Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Études et perspectives


Saut de ligne
Saut de ligne
Cahiers
de la pensée
mili-terre
Saut de ligne
Image

Saut de ligne
Précédent | 1 . 2 | Suivant
Séparateur
Cahiers de la Pensée Mili-Terre N°51
La zone urbaine
Image
Séparateur
Cahiers de la Pensée Mili-Terre N°50
Relire Foch au 20ème siècle
Image
Séparateur
Cahiers de la Pensée Mili-Terre N°49
Histoire militaire et modernité
Image
Séparateur
Cahiers de la Pensée Mili-Terre N°48
Défense et technologie /2
Image
Séparateur
Précédent | 1 . 2 | Suivant
Saut de ligne
Saut de ligne

Cahiers de la Pensée Mili-Terre N°48

Image

Défense et technologie /2

Image
Dans ce numéro 48 des Cahiers de la pensée mili-Terre, l’homme d’action est à nouveau invité à réfléchir, dans la continuité du numéro précédent, aux interactions entre technologies et opérations modernes. Cette réflexion est interpellée parfois par divers paradoxes, comme le rappelle le Général Francis Autran dans son introduction, notamment par une forme de dualité des technologies. Cette dualité tend en effet de plus en plus à ignorer les frontières, mettant autant à la disposition des alliés que de nos adversaires des équipements perfectionnés et modernes, induisant de fait une forme de nivellement de la supériorité opérationnelle des armées occidentales. L’adversaire peut en effet aujourd’hui, accédant à un certain nombre de capacités, rivaliser sur le plan technologique avec les armées les mieux dotées.

Le Général Francis Autran ouvre de belles perspectives de réflexion. Je suis convaincu qu’elles peuvent contribuer à la revitalisation de la pensée militaire contemporaine à laquelle ces cahiers ont l’ambition de servir de tremplin. Ce mouvement dans lequel s’est engagée l’armée de Terre requiert autant de volonté, de travail et d’intelligence que de temps. Il requiert aussi des thématiques fortes, capables de susciter une réflexion élargie et approfondie du fait de l’acuité du débat de fond qu’elles soulèvent et qui pèse, directement, sur les conditions de l’emploi de la force à tous les niveaux.

Bref, la technologie, fût-elle la plus prometteuse, reste un moyen au service d’une fin à géométrie variable selon les contextes, le succès des armes, pour permettre l’atteinte des objectifs militaires, politiques et diplomatiques. Ceci passe par la compréhension précise des enjeux de l’action en la pensant dans ses causes, ses conséquences, comme dans les aspects pratiques de sa mise en œuvre. La vraie finalité de l’action militaire réside dans le retour à la vie sociale de la Cité, une fois les combats nécessaires achevés et les succès obtenus. Cette conscience du retour à la paix, qui habite le chef militaire, pèse évidemment sur l’art et la manière d’employer la force dans tous les champs de confrontation. Les buts militaires enferment donc, en eux-mêmes, les plus hautes considérations attachées à la dignité humaine, qui confirment bien que la fin ne justifie pas tous les moyens.

À cet égard, l’un des enjeux majeurs de nos armées occidentales contemporaines réside dans la maîtrise de la pression technologique envahissant tous les champs des activités humaines, à laquelle elles n’échappent pas. Cette situation doit aiguillonner la pensée afin d’éviter une techno-dépendance absolue et déshumanisante. Cela ne peut se faire sans méditer avec prudence, autant dire avec sagesse, le rapport entretenu par l’homme avec la technologie. C’est bien dans cette perspective que s’inscrit Action terrestre future en insistant sur la place de l’homme au cœur de l’action: «Le maintien de l’humanité du soldat dans le combat futur constituera un enjeu majeur. Il imposera à l’armée de Terre de rester vigilante au risque de dénaturation de l’action militaire et à celui du geste froid de l’action à distance, porteuse d’indifférence»[1].

Profitant de ce dernier éditorial que je signe dans mes fonctions actuelles, je tiens à remercier personnellement et en votre nom le Général (2S) Philippe Houbron qui nous quitte après avoir occupé pendant six ans les fonctions de directeur de publication des Cahiers de la Pensée mili-Terre. Je veux rendre hommage à son action attentionnée, persévérante et efficace menée dans l’ombre, ainsi qu’à son comité pour avoir assuré la publication des cahiers à la fréquence voulue, apporté récemment une inflexion éditoriale pour leur donner une meilleure lisibilité et facilité l’agrégation cohérente des articles publiés. Je souhaite à son successeur, le Général (2S) Joël Moinard, nouveau directeur de publication des Cahiers de la pensée mili-Terre, beaucoup de satisfactions à la tête de leur comité éditorial.

Le Général de division Antoine WINDECK

Image
Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne