Les contenus multilingues proposés sur le site sont issus d'une traduction automatique.
 

 
 
 
 
 
Français
English
Français
English
 
 
 
 
 
Afficher
 
 
 
 
 
Afficher
 
 

Autres sources

 

Les articles à la une

Un exemple d’espace lacunaire contrôlé: La bataille de la Marne, côté allemandPublié le 12/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le lieutenant-colonel Claude FRANC

Depuis la disparition des dispositifs linéaires des créneaux de l’Alliance, une notion agite beaucoup les esprits en matière de réflexion tactique, celle dite des espaces lacunaires. Il s’avère qu’en la matière, l’exemple de la bataille de la Marne est édifiant.

GALILEO, l’alternative européenne au GPSPublié le 12/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le capitaine Xavier BOULLARD

Avec GALILEO,  alternative civile aux GPS américain et GLONASS russe,  l’Europe acquiert son indépendance en matière de positionnement et de radionavigation

Comment «transformer» une armée en deux semaines?Publié le 11/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Colonel Michel GOYA

À la fin du mois d’août 1914 lors de la «la bataille des frontières», les cinq armées françaises livrent leurs premiers combats et se brisent toutes sur des forces allemandes mieux adaptées à la guerre moderne. Les pertes sont immenses[1] et les lacunes tactiques qui apparaissent sont innombrables: dédain pour le renseignement et les mesures de sûreté, absence de liaisons entre les unités et les armes, attaques directes absurdes, mauvaise utilisation des mitrailleuses, médiocrité du tir de l’infanterie, etc... Pourtant, à peine deux semaines plus tard, du 4 au 10 septembre, cet instrument meurtri et si imparfait parvient à stopper et refouler l’armée allemande sur la Marne avant de la contenir à nouveau lors de la «course à la mer». Expliquer ce redressement par le courage du soldat français et l’énergie de ses chefs serait incomplet car ces qualités existaient déjà en août. Un autre facteur a joué et Joffre le décrit dans ses mémoires: «Si le succès répondit à mon attente sur la Marne, c’est pour une très grande part que nos armées n’étaient plus au début de septembre celles des premiers jours de la guerre».

 

[1] 300.000 morts et disparus français en 1914.

Britania for everPublié le 10/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
Madame Françoise THIBAUT

Les Britanniques ont laissé, partout où ils sont passé, comme en trainée de poudre, non seulement leur langue comme outil mondial de communication, mais aussi une trace durable en relations internationales de tous ordres à travers le Commonwealth, un talent certain pour le commerce et les échanges avantageux, ainsi que des habitudes de vie qui imprègnent encore durablement cinquante quatre États indépendants et la partie nord du continent américain . Cela ne doit pas être négligé par l'observateur de la vie internationale contemporaine.

Les coupeurs de route dans le septentrion camerounaisPublié le 09/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le capitaine METOO SALLA

Suite à une opération de maintien de l’ordre dans le nord du CAMEROUN, ce retour d’expérience souligne l’importance prise par les conflits transfrontaliers dans les pays d’Afrique centrale. L’organisation des groupes, les moyens de plus en plus modernes mis en œuvre et la détermination dont ils font preuve montrent l’ampleur de l’insécurité et appellent une réflexion sur l’action de l’État dans ces régions enclavées.

Le 5ème Régiment du Génie dans la campagne de Madagascar (1895)Publié le 09/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le chef de bataillon Raoul DELEUZE

L’exemple du 5ème régiment du génie à Madagascar est aisément transposable aux opérations actuelles. En 1895, il a grandement contribué à la conquête de l’île, en apportant des solutions concrètes pour faciliter la manœuvre, puis contribué, par la mise en valeur du pays, à la phase de stabilisation- normalisation.

Les forces armées en Afghanistan et les médiasPublié le 08/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le contre-amiral Christophe PRAZUCK

En quittant son poste de conseiller communication du CEMA, le contre-amiral Christophe PRAZUCK a dressé un bilan de l'évolution et de la nécessité de la fonction communication en opérations, et plus particulièrement en Afghanistan. Ce témoignage montre combien il est important de permettre aux journalistes de travailler, dans le respect des contraintes des opérations

Peacekeeping onusien: le ver est dans le fruitPublié le 08/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le chef de bataillon Rémi PELLABOEUF

L’idéologie pacifiste et la culture du compromis qui sous-tendent l’esprit des opérations de maintien de la paix (OMP) de l’ONU rendent illusoire tout succès à long terme face à des acteurs déterminés. Démonstration par le Liban.

Février 2016. Les combattants du Hezbollah harcèlent les Merkavas qui progressent rapidement sur le sol gelé de la plaine de Metulla, au Sud-Liban. Simultanément à un raid aérien sur les sites nucléaires iraniens, Israël a lancé une offensive préventive (preemptiv) sur les sites de lancement du Hezbollah identifiés au Nord du Litani.

Pas un seul coup de feu n’a été tiré par les 12.000 Casques bleus malgré les règles d’engagement robustes qui avaient fait l’objet d’âpres discussions en septembre 2006. À qui la faute?

 

Ce scénario imaginaire de passivité de la FINUL est inscrit en filigrane dans la situation actuelle.

Peut-on militairement couper une guérilla de ses arrières? De la bataille des frontières au plan Challe (Algérie 1957-1961).Publié le 07/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef d’escadron Alexis LAPACHERIE

À travers l’exemple des barrages frontaliers déployés au cours de la guerre d’Algérie et de leur efficacité d’un point de vue militaire, l’auteur tire des enseignements pour les conflits de même nature en cours ou à venir. Il conclut que, quelle que soit l’efficacité des mesures militaires adoptées, celles-ci ne suffisent pas pour vaincre une insurrection. Pour obtenir la victoire, l’action militaire occidentale doit s’accompagner d’une action globale et agir en complément des forces nationales ou locales.

«En porte à faux»: le pari risqué de la France dans la Force intérimaire des Nations-Unies au Liban Publié le 06/08/2018

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef de bataillon Ludovic DANIGO

Au Liban, la résolution 1701, initialement motif d’espérance, se révèle fondée sur un malentendu qui risque aujourd’hui d’attiser de profondes fractures dans la conception et la conduite des opérations de maintien de la paix. La France, membre historique de la Force intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL) se doit aujourd’hui de repenser les raisons et les modalités de son engagement afin d’éviter un positionnement en porte à faux, préjudiciable à ses intérêts.

Armée