Pensées mili-Terre
 
 
 
 
 
 
 

Brennus 4.0 - N°1 - La lettre d'information du CDEC

OCTOBRE 2018

 
 
 
 
 
 
 
 

VAE VICTIS

Le monde contemporain est incontestablement plus imprévisible, plus instable et plus armé que celui d’hier. Nos forces sont à la fois confrontées à des menaces conventionnelles, hybrides et irrégulières, sur le territoire national et  à l’extérieur des frontières. La conflictualité est aujourd’hui caractérisée par des mutations rapides et inquiétantes, s’étendant avec une grande poro sité à tous les champs d’affrontement.

Penser la guerre et le combat de demain est un exercice d’autant plus difficile que cette réflexion doit intégrer l’accélération des évolutions sociétales et technologiques mar quant ce début de XXIe siècle, avec tout ce qu’elles impliquent de présuppositions sur les formes de compétition future. Par ailleurs, la difficulté de prise en compte par une société « hyper-pacifiée » depuis près de soixante ans, d’un retour probable de la guerre, constitue une contrainte majeure. Cette prise de conscience se heurte en effet, pour beaucoup de nos concitoyens, à la tentation d’une représentation géopolitique structurante, rassurante et trop souvent soumise  aux effets de mode. Or, « être dans le vent, c’est avoir le destin des feuilles mortes » disait Jean Guitton.

Face à la résurgence de l’incertitude sécuritaire, l’armée de Terre s’efforce donc de renforcer ses capacités d’anticipation et d’adaptation aux chocs futurs. Sa liberté d’action et son efficacité dans les engage ments de demain reposeront indubitablement sur sa capacité à entretenir et à continuer de diffuser une pensée singulière, permettant d’imaginer des réponses et des capacités appropriées à ces nouvelles menaces et à nos ambitions. Cette pensée vise in fine  à garantir au décideur politique une palette d’options stratégiques plus large et plus graduée.

L’élaboration d’une doctrine de combat et la formation de chefs de guerre, les futurs Brennus, reposent ainsi sur le développement d’une pensée innovante et immédiatement exploitable. Favoriser l’innovation consiste en premier lieu à encourager l’exploration  de sentiers intellectuels vers lesquels le conformisme et la pusillanimité n’incitent pas à s’aventurer. L’innovation est donc avant tout une posture intellectuelle. Elle ne peut être le fruit que d’un habile décloisonnement entre des conclusions d’études pluridisciplinaires rigoureuses, une intuition prospective pragmatique et une prise de risques raisonnée. Enfin, pour être réellement opératoire, cette dynamique ne peut être portée que par un véritable esprit de conquête uniquement orienté vers l’action et la victoire.

Bonne lecture !
Général de division Pascal FACON
 
 
Précédent | 1 . 2 . 3 . 4 | Suivant

Brennus 4.0 - N°7 - La lettre d'information du CDEC

MARS 2020

Lire…

Brennus 4.0 - N°6 - La lettre d'information du CDEC

NOVEMBRE 2019

Lire…
Précédent | 1 . 2 . 3 . 4 | Suivant