Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Saut de ligne

Les articles à la une

The new forms of war and the future of Air-Land operationsPublié le 10/06/2019

BRENNUS 4.0
Colonel Gilles HABEREY

War today encompasses many forms and understanding the enemy is hence-forth questioned by his protracted use of hybrid strategies. Given the dire consequences a potential ill-suited military apparatus could lead to, both our enemy’s hybrid warfare and our own constraints compel us to humbly extend our thinking accordingly.

Furia Francese: representations, limits and realityPublié le 09/06/2019

BRENNUS 4.0
Colonel Fabrice Clée

Forced to retreat from Naples in the summer of 1495, French King Charles VIII’s campaign came to a stop when facing the League of Venice near Fornovo. The gallantry and the fierceness of the French troops, led by the King himself, were highlighted by Italian chroniclers who spoke of Furia Francese. This expression survived through the years and glorified the irresistible impulse of French troops in combat when appropriately led. Since the battle of Fornovo, France has been involved in 49 major conflicts.

The French approach to warfightingPublié le 08/06/2019

BRENNUS 4.0
Général de division Pascal Facon, directeur du Centre de doctrine et d’enseignement du commandement

The difference between winning or losing a war generally hangs on a razor’s edge. Force ratio, strategy, tactics, procedures, weapons, training, the list of contributing factors goes on. But there is one key factor that more than any other will lead one of the warring parties to its victory or its defeat. Military history proves that only nations driven by a strategic culture deeply rooted in an actual fighting spirit can prevail.

⭐ Le fil de l’esprit guerrierPublié le 07/06/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Arnaud BRIGANTI, de l’École de Guerre-Terre

« Se tromper sur la guerre, c’est se tromper sur la société. »1


Pierre CLASTRES, Archéologie de la violence

✅ La stratégie d’influence du Hezbollah au Sud-Liban 3/3Publié le 06/06/2019

BRENNUS 4.0
Madame Clara DUROVRAY, du pôle études et prospective du CDEC

Devenue chaîne satellitaire en 2000, al-Manar s’est développée pour le Hezbollah comme un lien direct avec les autres populations arabes. Dès le début 2001, al-Manar comptait plus de 10 millions de téléspectateurs et était ainsi la deuxième chaîne la plus regardée dans le monde arabe48.

⚡️ BRENNUS 4.0 - N°5Publié le 06/06/2019

The French approach to warfighting
Général de division Pascal Facon

The difference between winning or losing a war generally hangs on a razor’s edge. Force ratio, strategy, tactics, procedures, weapons, training, the list of contributing factors goes on. But there is one key factor that more than any other will lead one of the warring parties to its victory or its defeat. Military history proves that only nations driven by a strategic culture deeply rooted in an actual fighting spirit can prevail.

✅ La stratégie d’influence du Hezbollah au Sud-Liban 2/3Publié le 05/06/2019

BRENNUS 4.0
Madame Clara DUROVRAY, du pôle études et prospective du CDEC

Un ancrage social en continuité avec la stratégie politique du Hezbollah

Comme le rappelle Peter Thomas, le pouvoir politique d’un groupe dépend dans une large mesure de sa capacité à créer un lien durable avec sa base sociale28. Ainsi, le Hezbollah inscrit sa stratégie sociale dans une démarche politique plus générale pour mobiliser la société toute entière dans un combat contre Israël. L’insertion du Hezbollah en sein du tissu social libanais doit donc être comprise comme un prolongement de sa stratégie politique.

✅ La stratégie d’influence du Hezbollah au Sud-Liban 1/3Publié le 04/06/2019

BRENNUS 4.0
Madame Clara DUROVRAY, du pôle études et prospective du CDEC

Conséquence de l’opération israélienne Paix en Galilée (1982) qui voit Tsahal pénétrer au Liban, puis devenu mouvement d’opposition au cours de la guerre civile libanaise qui s’ensuit, le Hezbollah a su s’imposer comme un acteur incontournable à la fois dans le conflit israélo-arabe et sur la sphère politique intérieure (sociale et politique) libanaise. La nature du mouvement chiite pose un problème de classification; d’un côté, il y a sa branche armée considérée comme une organisation terroriste par de nombreux pays et organisations tels que les États-Unis, l’Union Européenne, la Ligue arabe ou le Conseil de Coopération du Golfe. De l’autre, il y a une offre politique par le biais de la coalition dite «du 8 mars», laquelle a obtenu la majorité des sièges au Parlement libanais lors des dernières élections législatives1.

Des Marines américains au cœur des populations L’expérience des Combined Action Platoons au VietnamPublié le 03/06/2019

BRENNUS 4.0
le colonel (R) Michel GOYA

Les conflits de contre-insurrection laissent apparaître deux grands modes opératoires pour les forces régulières : le «va-et-vient» à partir de bases ou la présence permanente au sein de la population. Le premier mode est le plus utilisé, car il paraît le moins risqué et le plus apte à obtenir des résultats rapides. L’histoire tend pourtant à montrer que le second, sous certaines conditions, est non seulement plus efficace contre l’ennemi, mais également moins coûteux en vies humaines. À cet égard, l’expérience des Combined Action Platoons durant la guerre du Vietnam est intéressante, car elle est une des seules à avoir fait l’objet d’analyses scientifiques.

De la prise en compte de l’interculturalité à son opérationnalisationPublié le 02/06/2019

BRENNUS 4.0
le colonel Martial REINBOLD, Chef d’état-majorde l’État-Major de Spécialisation de l’Outre-mer et de l’Étranger

Si l’interculturalité n’est pas un sujet nouveau, bien que le mot n’existe pas encore dans le dictionnaire, elle tarde justement à être clairement définie, conceptualisée et mise en œuvre de manière consciente et volontaire.

La guerre au milieu des populations, l’indigénisation des troupes, l’identification de la population comme centre de gravité sont autant de marques successives, jalonnant le cours de l’histoire militaire, qui montrent le besoin mais aussi le niveau «d’intelligence» de cette prise en compte du facteur interculturel dans la tactique ou la stratégie militaire. Tel monsieur Jourdain, les maréchaux Gallieni ou Lyautey faisaient de l’interculturalité sans le savoir ou sans la nommer, au moins dans ces termes.

Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne