Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Brennus 4.0 - N°3 - La lettre d'information du CDEC

FEVRIER 2019

Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
SURPRISE, RUPTURE et INNOVATIONS OPERATIONNELLES
Image
" Un habile capitaine peut bien être vaincu, mais il ne lui est pas permis d'être surpris."
Louis de Bourbon, prince de Condé

La surprise à la guerre vise à infliger un choc psychologique à l’adversaire, afin de lui ôter l’initiative et de le contraindre à revoir sa manœuvre, voire ses objectifs. Qu’elle soit considérée au niveau politique, stratégique, opératif ou tactique, la surprise est consubstantielle à la prise d’ascendant sur l’adversaire. Cependant, son lien avec la victoire n’est pas systématique. L’effet de sidération induit par la surprise est en effet toujours momentané. Il n’est décisif que s’il est suivi d’une exploitation rapide et adaptée à un rapport de force favorable, temporairement et localement créé.

L’adversaire surpris peut en effet, s’il dispose des ressources morales suffisantes, rapidement absorber le choc initial, puis manœuvrer pour reprendre l’initiative, comme Tsahal sut le faire durant la guerre du Kippour en 1973. Lorsqu’elle est décisive, la surprise n’est donc rarement que le fait du hasard ou des frictions. Elle s’obtient généralement par une prise de risque, souvent fondée sur le stratagème et elle est forcément suivie d’une exploitation planifiée, sans laquelle il ne peut être obtenu de réelle rupture opérationnelle.

L’atteinte de cette rupture est le plus souvent liée à la convergence d’innovations techniques, organisationnelles et opérationnelles, permettant une prise d’ascendant définitive. La surprise décisive est donc à la fois le fruit d’une préparation intellectuelle délibérée de l’un des protagonistes dès le temps de paix, mais aussi celui d’une imagination et d’une capacité d’anticipation défaillantes de celui qui la subit. L’audace, la résilience et l’aptitude à une forme de pensée disruptive sont donc autant de qualités indispensables au chef opéra tionnel, tant pour se prémunir de la surprise, que pour l’absorber le cas échéant et surtout pour la planifier en utilisant toutes les ressources disponibles.

Bonne lecture !
Général de division Pascal FACON

Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Précédent Image | Image 1 Image . Image 2Image | Image Suivant
Image
Séparateur
Brennus 4.0 - N°4 - La lettre d'information du CDEC
AVRIL 2019
Séparateur
Brennus 4.0 - N°3 - La lettre d'information du CDEC
FEVRIER 2019
Séparateur
Image
Précédent Image | Image 1 Image . Image 2Image | Image Suivant
Image
Saut de ligne
Séparateur
Image

Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne