Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur
L'Eclaireur N°10
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°9
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°8
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°7
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°6
FEVRIER 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°5
FEVRIER 2019
Séparateur

 

sofins-825x300

sofins-825x300

sofins-825x300

 

 

“[SOFINS2019] Réunir les acteurs de l’innovation autour des opérateurs de terrain”

Ministère des Armées, 4 avril 2019

 

(source recoupée)

La ministre des Armées Florence Parly s’est rendue en Gironde le 2 avril pour inaugurer le Special Operations Forces Innovation Network Seminar (SOFINS). Ce salon européen réunit depuis quatre ans les industriels, entreprises et autres acteurs de l’innovation de défense. À l’occasion de l’ouverture du SOFINS, la Ministre a rappelé que les forces spéciales sont “un élément incontournable de la stratégie militaire française”. L’objectif du salon est de favoriser les échanges entre les concepteurs et les utilisateurs des matériels des forces spéciales. Cette année, plus de cinquante délégations étrangères étaient présentes.

Disponibilité : N/A

 

 

Le Titus « augmenté » de Nexter

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019

 

(source unique)


Nexter a présenté lors du salon SOFINS 2019 la version « augmentée » de son Titus. Le véhicule de 27 tonnes est équipé de 6 roues motrices qui lui permettent d’évoluer dans un environnement dégradé. Il dispose d’un tourelleau téléopéré de 20 mm et peut accueillir jusqu’à onze combattants. Le Titus permet à ces derniers d’évoluer en milieu non-permissif et d’être protégés des mines et des IED grâce à un blindage renforcé. Le véhicule est dorénavant augmenté de drones terrestres et aériens qui peuvent effectuer des missions de reconnaissance. Les deux drones terrestres captifs sont déployés par une trappe qui se trouve sur le côté du véhicule. Ils permettent de faire exploser une mine sans avoir à quitter le véhicule. Le drone aérien décolle du toit de l’engin. Ces drones facilement utilisables peuvent supporter plusieurs charges utiles selon la mission à effectuer. Nexter travaillerait actuellement sur un programme de pilotage à distance, depuis l’arrière du véhicule ou depuis un poste de commandement, pour permettre aux combattants d’être hors de vue de l’ennemi. À terme, l’objectif de Nexter est de concevoir des véhicules blindés inhabités téléopérés. La BRI et le RAID disposent déjà de Titus. À l’étranger, le République Tchèque a lancé un processus d’acquisition de 62 Titus, mais semble ne pas avoir encore abouti. L’Arabie Saoudite semble être un client potentiel mais n’a pas répondu à l’offre de Nexter.

Disponibilité : immédiate

 

 

cid:image071.jpg@01D4F3A9.F7671EA0

Le blindé léger Hawkei par Thales

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

Lors de la dernière édition du SOFINS, Thales a présenté les dernières modifications de son véhicule blindé léger, le Hawkei. Ce véhicule de patrouille et de reconnaissance possède un blindage de niveau 3, représentant une charge de 250 kg. Il dispose d’une grande mobilité, d’un système électronique adaptable et d’une charge utile de 3 tonnes. Le Hawkei serait dorénavant équipé d’un lance-roquettes à induction (à guidage laser) installé à côté d’une mitrailleuse de 12,7 mm. Il posséderait ainsi quatre roquettes, et quatre supplémentaires stockées à l’arrière du véhicule. Le système de roquettes ne peut être utilisé que lorsque le véhicule est à l’arrêt et a vocation à être importé sur n’importe quel véhicule blindé léger. L’armée australienne a acheté 1 100 exemplaires soit un contrat de 820 millions d’euros pour Thales. À ce jour, l’armée de Terre n’a pas indiqué vouloir se doter de Hawkei.

Disponibilité : immédiate

 

 

cid:image073.jpg@01D4F3A9.F7671EA0

Shark, nouveau champion français des robots militaires”

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019

(source unique)

L’industriel français Shark Robotics a présenté pour la première fois son nouveau robot « mule » Barakuda au salon des forces spéciales SOFINS. Capable de transporter jusqu’à une tonne de matériel sur n’importe quel terrain, son poids de 350 kg et sa longueur de 1,5 m sur 1,2 m de large le rend transportable par le futur hélicoptère des forces spéciales NH90 Caïman attendu à l’horizon 2025. Le Barakuda dispose d’une autonomie de 10 à 12 heures et, doté de moteurs électriques, garantit plus de discrétion que les robots à moteur essence. Avec cet engin, Shark Robotics entend rivaliser avec les robots existants comme ceux de l’américain General Dynamics, de l’estonien Milrem et de l’américano-israélien Roboteam. Selon le co-fondateur de l’entreprise, le Barakuda serait « trois fois plus puissant » que les robots concurrents. Le groupe Shark, créé il y a deux ans, s’est déjà imposé sur le marché de la robotique : son robot pompier Colossus, engin à chenille de 500 kg, est en service depuis deux ans au sein de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Disponibilité : immédiate

 

 

cid:image073.jpg@01D4F3A9.F7671EA0

1ère présentation : Fusil d’assaut PHANTOM HVT MULTICAL

CDEC, SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

La société française SUNROCK, fondée en 2007, a présenté lors du SOFINS 2019 le prototype de son nouveau fusil d’assaut, le PHANTOM HVT MULTICAL. Spécialement conçu pour les opérations spéciales, l’encombrement a été extrêmement réduit, avec 49 cm de longueur pour seulement 2,2 kg. Le prototype était présenté chambré en 5,56x45 300.ACC blackout, mais le canon est interchangeable avec d’autres calibres. Nouveauté intéressante, l’arrêtoir de culasse est repositionné au niveau de la détente. De fait, le tireur presse la détente, renvoie sa culasse vers l’avant après un changement de chargeur d’urgence ou le règlement d’un incident de tir et décroche son chargeur uniquement avec l’index. La crosse est ajustable, rabattable et se retire d’un seul tenant et sans outils. Le prototype peut se voir ajouter des systèmes de visée déportée ou anti-drones, et arborait sur le salon un pointeur laser, un viseur point rouge, une lampe et un réducteur de son. Le prototype a été produit par un armurier déjà en lien avec les commandos de marine, ayant intégré les contraintes propres aux nageurs de combat.

Disponibilité : plusieurs mois (phase de test)

 

 

cid:image073.jpg@01D4F3A9.F7671EA0

1ère présentation : Plateforme plate carrier front panel en kydex

CDEC, SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

La société française TRB, déjà bien connue chez les forces spéciales et les groupes d’intervention pour ses holsters et ses plateformes d’emports de matériels d’effraction en Kydex (utilisées par le GIGN), était présente au SOFINS 2019. Elle présentait pour la première fois un nouveau modèle de plateforme d’emport. Destinée à être fixée sur les faces avant velcro des cummerbunds de gilets porte plaques, elle permet au combattant de préparer à l’avance son matériel, type et nombre de chargeurs, qu’il vient ensuite simplement plaquer sur son gilet. L’opérateur peut ainsi prévoir et préparer à l’avance plusieurs configurations. La plateforme se destine particulièrement aux gilets de nouvelle génération, comme les JPC 2.0 de la société Crye Précisions. Les portes chargeurs en kydex de la marque sont clipsables et déclipsables très facilement sur cette même plateforme. La plateforme permet ainsi une grande réversibilité pour les combattants, qui peuvent à volonté modifier la configuration de leur matériel en fonction de la mission. Auparavant, de tels changement nécessitaient l’emport d’un chest rig sur des portes plaques lisses.

Disponibilité : immédiate

 

 

Atos-Bull, Coder for intelligence

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

Lors du salon SOFINS, l’équipe du CDEC a pu assister à une présentation du logiciel Codex for intelligence de la société française Atos-Bull. Le logiciel utilise l’intelligence artificielle (IA) pour analyser des données et proposer des conclusions dans le cadre d’une mission de renseignement, par exemple. L’analyse automatique des données regroupées par le logiciel permet d’extraire les informations pertinentes, d’analyser des images ou vidéos en lien avec la mission, de réaliser une analyse géographique, sémantique (termes de la mission) et prescriptive de la mission, d’analyser les profils des individus concernés, de créer un graphique visuel et de gérer le partage de l’information entre différents services. Atos-Bull met son logiciel à contribution dans le cadre du partenariat Architecture de Traitement et d’Exploitation Massive de l’Information multi-Source (ARTEMIS). Ce partenariat a été lancé par la Direction générale de l’armement (DGA) en novembre 2017 et le premier forum a été organisé en octobre dernier. Il s’inscrit dans les orientations de la Revue stratégique de défense et de sécurité nationale (2017), qui a identifié l’IA comme critique pour les systèmes de défense.

Disponibilité : immédiate

 

 

La tablette Thorium X de CLS

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

La société française CLS (Collecte Localisation Satellite), filiale du CNES (Centre national d’études spatiales), a présenté à l’équipe du CDEC sa tablette Thorium X. Conçue en 2017, cette dernière est la première reliée directement à un satellite. Elle permet d’assurer une continuité des communications dans les régions isolées. Plus maniable qu’un smartphone, elle assure connectivité et transportabilité. Elle pourrait permettre aux combattants déployés en mission de rester connectés à un poste de commandement et de transférer l’information en temps réel (localisations, messages, images, compte-rendus).

Disponibilité : immédiate

 

 

Aristote : l’intelligence artificielle au service des opérations

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

Lors du salon SOFINS, l’équipe du CDEC a pu assister à une présentation de l’unité de traitement de données ARISTOTE. Ce système est capable d’effectuer un traitement de l’information numérique pour apporter une aide à la décision opérationnelle au plus près du combattant. Le logiciel utilise l’intelligence artificielle évolutive pour analyser des situations tactiques à partir de données diverses issues du renseignement d’origines source ouverte, électromagnétique, image, humaine ou acoustique. Au-delà de la création automatique des bases de données, le système assure la classification et l’extraction des informations sensibles. Imaginé par un brigadier-chef du centre d’innovation et d’anticipation du 13e RDP et soutenu par l’Agence de l’innovation défense (AID), le logiciel est interopérable avec le système d’aide à l’exploitation du renseignement convergé déjà existant.

Disponibilité : immédiate

 

 

Le Pléiade Neo de Airbus Defense and Space

CDEC SOFINS, 3 avril 2019


(source unique)

À l’occasion de la dernière édition du SOFINS, l’entité Intelligence d’Airbus Defense and Space a présenté le prochain projet de constellation de satellites d’observation Pléiade. L’élaboration du Pléiade Néo contribue à faire de Airbus Defense and Space le leader en renseignement géospatial (GEOINT). Quatre nouveaux satellites seraient ajoutés à la flotte existante de dix satellites. Ces quatre nouveaux satellites couvriront un demi-million de km² de plus par jour, avec une résolution de 30 cm. Ce système de satellites permet en outre de détecter les changements qualitatifs sur le terrain. Les images et observations seraient directement transmises sur la plateforme One Atlas (cloud élaboré par Airbus Defense and Space permettant un accès simplifié aux données). Le projet Pléiade Néo serait en mesure de donner des renseignements au niveau gouvernemental (pour les opérateurs d’importances vitales) ou commercial (condition météorologique fâcheuse pour une récolte) et de leur lancer des alertes grâce notamment à une communication utilisant une technologie laser allant jusqu’à 1,8 Gbit par seconde. 

Disponibilité : 2020

 


 

 

HOLOGRAPH, Visual Decision Making, outil visuel d’aide à la décision pour la planification et la conduite des opérations

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

La startup DeliaStrat fondée par deux anciens officiers d'infanterie développe un logiciel d'aide à la décision pour les états-majors de niveau stratégique, opératif et tactique. Holograph est un tableau blanc virtuel collaboratif qui permet à toutes les fonctions d'un état-major de planifier et de conduire une opération en temps réel dans un environnement entièrement graphique. Holograph permet de connecter un modèle de stratégie avec les indicateurs numériques pour évaluer le succès à chaque étape et alerter en temps réel sur la nécessité d'adapter le dispositif et les ressources. Holograph réalise l’intégration de données texte, image ou géographique dans une interface utilisateur graphique compatible avec des systèmes d’information géographique ou renseignement existants.

Disponibilité : prototype

 

Le groupe SURVITEC élabore un sas de secours contre les attaques et incidents NRBC

CDEC SOFINS, 3 avril 2019


(source unique)

Le groupe SURVITEC élabore un sas de secours appelé le SONICS MILPOD. Ce caisson portatif gonflable est destiné à recevoir une personne blessée ou contaminée dans un environnement NRBC. Le sas permet d’isoler la personne tout en lui apportant les soins nécessaires grâce à une multitude de gants fixés sur la paroi du caisson et permettant un accès vers l’intérieur de celui-ci. Le groupe SURVITEC élabore également des murs gonflables afin de recréer une zone urbaine et/ou un environnement cloisonné, à des fins d’entraînement.

Disponibilité : immédiate

 

 

 

 

La tablette tactile souple de Airbus Defense and Space

CDEC SOFINS, 3 avril 2019


(source unique)

Lors du salon, l’équipe du CDEC a pu assister à une présentation d’Airbus Defence and Space d’un prototype déjà très avancé de tablette tactile souple possédant une autonomie de 16h dans son état actuel. Cette solution embarque un système Android sécurisé permettant d'accueillir des applications métier, ainsi que des moyens de communication Wifi et Bluetooth eux aussi sécurisés. Des capacités LTE/4G sont en développement.

Disponibilité : immédiate

 

 

[Vidéo] Le Smash 2000 de Smartshooter

CDEC SOFINS 2019, 3 avril 2019


(source unique)

Le groupe israélien Smartshooter a développé le Smash 2000, système de type « Fire control » qui peut s’intégrer sur la majorité des armes individuelles modernes. Par un mécanisme de détection et d’acquisition de cible, le système bloque la queue de détente et enclenche automatiquement le tir en fonction de la trajectoire calculée de la cible choisie préalablement par le combattant. La version Smash 2000 Plus intègre un « mode drone » permettant la destruction « assurée » d’aérodynes de petites tailles jusqu’à une distance de 200 mètres.

Disponibilité : immédiate

 

1ère présentation : Silencieux DUAL 762-BL

CDEC, SOFINS 2019


(source unique)

La compagnie Finlandaise ASE UTRA, un des leaders mondiaux des fabricants de réducteurs de son, a présenté en exclusivité son nouveau modèle, le DUAL 762-B. Conçu pour les fusils de précision en 7,62 OTAN, ce nouveau modèle réduit de plus de 50% le retour des gaz au niveau de la culasse (5 à 20% de pression supplémentaire, contre 30 à 50% pour les modèles traditionnels), y compris en mode full auto. Il assure une importante suppression du flash en sortie de bouche, pour un diamètre de 43,5 mm et un poids de 570 gr. La suppression sonore est calculée à 22-22 db à un mètre à gauche du canon et 15-20 db au niveau des oreilles du tireur, pour seulement 12,7 cm de longueur supplémentaire de l’arme. L’efficacité est garantie par la marque jusqu’à 10 000 coups. Grâce à un design particulier, la réduction de flamme en sortie de bouche est très importante pour le premier coup, puis presque complète pour les coups suivants en tir rapide.

Disponibilité : immédiate

 

 

 

“Russia developing new combat helicopter for Airborne Force”

Agence Tass, 27 mars 2019


(source recoupée)

Selon une source de l’Agence Tass, la Russie développerait actuellement une version modernisée de son hélicoptère de combat Mil MI-24 pour les unités aéroportées. Ce modèle pourrait, d’après Tass, devenir le nouvel appareil standard des forces russes et améliorer ses performances suite à l’expérience syrienne. Symbole de la puissance militaire soviétique, le Mil MI-24, vendu à plus de 2 500 exemplaires et exporté dans de nombreux pays a fait ses preuves dans de nombreux conflits comme l’Afghanistan ou encore l’Ossétie du Sud. Par la suite, une version modernisée du Mil MI-24 fut mise en oeuvre avec le Mil MI-35 afin de pallier l’obsolescence du Hind. Expérimentées pendant les exercices du programme Vostok de 2018, ces nouvelles unités héliportées devraient comprendre des escadrons d'hélicoptères de transport et d'attaque.

Disponibilité : N/A

 

 

“The U.S. Army is Gettling Lots of New Guns”

The national interest, 28 mars 2019


(source recoupée)

L’armée américaine teste en ce moment ses nouveaux systèmes d’armes légères. Livrés à l’été 2018 au profit de deux unités d’infanterie, les nouveaux fusils de précision semi-automatiques M110A1 ont été décrits comme plus précis et plus ergonomiques par l’industriel allemand Heckler and Koch qui les a développés. 46,2 millions de dollars du budget de la défense en 2019 sont alloués à l’acquisition de 5 180 de ces M110A1. De nouveaux fusils d'assaut NGSW-T (Next Generation Squad Weapon-Technology) sont aussi expérimentés. Produits par Textron System, les premiers prototypes ont été livrés seulement 15 mois après la signature du contrat. Ils seraient aussi plus légers et plus performants grâce au système de munitions « cased telescoped ». A l’instar de l’obus de 40 mm développé par Nexter, il s’agit de munitions  nouvelle génération dites « télescopées » dans lesquelles l’ogive est enfermée dans la cartouche de poudre au lieu d’être placée au sommet de celle-ci. 

Disponibilité : immédiate

 

 

“Russian helicopter pilot training center opens in Venezuela”

Agence Tass, 30 mars 2019


( source recoupée)

Dans le cadre d’un contrat entre le groupe industriel russe Rosoboronexport et le fabricant vénézuélien CAVIM, un centre de formation au profit des pilotes d’hélicoptères a été inauguré au Venezuela. Il permettrait d’assurer un entraînement efficace pour les pilotes vénézuéliens à l’emploi des hélicoptères russes Mi17V-5, Mi-35M et Mi-26T. Utilisés pour des missions de sauvetage et d'évacuation dans les zones touchées par des catastrophes naturelles, les hélicoptères russes Mi-35M fournis au Venezuela sont également utilisés dans la lutte contre le trafic de drogue. Sa capacité d’emport est de 5 à 6 équipiers des forces spéciales et il est également capable de fournir un appui feu significatif. 31 hélicoptères de fabrication russe, dont 18 hélicoptères de transport Mi17V-5, 10 hélicoptères d'attaque Mi-35M2 et trois Mi-26T2 de transport lourd sont en service au sein des forces vénézuéliennes.

Disponibilité : immédiate

 

 

 

U.S withholding F-35 from Turkey could give Russia the chance it needs to export Su-57

Tyler Rogoway, The Drive, 2 avril 2019


(source recoupée)

Une version améliorée du Su-57 a été présentée à l’occasion du Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition et sera prochainement proposée à l’export. Les clients potentiels de la Russie ne seraient autres que les pays auxquels les États-Unis refusent de vendre le F-35. C’est par exemple le cas de l’Arabie Saoudite ou des Émirats Arabes Unis mais également de la Turquie. En effet, la vente de systèmes de défense antimissile S-400 à la Turquie a conduit les États-Unis à menacer de suspendre la livraison des F-35 à Ankara. La Russie aurait pour sa part proposé un accord d’exportation de Su-57 avec la Turquie. La version améliorée du Su-57 disposerait d’une capacité d’emport de carburant importante à savoir 10 300 kg contre environ 8 000 kg pour le F-35 et 4 700 kg pour le Rafale. Le Su-57 pourrait ainsi concurrencer le F-35 et le Rafale qui lui, ne satisfait pas aux caractéristiques d’avion de chasse de “5ème génération”. Enfin, la Russie s’inquiète d’une possible copie Chinoise du Su-57 à l’instar du J-11, copié sur le Su-27, qui pourrait ainsi s’approprier des parts de marché asiatique.

Disponibilité : immédiate

 

 

“Watch Russia’s shotgun drone shoot down a model airplane”

Kelsey D. Atherton, C4ISRNET, 25 mars 2019


(source unique)

Le site C4ISRNET a partagé une vidéo montrant un drone russe armé d’un fusil d’assaut abattre un avion miniature. Associé au fusil d’assaut Vepr-12 de Kalachnikov par l’industriel russe Almaz-Antey, ce drone aurait pour objectif l’interception d’aérodynes de petites tailles utilisés comme armes ou à des fins de renseignement. Cependant, l’autonomie du drone n’a pas été précisée, et il est impossible de déterminer si ce dernier est piloté ou autonome.

Disponibilité : N/A

 

 

“Mme Parly: “La clause de solidarité de l’OTAN est l’article 5, pas l’article F-35”.

Reuters, Challenges, 18 mars 2019


(source recoupée)

En visite à Washington, la ministre Florence Parly revient sur la clause de solidarité de l’OTAN. Lors d’un discours devant l’Atlantic Council, think tank américain, la ministre rappelle le fort engagement des États-Unis dans la sécurité européenne. La ministre plaide en faveur d’une autonomie stratégique européenne qui contribuerait à renforcer l’Alliance. Florence Parly souligne l’inquiétude des pays européens vis-à-vis de l’exigence d’un seuil de 2% du PIB alloués aux dépenses de défense qui, s’il n’était pas respecté, conduirait les États-Unis à se retirer de l’alliance. Enfin, la ministre a exprimé son inquiétude concernant les exportations d’armements, rappelant que la clause de solidarité ne doit pas être conditionnée par la vente d’équipements américains aux armées européennes.

Disponibilité : N/A

 

 

“All in one counter-drone detection and strike system”.

I-HLS, 29 mars 2019


(source unique)

Les Marines américains élaborent un nouveau programme de lutte anti-drones. Le Ground Based Air Defense (GBAD) pourrait être utilisé en appui des opérations aéroterrestres. Capable d’identifier une cible mais également de la neutraliser, le programme GBAD augmenterait ainsi les capacités de lutte anti-drones. Ce dernier devrait pouvoir être utilisé depuis des véhicules terrestres. Enfin, la première version du GBAD est attendue pour 2020, mais une version améliorée prévue pour 2021 devrait étendre la portée du programme aux systèmes de radar avancés (comme le TPS-63 défense aérienne ou le TPS-73 contrôle aérien). Cette version intégrerait à la fois des missiles et des équipements de contre-mesures électroniques (brouillage et laser).

Disponibilité : 2020

 

 

Defiant, l’hélico du futur à double rotor et hélice de propulsion”

Guerric Poncet, Le Point, 25 mars 2019


(source recoupée)

Le 21 mars 2019, l’hélicoptère futuriste des industriels américains Sikorsky et Boeing a volé pour la première fois dans la perspective d’une entrée en service dans l’armée américaine à l’horizon 2030. Conçu pour remplacer les célèbres UH-60 Black Hawk, le futur SB-1 Defiant pourrait assurer des missions de transport, d’attaque, d’évacuation sanitaire ou de reconnaissance, et pourrait embarquer jusqu’à 12 passagers pour 4 membres d’équipage. À la fois plus rapide et plus sûr, capable de dépasser les 460 km/h en vitesse de croisière contre 280 km/h pour les actuels Black Hawk, il garantirait une capacité de frappe plus rapide et disposerait d’une vulnérabilité réduite pendant le vol. Cette rapidité résulterait d’innovations apportées dans l’hélice de propulsion, avec un double rotor contrarotatif permettant de s’affranchir d’un rotor de queue.

Disponibilité : 10 ans

 

 

“The Navy is assembling a hacker team to fight off small drones”

Marcus Weisgerber, Defense One, 1er avril 2019


(source unique)

La Marine américaine et l’US Army ont lancé un projet commun de lutte anti-drones appelé JYN (du nom d’un personnage de Star Wars). Une équipe d’ingénieurs, de chercheurs et de hackers a ainsi été sollicitée afin de développer une défense contre des drones, accessibles dans le commerce qui, malgré leur taille et leurs fonctionnalités, sont susceptibles de constituer une menace pour les unités déployées. Le groupe État islamique a notamment montré ces dernières années, son aptitude à militariser ces drones de petites tailles, en leur ajoutant des capacités de tir ou d’autodestruction par charges explosives. Ce projet a comme priorité la protection des navires et des aéroports, cibles potentielles pour ces drones.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Conduite sur sable : un complexe dédié”

Ministère des Armées, 29 mars 2019


(source unique)

Établi à Biscarrosse, le 17e groupe d’artillerie a créé un « complexe sable » dédié à l’entraînement à la conduite en milieu désertique. 35 à 40 stages annuels permettront de former des conducteurs de véhicules légers et de poids lourds, aux techniques de pilotage et de franchissement de zones sableuses. Ce complexe comprend une série d’obstacles réalistes (ensablement, pentes, franchissement de ponts…) visant à familiariser les conducteurs à leurs véhicules (capacités de franchissement, de braquage, moteur), à l’environnement dans lequel ils évoluent (nature du sable, chaleur), et d’acquérir de nombreuses connaissances dans ce milieu spécifique, comme la position des pneus en fonction de l’obstacle ou son abordage en fonction de la charge.

Disponibilité : immédiate

 

 

“Exportations : comment MBDA desserre le noeud coulant des États-Unis (ITAR)”

Michel Cabirol, La Tribune, 27 mars 2019.


(source recoupée)

Pour échapper à la réglementation ITAR (International Traffic in Arms regulation), en vertu de laquelle les États-Unis peuvent bloquer des ventes d’armes faites à l’étranger lorsque des composants américains entrent dans leur fabrication, le missilier MBDA investit dans des programmes de défense européens et dans la recherche et le développement de technologies. La réglementation ITAR pose en effet une contrainte considérable sur les exportations européennes d’armement :  en février 2018, les États-Unis avaient ainsi posé leur veto à l’exportation vers l’Egypte de 12 avions Rafale équipés de missiles de croisière SCALP, en raison de la présence d’une puce électronique américaine au sein de ces derniers. Le missilier a alors été contraint d’investir massivement dans le développement d’un composant analogue à l’échelle européenne. Afin d’assurer son autonomie stratégique, le missilier investit également dans des start-up et PME européennes critiques, telles que la PME Dolphin, spécialisée dans le développement de composants électroniques sensibles. La ministre des Armées Florence Parly a encouragé ces initiatives, appelant l’ensemble des industriels à désensibiliser leurs programmes d’armement à ITAR.

Disponibilité : N/A

 

 

“Carfit déploie sa solution de maintenance prédictive”

GICAT, 28 mars 2019


(source recoupée)

La société Carfit intègre le programme Generate du Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) pour contribuer à l’amélioration de la maintenance des véhicules dédiés à l’armée de Terre. La technologie de l’entreprise repose sur l’analyse des véhicules par vibrations grâce à un système d’intelligence artificielle. Elle permet ainsi d’anticiper les besoins en maintenance et de commander les pièces de rechange correspondantes en amont. Cette solution est indépendante : elle n’a pas besoin de connectivité ou d’un réseau de communication pour fonctionner.

Disponibilité : N/A

 

 

“Un duo de drones, terrestre et aérien, pour des opérations militaires et civiles”

Jean-Michel Normand, Le Monde, 29 mars 2019


(source recoupée)

Jeudi 28 mars, les sociétés Drone Volt et Nexter Robotics ont rendu public un partenariat visant à constituer un duo de drones destiné à des applications civiles et militaires. Côté terrestre, Nexter Robotics a conçu le Nerva, un « robot léger multi-missions » long de 35 cm, pesant 4,5 kg à vide, capable de rouler jusqu’à deux heures à une vitesse maximale de 30 km/h, en utilisant des roues ou des chenilles. Il est programmé pour regagner automatiquement son point de départ. Côté aérien, ce dernier est couplé au drone Hercule 20 de Drone Volt. Ce « gros-porteur » peut soulever une charge d’une vingtaine de kilos grâce à ses huit moteurs et voler pendant une quinzaine de minutes. Les deux appareils doivent être pilotés à distance, mais pourraient prochainement évoluer en modules autonomes. Le module terrestre peut recevoir divers « kits missions » selon l’utilisation qui en est faite : opérations de reconnaissance nucléaire, radiologique, biologique ou chimique, détection d’un « engin explosif improvisé », participation à des combats ou aide aux victimes. Le duo, qui se destine aux forces spéciales, sera présenté lors du salon SOFINS 2019. Le couplage drone aérien/terrestre a pour principal avantage d’élargir le rayon d’action du second.

Disponibilité : Immédiate

 

 

“Les start-up spécialisées dans la défense et la sécurité poussent tous azimuts”

Michel Cabirol, La Tribune, 25 mars 2019


(source recoupée)

Cinq des dix start-up accompagnées par Generate, l’accélérateur du Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT), sont devenues des scale-up (entreprises ayant dépassées le statut de start-up mais n’ayant pas encore atteint sa pleine maturité et toujours en croissance). Aleph Networks, entreprise spécialisée dans le darkweb, Linkurious (logiciels et réseaux), CerbAir, Diodem et Internest (trois industriels consacrés aux drones ou à la lutte anti-drones) sont devenus des scale-up. Ces entreprises sont en effet parvenues à lever des fonds, nouer des partenariats industriels et à signer des contrats d’export. Deux ans après le lancement de l’accélérateur de start-up de défense et sécurité Generate, le premier bilan semble positif.

Disponibilité : N/A

 

 

“L’entraînement multinational au profit de l’interopérabilité : Dynamic Front 2019”

Ministère des Armées, 29 mars 2019


(source unique)

L’exercice Dynamic Front 2019 s’est déroulé du 14 février au 12 mars à Grafenwoehr en Allemagne. Organisé par l’armée américaine, ce programme d’entraînement annuel a pour objectif de renforcer l’interopérabilité des systèmes d’artillerie des forces de l’OTAN, notamment à travers une interface numérique nommée Artillery systems cooperation activities (ASCA). En outre, il vise à fluidifier la circulation des données pour apporter une plus grande rapidité d’action, mais aussi à offrir une force de frappe massive et de longue portée pour répondre à un besoin déterminé via n’importe quel moyen d’appui feu. Cette année, le plus important exercice d’artillerie du continent européen a accueilli 3 200 militaires provenant de 27 pays. L’armée de Terre était représentée par 300 soldats de la 2e brigade blindée.

Disponibilité : N/A

 

 

“Le VPS2 est déployé au Sahel”

Le Mamouth, 25 mars 2019


(source recoupée)

Le VPS2, commandé à trente exemplaires à la PME Technamm (qui réalise le Masstech) par le Commandement des opérations spéciales (COS), est désormais déployé en bande sahélo-saharienne. Il sera également exposé au salon SOFINS 2019. Ce véhicule a été acquis en urgence en raison des retards du VLFS, que le COS attend à partir de 2022. Le contrat avait été notifié en février dernier. Il aura fallu moins d'un an pour fabriquer, expérimenter et équiper les véhicules (armes, communication). Le VPS2 est fondé sur un modèle britannique, le Fox de Jankel, développé à partir d'un châssis de Toyota. Les trois armées l’utilisent, permettant ainsi de simplifier la chaîne logistique et les relèves.

Disponibilité : En service

 

 

“Les entreprises civiles accompagnées dans le recrutement des militaires blessés”

Ministère des Armées, 29 mars 2019


(source unique)

Le 27 mars dernier, différents acteurs agissant pour la reconversion des militaires blessés se sont réunis dans les locaux du MEDEF pour sensibiliser les entreprises à leur recrutement. Étaient présents Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, le CEMA, le Président du MEDEF, Défense mobilité et le Service de Santé des Armées. L’objectif est d’inciter les entreprises à recruter les militaires blessés. Un nouveau guide élaboré par le groupe de travail « Accompagnement des militaires blessés du comité liaison Défense-Medef » a présenté plusieurs dispositifs permettant un meilleur recrutement des militaires blessés au travers de divers stages et formations. Sophie Cluzel a rappelé que l’embauche des militaires blessés favoriserait leur reconversion socioprofessionnelle et donc participerait à l’effort de défense nationale. 

Disponibilité : N/A

 

 

“Opération Barkhane : le retour d’expérience sur roulage sable du CaRaPACE, le camion-citerne de 40 tonnes du service des essences des armées”

Ministère des Armées, 5  avril 2019


(source unique)

Véhicule tout-chemin et blindé du Service des essences des armées, le Camion Ravitailleur Pétrolier de l’Avant à Capacité Étendue (CaRaPACE) est engagé depuis août 2018 sur l’opération Barkhane. Réalisé par trois entreprises (Scania France, Maisonneuve, Essonne Sécurité), il dispose d’une capacité d’emport de 22m3 pour un poids de 40 tonnes. Sa mission est le transport massif de carburant sur les théâtres d’opérations. Pour ce faire, il est équipé d’une cabine blindée munie d’un tourelleau téléopéré de calibre 12,7 mm. Enfin, le CaRaPACE est particulièrement adapté aux terrains sablonneux, et les retours d’expérience de son déploiement en bande sahélo-saharienne sont positifs. Le maniement du véhicule, la climatisation et la protection accrue ont notamment été appréciés par les conducteurs.     

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Après 15 mois de discussions, Thales finalise le rachat de Gemalto

Le Figaro, le 3 avril 2019


(source unique)

Thales a annoncé avoir finalisé le rachat de Gemalto (Pays-Bas) pour 4,8 milliards d’euros. Annoncé il y a quinze mois, ce rachat permet au groupe de renforcer ses activités dans le domaine de l’intelligence artificielle, de l’internet des objets, de la biométrie et de la cybersécurité. Thales renforce aussi sa présence à l’international. Le groupe pourrait aussi atteindre un chiffre d’affaire de 19 milliards d’euros et un effectif de 80 000 salariés.

Disponibilité : N/A

 

 

“Amazon prié de ne plus vendre Rekognition à la police”

Les Numériques, 5 avril 2019


(source recoupée)

55 experts en intelligence artificielle issus des entreprises les plus à la pointe du secteur - Google, Facebook, Microsoft - dont un lauréat du prix Turing, ont adressé une lettre ouverte à Amazon, invitant l’entreprise à cesser de vendre son système de reconnaissance faciale Rekognition aux forces de l’ordre. En 2018, Amazon avait en effet annoncé que son logiciel était utilisé par la police de l’Oregon et de l’Orlando en Floride, alarmant plusieurs associations de défense des libertés civiles. Les signataires dénoncent le caractère “biaisé” et discriminatoire de ce système de reconnaissance faciale, qui se fonde sur l’intelligence artificielle (IA) : en début d’année, des chercheurs du MIT et de l’Université de Toronto ont ainsi démontré que Rekognition commettait beaucoup plus d’erreurs lorsqu’il s’agissait d’identifier une femme ou une personne de couleur, avec un taux d’erreur évalué à 31% pour une femme de couleur. Contrairement à Microsoft ou IBM, Amazon n’a pas apporté de correctifs à son logiciel pour limiter les erreurs relatives aux femmes et aux personnes de couleur. La direction d’Amazon remet en cause les résultats de l’étude, affirmant que les chercheurs ont testé l’outil d’analyse faciale et non de reconnaissance faciale.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Analyse : la modernisation de la défense sol-air chinoise presque achevée”

Olivier Dujardin, Analyse Défense, 26 mars 2019


(source recoupée)

La dernière phase de modernisation de la défense sol-air chinoise serait en cours avec le remplacement des dernières batteries longues portées HQ-2. La défense aérienne longue portée chinoise reposait à l’origine sur ce système, une version du SA-2 russe. Ce n’est pas la première fois que la Chine modernise intégralement sa défense sol-air. Dans les années 1990, la Chine avait développé son propre système anti-aérien de longue portée, le HQ-9, devenu opérationnel en 1997 et inspiré, entre autres, du système russe S-300. Cette modernisation a été accompagnée au même moment par le renouvellement des systèmes HQ-2, jusqu’alors utilisés, et renommés HQ-12. Aujourd’hui, les sites HQ-2 restants seraient en phase de conversion en sites HQ-9 ou HQ-12. Cette modernisation soulignerait l’importance du rôle des systèmes russes dans la protection des points vitaux chinois et la confiance accordée par la Chine à leur égard.

