répondre au mieux aux nouveaux défis du territoire national.    

En s’intéressant à la fois à la menace et aux moyens dont nous disposons pour y faire face, cet après-midi de réflexion a prouvé aux stagiaires 2015/2016 de l’EMSST que le paradigme stratégique a changé, faisant passer l’armée de Terre d’un contexte de « surprise stratégique » (Amiral Guillaud), à un contexte d’ « inversion stratégique » (Patricia Adam). L’armée de Terre doit donc s’adapter et passer d’une armée de projection à une armée duale, apte à faire face à une menace s’exprimant à la fois en dehors et sur le territoire national. L’armée de Terre est plus que jamais un acteur incontournable pour mener à la fois la défense de l’avant (OPEX) ainsi que la défense du territoire national (OPINT).