Les contenus multilingues proposés sur le site sont issus d'une traduction automatique.
 

 
 
 
 
 
Français
English
Français
English
 
 
 
 
 
Afficher
 
 
 
 
 
Afficher
 
 

Autres sources

 

Les articles à la une

Il y a 30 ans, l’armée de Terre était engagée dans l’opération DaguetPublié le 16/06/2021

Soldats de France numéro spécial Guerre du Golfe
COL ® Coste

Il y a trente ans, l’armée de Terre était engagée dans une opération remarquable à plus d’un titre : couverture médiatique exceptionnelle et en direct d’un domaine jusqu’alors « réservé », prépondérance de l’observation et du renseignement couvrant en permanence le dispositif ennemi, menace chimique incessante des Scud et engagement d’une force aéroterrestre majeure alors que le contingent constitue la majorité de l’armée de Terre. Confiée à la FAR du général Roquejoffre, la montée en puissance et la projection d’une division forte de 12 000 hommes, dotée de moyens lourds, sont une véritable prouesse opérationnelle et logistique. Les défis furent en effet nombreux à être relevés et ont ouvert la voie à des solutions usuelles aujourd’hui. 

 

La Guerre du Golfe : quelques réflexions sur l’imprévisibilité et l’influencePublié le 16/06/2021

Soldats de France numéro spécial Guerre du Golfe
Benoit Beucher

Il est tentant, facile et fréquent de regarder le passé avec les yeux du présent, en toute connaissance de ce qui s’est finalement passé. C’est un péché mortel pour les historiens qui ont une expression pour le condamner : l’ « approche téléologique »1. Et l’histoire de la guerre s’y prête bien, notamment parce qu’on ne voit souvent que deux issues possibles au combat : la victoire ou la défaite. Ne resterait alors plus qu’à décrire les « faits » qui, mis bout à bout, conduiraient à l’une ou à ’autre. Ce penchant est encore plus fort lorsque la guerre met aux prises des armées occidentales sur-équipées, modernes, et des armées non-occidentales, ici irakienne, qui le sont moins. La guerre du Golfe en est un bon exemple.

 

 

L’appréhension des soldats de Daguet face à l’imprévisibilité des armes chimiques irakiennesPublié le 16/06/2021

Soldats de France numéro spécial Guerre du Golfe
Ornella Junet 

S’il est aujourd’hui indéniable que la guerre du Golfe a été un succès opérationnel en n’entraînant que de faibles pertes humaines (du côté de la coalition), il ne faut pas pour autant considérer que la victoire était gagnée d’avance1 ou que les risques encourus n’étaient pas réels. Engagés au sein d’une guerre présentée comme de la haute intensité, les soldats doivent quotidiennement faire face au risque insidieux et permanent que représentent alors les armes chimiques détenues par l’Irak.

 

La logistique de Daguet : performances humaines et limites techniquesPublié le 16/06/2021

Soldats de France numéro spécial Guerre du Golfe
CDT Romain Choron

À la fin de l’année 1990, et au début de l’année 1991, l’opération Daguet est la réponse de la France à l’invasion du Koweït par son voisin irakien. Les différentes fonctions du soutien français (sanitaire, ravitaillement, maintenance, commissariat…) sont confrontées à la difficulté d’assurer la logistique d’une division de près de 12 000 hommes et de ses 4 000 véhicules, pendant plusieurs mois, dans une zone désertique située à plus de 5 000 km de la métropole. Au cours des sept mois de crise, la logistique française va mettre à profit son expérience des opérations extérieures menées depuis 1962, ainsi que sa préparation à un conflit de type guerre froide, pour assurer à la division Daguet l’essentiel de ses besoins.

 

L’AMX 30 B2 durant l’opération Daguet Publié le 16/06/2021

Soldats de France numéro spécial Guerre du Golfe
CNE Jean-Baptiste Pétrequin (conservateur du musée des blindés)

Il y a trente ans, un char destiné au théâtre centre européen connaît son baptême du feu dans le désert irakien : l’AMX 30 B2. L’histoire de cet engin est étroitement liée à celle du 4e Régiment de dragons (RD), seule unité blindée lourde engagée durant cette campagne. 

Les InvalidesPublié le 08/06/2021

Soldats de France n° 16
Chef de bataillon Eva Renucci

Riche de détails, la bande dessinée Les Invalides, amène le lecteur à se réapproprier ce monument qui incarne les gloires nationales françaises.

Les InvalidesPublié le 03/06/2021

Soldats de France n° 16
Chef de bataillon Eva Renucci

Les Invalides sont le cadre privilégié des grands hommages nationaux et un lieu connu de par le monde pour abriter le tombeau de l’empereur Napoléon Ier. Peu se rappellent cependant la vocation initiale de cet édifice et de cette institution créée sous le règne de Louis XIV et qui demeure ! 

 

Petit glossaire du sapeur d’antan et d’aujourd’huiPublié le 01/06/2021

Soldats de France n° 16
Lieutenant-colonel Bertrand Philip de Laborie

Tout au long de leur histoire, les sapeurs ont utilisé un riche vocabulaire qui rend compte de la grande variété des missions et des métiers qu’ils ont eu à accomplir sur les champs de bataille.

Certains de ces termes ou expressions sont issus directement de la Marine ou de la batellerie pour tout ce qui concerne le franchissement, d’autres proviennent de l’architecture et des places fortes ou encore de l’artisanat du bois, d’autres enfin ont trait à l’utilisation de la poudre.

Certains d’entre eux sont toujours utilisés aujourd’hui tandis que d’autres appartiennent désormais au passé ou sont plus anecdotiques.

Le Chiffre militaire : des guerriers sous le sceau du secret (1914-1918)Publié le 27/05/2021

Soldats de France n° 16
Agathe Couderc

Service de renseignement technique, le Chiffre, mêle cryptographie (production de codes et de chiffres secrets) et cryptanalyse (attaque de ces systèmes). Les hommes du Chiffre révèlent les secrets de messages interceptés, tout en maintenant la discrétion sur leurs propres activités. 

 

Le coup de maître de Guise-Saint Quentin, 30-31 août 1914Publié le 25/05/2021

Soldats de France n° 16
Général Michel Yakovleff

La Première Guerre mondiale est emblématique de la résilience de la Nation française et du courage de ses soldats bien plus que de la maîtrise tactique de ses généraux. Il y eut pourtant un exploit, une bataille menée de main de maître et avec une grande subtilité, dès le mois d’août 1914.

 

Armée