Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
Actualités DESTIA

Image
Saut de ligne

Nouvelles de la DESTIA : La ré-internalisation de l’enseignement militaire du second degré au sein de l’armée de Terre

Par la DESTIA

Image

Après une interruption de deux années, due à la priorité accordée à l’interarmées et aux contraintes budgétaires, la formation spécifique terre des futurs officiers brevetés est de nouveau assurée au sein de l’armée de Terre, par le biais d’un Cours supérieur interarmes (CSIA). La Direction supérieure de l’enseignement tactique interarmes (DESTIA), dont dépend le CSIA, a succédé au Cours supérieur d’état-major (1993-2013). Elle est donc l’héritière de l’Ecole supérieure de Guerre (1880-1993) , qu’il ne faut pas confondre avec l’Ecole de Guerre, c’est-à-dire avec le Collège interarmées de Défense, dont la dénomination a été modifiée en 2011.

De 2013 à 2015, une formation spécifique terre réduite se déroulait précisément à l’Ecole de Guerre. Il s’est toutefois bientôt avéré que les officiers brevetés avaient besoin de posséder une maîtrise accrue du combat interarmes, qu’il s’agisse de planification ou de conduite, pour tenir leur place dans l’environnement interarmées d’aujourd’hui.

Menées dans un milieu et dans des circonstances toujours plus complexes, susceptibles de favoriser des ennemis agissant à l’extérieur comme à l’intérieur du territoire national, les opérations terrestres requièrent en effet des chefs capables de prendre des risques calculés et des états-majors rompus au raisonnement tactique. Ceux-ci doivent en effet être en mesure d’analyser avec soin le cadre de l’action, d’anticiper sur les événements et de faire des propositions en vue d’aider le chef à remplir la mission qui lui a été confiée. L’incertitude ne pouvant toutefois jamais être entièrement éliminée, il appartient toujours à ce dernier de décider en choisissant un « effet majeur » à produire sur l’ennemi où son environnement, puis en sélectionnant le « mode d’action » le meilleur pour l’atteindre, quitte à l’aménager.

Il paraît donc plus que jamais nécessaire de bien armer les futurs officiers brevetés, afin de leur permettre d’exercer au mieux les responsabilités qui leur seront confiées. Telle est la raison d’être du CSIA et de la formation complète qu’il dispense avec le concours d’intervenants nombreux et hautement qualifiés, de l’enseignement théorique en salle à la prise de décision sur le terrain.