Les contenus multilingues proposés sur le site sont issus d'une traduction automatique.
 

 
 
 
 
 
Français
English
Français
English
 
 
 
 
 
Afficher
 
 
 
 
 
Afficher
 
 

Autres sources

 

Les articles à la une

La bataille du renseignement en contre guérilla urbaine: L’exemple de la bataille d’AlgerPublié le 22/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef de bataillon Pascal IANNI

Au moment où l’armée de terre s’apprête à diffuser un manuel de contre-rébellion, traitant notamment des spécificités des engagements en zone urbaine, il semble intéressant de s’interroger sur la pertinence de certains modes d’action développés par l’armée française lors de la lutte contre l’appareil politico-militaire du FLN[1] en 1957, à Alger.

Objet de nombreuses controverses, la recherche du renseignement fut un succès global en Algérie et mérite une attention particulière à l’heure où certaines armées occidentales sont d’ores et déjà confrontées à ce type d’opérations, notamment au Moyen-Orient (Irak, Territoires Palestiniens…).

Si l’usage de la torture est inacceptable, il reste néanmoins certain que les méthodes d’infiltration et de déstabilisation des réseaux adverses, de collecte, de partage et de synthèse du renseignement mises en œuvre en Algérie pourraient nourrir une réflexion pratique qui pourrait être développée dans l’avenir.

 

 

[1] Front de Libération Nationale

Chine: un dragon de papier?Publié le 22/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef de bataillon Frédéric CORAS

L’excellente organisation des JO 2008 donne de la Chine populaire (RPC) une image d’incontestable modernité. La Chine auréolée de sa première place aux JO s’est montrée unie autour d’un projet commun.

Déterminée à gagner un statut de grande puissance[1], la Chine est devenue en une trentaine d’années un acteur économique mondial. Sur la scène internationale, son retour illustre la volonté de Pékin de ne pas laisser les autres puissances écrire l’histoire à sa place. Pourtant, cet immense pays est confronté à des difficultés sociales qui pourraient freiner son développement.

Cet article propose d’évaluer les forces et les faiblesses d’une grande puissance émergente.

 

[1] Le sinologue Joseph Needham soulignait au XXème siècle que la Chine du XVIIème siècle jouissait d’une avance technique considérable sur les puissances occidentales. Il relevait qu’elle avait apporté à l’Occident vingt-quatre innovations dont: la poudre, la brouette, l’imprimerie, la fonte et le compas magnétique. Cette avance technologique en faisait une grande puissance mondiale.

Lieutenant-colonel David Galula: peut-on être prophète en son pays?Publié le 21/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Capitaine Matthieu MEISSONNIER

Qui connaîtrait David Galula si le Général Petraeus n’en avait pas fait le vade me cum de tous les officiers américains partant en Irak et en Afghanistan? Son ouvrage principal, Contre-insurrection, théorie et pratique, a été publié pour la première fois en 1963, mais sa 1ère publication en France par Économica n’a eu lieu que 45 ans plus tard et c’est une traduction de l’anglais! Le Général Petraeus écrit d’ailleurs dans sa préface à l’édition française: «C’est un honneur pour nous de participer ainsi à la reconnaissance par la communauté militaire française de l’un des siens».

L’OTAN en AfghanistanPublié le 21/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Général(CR) François CANN

Le Commandant suprême des forces militaires de l’OTAN est toujours un général d’armée américain: le premier fut le général Eisenhower avec comme second – excusez du peu – le maréchal Montgomery. Ce général porte «deux casquettes», celle du SACEUR (commandant suprême des forces de l’OTAN) et celle d’USAREUR (commandant des forces américaines stationnées en Europe et en Turquie).

Pour le meilleur et pour l’Empire (1815-1914)Publié le 20/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-colonel GOYA

La France est devenue une île stratégique lorsque les menaces ont disparu à ses frontières. Simultanément, elle n’a jamais été aussi ouverte économiquement sur un monde qui tend à remplacer l’affrontement bipolaire par un nouveau «grand jeu» entre de nombreux rivaux. Placé dans un situation similaire au début du XIXème siècle, le Royaume-Uni est parvenu en quelques dizaines d’années à régner sur le quart de la population du monde. À une époque où la France s’interroge sur sa stratégie nationale, il n’est peut être pas inutile d’examiner les raisons du succès britannique au cœur de la première mondialisation.

La crise contemporaine internationale Origine, développement et sortiePublié le 20/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
Madame Denise FLOUZAT OSMONT d’AMILLY

La crise que nous vivons choque par le niveau d’illusion (croire ou faire croire à l’augmentation sempiternelle des prix de l’immobilier américain), de naïveté (croire à l’autorégulation de financiers dépourvus d’appétit de profits extrêmes), d’incompétence s’alliant à un haut degré de sophistication des instruments, tout cela conduisant finalement à une perte de vue totale de la notion de risque.

L’histoire paraît invraisemblable. En fait, les excès de la finance sont la conséquence de déséquilibres économiques profonds au sein d’une économie mondialisée entre pays développés (États-Unis principalement) et pays émergents (Chine notamment) à l’abri d’une large liquidité issue de ces déséquilibres. On va essayer de démêler cet écheveau en analysant les causes, les différentes phases et les conditions de la sortie de la crise.

Les heurs et malheurs de l’Irakisation (2003-2008)Publié le 19/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-colonel Michel GOYA

La guerre au milieu des populations peut difficilement trouver une issue victorieuse sans la prise en compte du combat par les troupes de l’État souverain. Encore faut-il savoir quelle forme doit prendre cette force combattante entre le respect de la culture militaire locale, au risque de la contradiction avec les forces et les objectifs alliés, et le mimétisme, au risque de l’inadaptation au milieu et donc de l’inefficacité.

Le cas de l’Irak est un bon exemple des difficultés de cet arbitrage.

Le Général Édouard BRÉMOND (1868-1948) ou l’anti-Lawrence d’ArabiePublié le 19/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-colonel Rémi PORTE

Dès la fin de la Grande Guerre, la véritable mise en scène, par le journaliste américain Thomas Lowell et l’écrivain militaire britannique Liddell Hart en particulier, de la personnalité fulgurante de T.E. Lawrence et de son action aux côtés de l’émir Fayçal pendant la révolte arabe tend à faire sombrer dans l’oubli le rôle et la place des contingents français déployés au Hedjaz à partir du deuxième semestre 1916. En 1919-1921, au Levant, le difficile établissement du mandat français sur la Syrie et les choix diplomatiques de Paris, qui reconnaît très tôt le gouvernement nationaliste turc d’Ankara, conduisent au peu glorieux retrait de Cilicie.

La campagne de Bretagne : un raid pour la logistique, doublé d’un «raid logistique» (5 juin 1944 – 11 mai 1945)Publié le 18/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef d’escadron Erwan COTARD

Tout en étant encore relativement peu connue car souvent occultée par le débarquement voisin du 6 juin 1944, la campagne de Bretagne de 1944 à 1945 est intéressante à plus d’un titre. Ne serait-ce que par sa durée : débutée avec les largages de SAS[1] la veille du 6 juin, elle se termine après la reddition du 8 mai 1945. On pourrait citer pêle-mêle comme champs d’intérêt pour les amateurs d’histoire militaire la problématique des «poches» (St-NAZAIRE et LORIENT), la coopération interarmes et interarmées très poussée chez les américains (et un peu forcée chez les Allemands…), le rôle important de la résistance française (maquis de St Marcel et Saffré, bataillons FFI, réseaux de renseignement et d’évasion), les opérations de déception lancées par les américains, le Mur de l'Atlantique particulièrement dense dans cette région, etc... Cet article se concentrera sur les aspects logistiques de la campagne.

 

 

[1] Special Air Service. En fait le 2ème Régiment de Chasseurs Parachutistes français.

Les enseignements psychologiques de la guerre entre Israël et le HezbollahPublié le 18/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-colonel Michel GOYA

«Une armée qui combat des faibles devient faible»

Martin Van Creveld

 

Le rapport de la commission Winograd[1] sur la guerre entre Israël et le Hezbollah durant l’été 2006 est particulièrement éclairant sur les vulnérabilités psychologiques qui peuvent affecter une armée qui a perdu l’habitude de combattre un adversaire à sa mesure, au sein d’une nation qui elle-même se croit protégée de toute menace majeure.

 

[1] Paru dans une version intermédiaire en avril 2007et dans sa version définitive le 30 janvier 2008.

Armée