Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
«Aux armes citoyens!»: guerre et finances, politique et souveraineté
Par le Lieutenant-colonel Christophe de LIGNIVILLE
Image
La situation préoccupante des finances publiques françaises a longtemps semblé rendre irréconciliables les enjeux militaires et budgétaires. En ces temps où la sécurité du citoyen et la défense de la nation ont retrouvé une place centrale dans le débat public, il semble opportun de mieux faire comprendre l’articulation défense-budget-souveraineté.
Séparateur
Faut-il, aujourd’hui, relire l’œuvre du Général Jules Louis LEWAL ?
Par le Général (2°s)ALLAIN BERNÈDE
Image
Cet auteur, pour une part oublié, peut-il revenir d'actualité ? Au lecteur d'en décider ! Après une dizaine d’années de mise en œuvre d’une refondation de l'armée de Terre, la troisième du genre[1] en trois siècles d’existence d’une armée française permanente, il n’est pas forcément superflu de jeter un regard critique sur le chemin parcouru comme le faisait dans les débuts de la IIIe République le fondateur de l’Enseignement militaire supérieur, le général Jules Louis Lewal, en publiant, entre autres, Lettres à l'Armée sur sa réorganisation[2]… 1872 et 1873, puis en 1897 La chimère du désarmement[3]. Vérifions donc s’il n’y a point là de « grain à moudre » quand ce ne serait que pour une simple méthode de réflexion. « L’erreur de tous ceux qui organisent des armées est de prendre l’instant momentané pour un état permanent. Ils oublient que pour rester vivante une armée doit se modeler sur la courbe des événements. » Général von Seeckt, (1866-1936).
Séparateur
Driant, entre science-fiction et anticipation
Par le Général (2S) Henry-Jean FOURNIER
Image
La 129ème promotion du Cours supérieur des officiers de réserve spécialistes d’état-major (CSORSEM) a été baptisée le 19 août 2016 du nom de «Lieutenant-colonel Emile Driant». En prenant ce nom prestigieux, les 50 officiers de réserve suivant cette scolarité équivalente à celle du diplôme d’état-major de leurs camarades d’active, ont voulu honorer la mémoire de cet officier saint-cyrien, écrivain et député tombé en 1916 à la tête de ses chasseurs dans les premiers combats de ce qui allait devenir la bataille de Verdun et, à travers lui, les morts de la Grande Guerre dont nous célébrons le centenaire. Cette promotion a aussi choisi de porter le même nom que la promotion 1965-1967 de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr afin de marquer, en cette période où l’on parle beaucoup de l’engagement de nos réservistes, les liens forts unissant les jeunes officiers à leurs aînés, qu’ils soient d’active ou de réserve. Le Général (2S) Henry-Jean Fournier, secrétaire de la promotion de Saint-Cyr «Lieutenant-colonel Driant», nous brosse le portrait de ce héros original, officier, écrivain, et qui fut aussi député. Le Lieutenant-colonel Marcel JOUSSEN-ANGLADE commandant l’ESORSEM par suppléance
Séparateur
Du mentoring dans la première moitié du XIXème siècle : les officiers français au service du Royaume Sikh du Pendjab1 (1822-1849)
Par le CES Antoine VERLEY
Image
« Ni épées, ni grands éléphants, ni cavalerie, ni fantassins n’aident autant qu’intelligence pour réussir dans ses desseins », Pañchatantra, Vème siècle Plus de 150 ans avant le déploiement des premières OMLT2 françaises en Afghanistan, des officiers de l’armée napoléonienne, en rupture de ban, avaient déjà vécu une aventure consistant à conseiller, sur les contreforts de l’Himalaya, une jeune armée en formation. Anecdotique3 en apparence, cette équipée d’aventuriers au service d’un royaume étranger, permet de tirer des enseignements pérennes, encore valables aujourd’hui dans un Afghanistan qui était, déjà à l’époque, un sujet de préoccupation pour la stabilité de la région.
Séparateur
Le «US Army TRADOC»
Par le Colonel CASANOVA
Image
Alors que le fusionnement du CESAT et du CDEF vient d’avoir lieu, beaucoup imaginent déjà assister à la création d’un «TRADOC» à la française, regroupant formation, entraînement, doctrine et fonctions diverses. Les plus anciens se souviennent même qu’en 1997, un rapprochement semblable avait déjà eu lieu, resté à l’époque éphémère. Dans ce court article qui est donc tout d’actualité, le Colonel Casanova nous montre, même si l’esprit recherché est le même, que l’United States Army Training and Doctrine Command (US Army TRADOC), un des trois grands commandements de l’US Army, n’a, par ses missions et ses dimensions, pas d’équivalent en France
Séparateur