Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Le combat de Berry-Au-Bac - Le 16 avril 1917
Par DESTIA
Image
Depuis janvier 1917, l'armée française prépare une offensive majeure dans le secteur du chemin des Dames en vue de rompre le front entre Soissons et le nord de Reims.
Séparateur
La bataille de Toulouse - 10 AVRIL 1814
Par DESTIA
Image
Après la défaite de la guerre d’Espagne (1808-1813) menée par Napoléon Ier, l’armée française dut se replier de l’autre côté des Pyrénées. Au printemps 1814, Wellington est entré en France, il s'empare de Bayonne puis de Bordeaux, le 12 mars 1814. Une semaine plus tard, Wellington franchit l'Adour à Vic-en-Bigorre et parvint, le 24 mars, en vue de Toulouse, cité dotée d'un arsenal et de bonnes défenses.
Séparateur
La bataille des Ardennes
Par DESTIA
Image
Dès septembre 1944, Hitler, désireux de reprendre l'initiative à l'Ouest, mit au point le plan "Wacht am Rhein" qui consistait à briser le front allié et à atteindre Anvers, soit une réédition de la percée effectuée contre les Français en 1940. Trois armées réorganisées furent massées dans le secteur calme et accidenté des Ardennes belges sous le commandement de von Rundstedt. Les généraux allemands, eux, auraient souhaité détruire les divisions alliées situées à l'est de la Meuse mais Hitler insista pour balayer le groupe d'armées de Montgomery et rejeter les Alliés à la mer comme à Dunkerque en 1940.
Séparateur
Le «grand jeu» du ferroviaire afghan
Par le Capitaine Sylvain MESNIL
Image
Inaugurée fin 2010, la première ligne de chemin de fer dédiée au fret en territoire afghan va initier une série de projets propres au développement ferroviaire. Vecteurs d’accroissement des échanges commerciaux, ces projets pourront également potentiellement jouer un rôle d’inducteur de stabilité dans la région.
Séparateur
1940-1945 : la Bretagne, champ d’action privilégié pour les forces spéciales. (1ère partie)
Par le Chef d'escadron (R) ERWAN COTARD
Image
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Bretagne est rapidement considérée comme un terrain privilégié pour l’action non conventionnelle alliée, que ce soit pour des actions de type raid ou pour des actions de forces spéciales proches de la guérilla. L’évidence de l’intérêt de sa situation géographique (proche de la Grande-Bretagne), son importante façade maritime, ses campagnes bocagères, ses villes souvent bien placées sur les axes logistiques maritimes ou ferroviaires, ou encore la présence d’implantations allemandes majeures[1], expliquent aisément cet attrait.
Séparateur