Disponibilité : N/A

 

 

“Florence Parly : « Oui à l'intelligence artificielle, non aux robots tueurs »”

Anne Bauer, Les Echos, 5 mars 2019


(source recoupée)

La ministre des Armées Florence Parly a exprimé la position française concernant l’intelligence artificielle (IA) et les « robots tueurs » à l’occasion de son discours à l’Institut DataIA de Saclay. Après avoir réaffirmé le rôle stratégique majeur de l’IA dans la course à la puissance technologique, économique et militaire, la ministre a souligné que l’IA ne servira pas au développement de « robots tueurs ». Elle a rappelé qu’il n’y avait pas de consensus international sur les systèmes d’armes létaux autonomes (SALA), mais que la France se fixait une ligne rouge. La recherche et le développement sur l’IA s’inscrivent en France dans une « ligne éthique » et l’IA doit rester « au service de l’homme et non le remplacer ». En accord avec le droit international de la guerre, l’homme doit rester celui qui prend la décision d’ouvrir le feu. Dans la continuité des objectifs fixés par la loi de programmation militaire de 2019, la ministre a annoncé le recrutement de 200 spécialistes et la création d’un comité éthique au sein du ministère des Armées. L’IA doit aujourd’hui pouvoir apporter une réponse aux défis de stockages et de calculs de masses de données et doit contribuer à améliorer l’aide à la décision et à la planification, le renseignement, la logistique et la maintenance. Elle joue aussi un rôle majeur dans la robotique, le cyber et le combat collaboratif.

Disponibilité : N/A

 

 

cid:image115.jpg@01D4F3A9.F7671EA0

“Russia’s Military Mission Creep Advances to a New Front: Africa”

Eric Schmitt, New York Times, 31 mars 2019


(source recoupée)

La Russie accroît son influence militaire en Afrique avec un nombre croissant d’accords de défense, d’exportations d’armements et de programmes d’entraînement et de formation. Cette influence s’étend désormais en Centrafrique, en Libye, au Soudan et dans le G5 Sahel. Alors que la présence russe avait sensiblement reculé avec la chute de l’URSS, Moscou a rétabli ses relations avec ses anciens partenaires, comme le Mozambique ou l’Angola. Le meurtre d’un journaliste en Centrafrique, enquêtant sur les activités du groupe Wagner, a ravivé l’attention des observateurs occidentaux. Le Pentagone estime à 175 le nombre d’instructeurs de la société, très liés à l’armée et au pouvoir russes. John R. Bolton, conseiller à la sécurité nationale de l’administration Trump, accuse notamment la Russie de vendre du soutien matériel contre des votes aux Nations unies, prenant pour exemple un vote de décembre, où 24 pays africains se sont abstenus de condamner l’annexion de la Crimée. Néanmoins, le volume financier et matériel de la présence russe en Afrique reste très éloigné de ceux de la Chine ou des États-Unis. Si le continent africain représente désormais le tiers des exportations d’armements russes, l’Algérie demeure le principal client (80 %).

Disponibilité : N/A

 

 

“Gatling Gun”

History Channel

En 1861, en pleine Guerre de Sécession, l’inventeur américain Richard Gatling concevait la première mitrailleuse de l’histoire. Son objectif affiché est alors de rendre les batailles rangées “tellement meurtrières” que les belligérants n’oseront plus s’engager dans de telles confrontations. Constituée de six canons de calibre 0,58 pivotant autour d’un axe central à l’aide d’une manivelle, la “Gatling” était capable de délivrer entre 200 et 400 coups par minute. Elle fut testée pour la première fois pendant le siège de Petersburg en 1864 et 1865 par l’Armée de l’Union. Dans cette première version, les mitrailleuses étaient fixées sur des affûts d’artillerie, augmentant le poids et réduisant la maniabilité de l’arme. Peu utilisée aux États-Unis, la Gatling séduira davantage les Britanniques, qui l’emploieront à l’occasion de leurs conflits contre les Zoulous, les Boers et les Boxers.

 

 

“Yann LeCun, co-lauréat du prix Turing”

Denis Sergent, La Croix, 8 avril 2019

Le chercheur français en sciences numériques Yann LeCun a reçu, avec deux collègues, le prix Turing, équivalent du prix Nobel en informatique. Les trois chercheurs ont contribué aux avancées en matière d’intelligence artificielle, en particulier dans l’apprentissage profond (deep learning), technique qui permet d’entraîner un ordinateur à reconnaître différents contenus parmi des millions de données. Le prix Turing est décerné chaque année depuis 1966 par l’Association for Computing Machinery à des scientifiques pour leurs contributions à la communauté informatique. Il porte le nom du célèbre mathématicien britannique Alan Turing, à l’origine des fondements de l’informatique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il avait joué un rôle crucial en réalisant la cryptanalyse de la machine de chiffrement allemande Enigma. Après la guerre, il avait travaillé sur les tous premiers ordinateurs et contribué au débat sur l’émergence de l’intelligence artificielle.

 

Vous abonner ou vous désinscrire de la lettre : cdec-pep.accueil.fct@intradef.gouv.fr

 

 

Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Image

Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne