Pensées mili-Terre
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rechercher

 
Afficher
 
 
 
 
 

Rechercher

 
Afficher
 
 

Autres sources

 

Les articles à la une

En 2035, le chef au combat sera-t-il un meneur d’hommes ou un manager connecté?Publié le 19/02/2020

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef de bataillon Sebastien PISTRE, le Capitaine François-Xavier LAMBIN-BERNOT et le Captain Bernhard KIRCHNER

Les outils d’aide au commandement se multiplient dans les systèmes d’information et de commandement. Il s’agit de définir quelle devra être la marge de manœuvre des chefs militaires tactiques dans un environnement saturé par l’information descendante et montante.

Le Maréchal Lyautey au service de la FrancePublié le 18/02/2020

cahier de la pensée mili-Terre
le Colonel (er) Pierre GEOFFROY

Le Maréchal Hubert Lyautey occupe une place respectable et imprenable dans l’histoire, ce que d’aucuns ont tenté de lui contester pour le faire oublier, mais sans succès, donnant raison à Louis Barthou, ancien président du Conseil et académicien, qui écrivait dans sa préface à «Paroles d’action» (1927): «Le Maréchal Lyautey peut attendre avec confiance le jugement de l’Histoire».

D’histoire, il en est beaucoup question à l’occasion des célébrations et commémorations, débats et publications suscités par le centenaire des quatre années de la guerre de 1914-18, et Lyautey y a toute sa place.

Du fondement des forces moralesPublié le 15/02/2020

Cahiers de la pensée mili-Terre
le Chef d’escadrons Evrard GUÉRIN

L’armée de Terre fait face aujourd’hui à un durcissement de ses engagements avec une  radicalisation de la violence armée conduite par un ennemi irrégulier. Pour l’auteur, ce sont les forces morales de ses soldats qui comptent pour l’emporter ou résister sur la durée. Cultiver ses forces morales, c’est donc développer l’aptitude d’une armée à donner confiance à sa troupe et à faire face à l’adversité.

⚡️ L’influence militaire pour créer la surprise dans un champ de bataille transparent ?Publié le 14/02/2020

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Vincent Mariel

Proche, faites croire que vous êtes loin, et loin, que vous êtes proche ; qu’il vous croit faible là où vous êtes fort et fort là où vous êtes faible ». Sun Tsu nous rappelle que la surprise est depuis longtemps un  objectif des  chefs  militaires, cherchant à tromper l’ennemi sur leur force, leur position, ou leur intention. De la même manière on a souvent cherché à  préserver la  sûreté en empêchant l’ennemi d’acquérir du renseignement  sur nos dispositions et intentions.

 

 

La Transnistrie : dernière bataille de l’Armée rouge, premier engagement de l’armée russePublié le 13/02/2020

L'éclaireur
Monsieur Corentin Curtenelle

Le  conflit en  Transnistrie, aussi appelé la « guerre du Dniestr », est l’une des premières crises qui traverse l’espace post-soviétique.

Alors que cette guerre est peu connue en Europe, dans la mesure où elle n’a pas bénéficié de la même médiatisation que celle de Yougoslavie, ses conséquences ont été majeures pour la Fédération de Russie, c’est pourquoi il faut se pencher sur les ressorts de cette crise. De prime abord, le conflit transnistrien pourrait avoir  l’apparence d’une guerre ethnique, symptomatique de l’apparition de nouveaux États ; mais son origine est beaucoup plus complexe.

⚡️ « Innovez, ré-innovez »Publié le 10/02/2020

BRENNUS 4.0
M. Ivan Gavriloff

Est-ce une injonction paradoxale de demander aux Forces d’innover ? Si « seule la victoire compte, » pourquoi ne pas utiliser des moyens même anciens s’ils apportent à nouveau la victoire ?! Il faut que tout change pour que rien ne change, disait Lampedusa dans Le Guépard. D’où la question : quel serait le juste emploi de l’innovation au sein du Ministère des armées ?

Je vois pour ma part trois domaines d’innovation indispensable et permanente :

  • Le mindset
  • Le système d’armes
  • L’intelligence artificielle

 

Une petite histoire des rapports entre les armées et les nouvelles technologies Publié le 09/02/2020

Brennus 4.0
Lieutenant-colonel Georges Housset, du pôle études et prospective

Simple étude des outils, des machines et des procédés que l’être humain a créés pour satisfaire ses besoins pour les uns, une véritable science pour les autres, la technologie contribue, avec les aspects humains et organisationnels, à l’efficience d’une armée moderne. D’ailleurs, la « course technologique » remonte à l’aube de l’humanité. C’est sans doute la volonté de l’homme de prendre l’ascendant sur son adversaire, qui est à l’origine du lien entre technologie et armée.

✅ De la Chine...Publié le 08/02/2020

Revue militaire générale
Madame le Professeur Françoise THIBAUT

Selon Confucius, le pouvoir n’est pas destiné à oppresser, mais à faire progresser matériellement et surtout spirituellement les peuples dont il a la charge. Madame le professeur Françoise Thibaut détaille le contenu des cahiers blancs du président Xi Jinping relatifs à la gouvernance de la Chine avec la gestion des espaces et des populations, la redécouverte de son potentiel maritime et l’ouverture au capitalisme libéral en vue de la conquête du monde.

Lyautey, un vrai colonial ?Publié le 06/02/2020

Revue militaire générale n°54
Madame Julie d’ANDURAIN

Agrégée et docteur en histoire de l’Université Paris-Sorbonne, Julie d’Andurain est professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine (Metz).

Spécialiste des questions de conflits particulièrement en situation coloniale, Julie d’Andurain s’intéresse aux phénomènes guerriers des XIXe  et XXe  siècles selon plusieurs axes : une approche  RETEX qui permet d’aborder le champ tactique, une approche historienne classique afin de recomposer des parcours professionnels et une approche plus large, type « War Studies », qui autorise une ouverture à d’autres sciences humaines.

Pourquoi la guerre serait-elle plus complexe aujourd’hui qu’hier ?Publié le 30/01/2020

Cahiers de la pensée mili-Terre
le Chef d’escadron Stéphane JAY

Si la guerre apparaît comme un phénomène en perpétuelle évolution, peut-on considérer aujourd’hui qu’elle se complexifie plus rapidement que le monde lui-même, ou bien suit-elle simplement le cycle naturel de l’histoire?

Le Chef d’escadron JAY considère que malgré l’incertitude et l’instabilité de notre environnement, la pérennité des principes de la guerre n’est pas remise en cause et que les évolutions doivent également trouver leur déclinaison dans la formation des chefs militaires. Compétences interarmes, interarmées, inter domaines, compréhension de l’environnement et capacité d’adaptation apparaissent comme des fils directeurs.