Précédent | 1 . 2 | Suivant

L'Eclaireur N°29

JUIN 2020

Lire…

L'Eclaireur N°28

MARS 2020

Lire…

L'Eclaireur N°27

FEVRIER 2020

Lire…

L'Eclaireur N°26

DECEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°25

DECEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°24

DECEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°23

NOVEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°22

NOVEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°21

OCTOBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°20

OCTOBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°19

SEPTEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°18

SEPTEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°17

SEPTEMBRE 2019

Lire…

L'Eclaireur N°16

JUILLET 2019

Lire…

L'Eclaireur N°15

JUIN 2019

Lire…

L'Eclaireur N°14

JUIN 2019

Lire…

L'Eclaireur N°13

JUIN 2019

Lire…

L'Eclaireur N°12

MAI 2019

Lire…

L'Eclaireur N°11

MAI 2019

Lire…

L'Eclaireur N°10

AVRIL 2019

Lire…
Précédent | 1 . 2 | Suivant

 

 

Numéro 26 – 20 janvier 2020

 

L’Éclaireur est une veille orientée vers des sujets d’intérêt pour les études prospectives sur les opérations aéroterrestres, actuellement conduites par le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC).

Ce document est uniquement réalisé à partir de sources non classifiées. Il a vocation à permettre un rapide tour d’horizon bimensuel des informations diffusées dans les média et susceptibles d’intéresser le monde de la défense. Les brèves rassemblées se limitent à des synthèses brutes des documents analysés et recoupés à chaque fois que possible par des entretiens conduits par ses rédacteurs. Il revient donc à chaque lecteur de contextualiser ces informations, notamment lorsqu’elles ont pour origine des sources étrangères officielles, en fonction de l’usage qu’il souhaite en faire et de la nature des conclusions qu’il lui appartient d’en tirer.

 

 

 


Russia reveals its updated Marker UGV

Jane’s, 17 décembre 2019

(source unique)

La Fondation russe pour les projets de recherche avancés a dévoilé une version améliorée du drone terrestre Marker. Son large châssis pourrait servir à monter des armes dotées d’une puissance de feu supérieure à celle du modèle finalisé en février 2019, équipé d’une mitrailleuse Kalachnikov 7,62 mm et de missiles guidés antichars. La nouvelle version, testée en octobre 2019, aurait la particularité de disposer d’un module de lancement de petits drones aériens de reconnaissance, pouvant opérer seuls ou en essaim. Cinq drones terrestres seraient en cours de développement. La capacité du Marker à engager une cible de manière autonome devrait être évaluée au premier trimestre 2020.

 


Turkey to Receive Machine Gun Drones

Israel Homeland Security, 21 décembre 2019

(source unique)

L’entreprise turque Asisguard a mis au point le premier drone multi-rotors équipé d’une mitrailleuse, baptisé Songar. La précision du tir serait améliorée par différents systèmes compensant l’effet de recul. Contrôlée à distance par un pilote, l’arme pourrait atteindre une cible de 15 centimètres à 200 mètres de distance. Le Songar transporterait 200 munitions de calibre 5,56 mm et opèrerait sur un périmètre de 10 km, de jour comme de nuit, y compris en essaim de trois drones. Il a notamment vocation à contribuer à la sûreté rapprochée des soldats pendant leurs patrouilles et à protéger les transports de convois. Son autonomie n’est pas connue à ce jour.

Disponibilité : 2019

 


 

 

Armenian Armed Forces acquire new Tor M2KM missile systems

Armenpress, 21 décembre 2019

Armenia receives Tor-M2KM SAM systems

Jane’s, 24 décembre 2019

 

Le premier ministre arménien Nikol Pashinyana a annoncé que les forces armées de la République d’Arménie avaient reçu leur premier lot de systèmes anti-aériens Tor-M2KM (SA-15D Gauntlet) nouvelle génération. Ce système russe, monté sur un véhicule 8x8 KamAZ-63501, serait efficace contre les missiles de croisière, les bombes aériennes guidées et les drones. Le nombre de Tor-M2KM livrés à l’Arménie n’est pas connu.

 


Russia Deploys Hypersonic Weapon, Potentially Renewing Arms Race

The New York Times, 27 décembre 2019

(source recoupée)

Le 27 décembre 2019, le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou a annoncé la mise en service du premier régiment équipé des nouveaux planeurs hypersoniques (HGV) Avangard. Un an après le succès du premier essai, ce nouveau système lancé par un missile balistique intercontinental SS-19 serait désormais opérationnel. Capable d’emporter des charges conventionnelles ou nucléaires, il permettrait de déjouer les systèmes antimissiles actuels en planant sur les hautes couches de l’atmosphère. Enfin, selon Moscou, il pourrait atteindre une vitesse maximale de Mach 27, soit environ 33 000 km/h. Un deuxième régiment devrait être équipé du système Avangard d’ici 2027.

Disponibilité : 2019-2027

 


Top brass to set up 3 new military units armed with Ratnik combat gear in Russia’s west

Tass, 31 décembre 2019

(source recoupée)

L’armée russe prévoit de doter en 2020 trois nouvelles unités d’infanterie, stationnées dans le district militaire occidental, du système de combat Ratnik de seconde génération. Le Ratnik est un système d’équipement avancé de protection, de communication et d’armement. Il améliore la connectivité du soldat et lui permet d’être constamment informé de la situation dans la zone de combat. La troisième génération du système Ratnik serait par ailleurs en cours de conception. Cette nouvelle version serait composée d’un exosquelette et d’un casque équipé d’un système de désignation de cibles intégré.

Disponibilité : 2020

 


2 000 Drones Light up Night Sky in Shanghai to welcome New Year

CCTV Video News Agency, 1er janvier 2020

(source recoupée)

Pour le Nouvel An 2020, Shanghaï a décidé de remplacer les traditionnels feux d’artifices par un spectacle de drones Ghost 2.0 volant en essaim et formant divers motifs. La technique avait déjà été utilisée lors des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en 2018. Les ingénieurs de la société Ehang, en charge de cette démonstration, avaient programmé les 2 020 engins volants grâce à un seul ordinateur central. Celui-ci synchronisait l’ensemble de la flotte avec l’aide d’un positionnement satellite précis basé sur la technologie Real Time Kinematic (RTK). L’entreprise a pré-enregistré la performance effectuée par l’essaim de drones le 28 décembre, avant de la diffuser à la télévision le soir de la Saint-Sylvestre. À Singapour également, 500 drones ont réalisé en direct une performance avec un système similaire en s’associant aux feux d’artifices. Ces prouesses techniques appellent une réflexion sur les moyens de détecter, d’identifier et de neutraliser ce type de flottes.

 


Russia proposes Iraq its S-400 air defense system

Army Recognition, 7 janvier 2020

Russia re-ups offer to arm Iraq with S-400 air-defenses as relation with the US sour

The Drive, Warzone, 7 janvier 2020

 

Selon l’agence de presse russe RIA Novosti, citant le ministère de la Défense russe, la Russie aurait proposé à l’Irak la livraison de systèmes de défense antiaérienne S-400 (SA-21 Growler), d’une portée de 200 à 400 km. Face à la déstabilisation que connaît la région à la suite de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, la Russie aurait également proposé la livraison de systèmes de missiles sol-air courte et moyenne portée Tor-M2 (SA-15D Gauntlet) et Buk-M3 (SA-17 Grizzly), d’une portée respective de 16 et 70 km. Pour rappel, l’Irak avait déjà envisagé l’achat de S-400 en mai 2019, avant d’y renoncer. À ce jour, le pays dispose de véhicules antiaériens moyenne portée Pantsir-S1 (SA-22 Greyhound), également de fabrication russe, d’une portée de 20 km.

 


Drones help PLA detect enemy behind walls

Global Times et China Military Online, 8 janvier 2020

(source unique)

Selon le quotidien chinois Global Times, les tireurs d’élite chinois seraient désormais équipés de mini-drones de reconnaissance leur permettant de localiser avec plus de précision une cible dissimulée derrière un mur. Mis en œuvre par l’observateur du binôme, ce drone indiquerait au tireur d'élite l’endroit précis où réaliser le tir. Facilement transportable à l’aide d’un sac à dos, ce mini-drone présenterait un intérêt réel en milieu urbain. Il aurait déjà été testé lors d’un exercice fin décembre.

 


« Les soldats américains déployés au Moyen-Orient privés de smartphones et tablettes »

ZDNet, 13 janvier 2020

(source unique)

Les parachutistes de la 82ème division aéroportée de l’armée américaine, récemment déployée au Moyen-Orient, ont reçu l’ordre avant leur départ de laisser chez eux leurs moyens de communication (smartphones, tablettes et ordinateurs). Cette nouvelle règle vise à empêcher les soldats de se mettre en danger en exposant les détails des opérations sur les réseaux sociaux. Les risques de vol de ces appareils par l’ennemi ou d’enlèvement des soldats sont aussi importants. Fin 2017, le service de suivi d’activités physique Strava, utilisé par certains soldats américains lors de leurs séances de sport, avait révélé l’emplacement de bases militaires secrètes, mettant en évidence la capacité réelle de ces technologies de compromettre la confidentialité des opérations militaires.

 

 

 


« Le combattant du futur »

Ministère des Armées (Youtube), 15 décembre 2019

(source unique)

Le Journal de la Défense (JDEF) dédie son numéro de décembre à l’innovation dans les Armées. En plaçant la focale sur le travail de ceux qui préparent le combat de demain, il enjoint à dissiper quelques idées préconçues. L’intelligence artificielle, la réalité augmentée, la robotique ou encore l’hyperconnectivité offrent des opportunités réelles d’optimisation des matériels, des méthodes d’engagement et même des méthodes de formation. De 730 millions en 2018, le budget dédié à l'innovation devrait passer à plus d’un milliard d’euros à compter de 2022, conformément à la LPM 2019-2025 qui en a fait une priorité.

 


« La DGA lance CI-AILE, un cluster d’innovation technique de défense dans le domaine de l’aéromobilité »

Ministère des Armées, 20 décembre 2019

(source unique)

Le 19 décembre 2019, la Direction générale de l’armement a inauguré un cluster d’innovations techniques de défense dans le domaine de l’aéromobilité sur son centre d’expertise et d’essais techniques aéronautiques de Balma. Baptisé CI-AILE, ce groupement d’acteurs privés et publics près de Toulouse a été créé en associant quatre partenaires régionaux fondateurs : la DGA, l’armée de Terre, l’ISAE-SUPAERO et la communauté défense du pôle Aerospace Valley. Son objectif est de détecter, d’orienter et d’expérimenter les innovations portées par les acteurs régionaux afin de faire émerger de nouvelles solutions technologiques dans le domaine de l’aéromobilité militaire, en lien avec l’Agence de l’innovation de défense.

 


 

« Le ministère des Armées sélectionne le nouveau fusil de précision des militaires français »

Ministère des Armées, 7 janvier 2020

« SCAR-H : le nouveau fusil de précision de l’armée de Terre »

SIRPA Terre, 8 janvier 2020

L’entreprise belge FN Herstal a remporté l’appel d’offre pour l’acquisition de fusils de précision semi-automatiques (FPSA) au profit de l’armée de Terre. Ce contrat porte sur l’achat de 2 600 FPSA et de 1 800 lunettes de visée à intensification de lumière, ainsi que de dispositifs d'imagerie thermique et de munitions. Le fusil sélectionné est le SCAR-H PR, une version améliorée du fusil d’assaut SCAR en service dans l’armée belge. De calibre 7,62 mm, il offre des performances de tir remarquables, de jour comme de nuit, jusqu’à une distance de 800 mètres. Il remplacera les fusils de précision FR-F2 en service dans l’armée de Terre depuis 1986.

Disponibilité : 2020-2022

 


« L’AK-47 : une arme à maîtriser »

SIRPA Terre, 7 janvier 2020

(source unique)

Début décembre, dix instructeurs de tir de combat (ISTC) ont été formés au maniement de l’AK-47, au Centre de Préparation à l’Engagement Opérationnel du 51ᵉ régiment d'infanterie à Mourmelon. Ce stage visait à familiariser les instructeurs partant en mission de courte ou longue durée à l’étranger, à ce fusil d’assaut extrêmement populaire, notamment auprès des pays ayant peu de moyens financiers. Ce premier apprentissage officiel s’inscrit dans le cadre des nouveaux programmes de formation souhaités par le Commandement de l'Entraînement des Écoles du Combat Interarmes (COME2CIA) et le Centre de Partenariat Militaire Opérationnel (CPMO). En 2020, le 51ᵉ RI prévoit d’organiser d’autres stages de ce type pour habituer les soldats à l’emploi d’armes quotidiennement utilisées sur le terrain, tel le fusil d’assaut M16.

 


 

« Communiqué : le ministère des Armées renouvelle les pistolets semi-automatiques pour les forces françaises »

Ministère des Armées, 6 janvier 2020

« Les nouveaux pistolets de l’armée de Terre arrivent »

Sirpa Terre, 8 janvier 2020

Le ministère des Armées a annoncé avoir attribué le marché pour le remplacement des pistolets semi-automatiques PA MAC 50 et PAMAS G1 à la société autrichienne Glock. 75 596 pistolets semi-automatiques ont été commandés par la Direction Générale de l'Armement (DGA) et devraient être livrés d’ici fin 2022, dont environ 80% à l’armée de Terre. Le modèle retenu est le Glock 17 Gen 15, déjà en dotation au sein de forces spéciales et de certaines unités.

Disponibilité : 2020-2022

 

 

 



« L’innovation technologique dans la stratégie de puissance chinoise »

IRSEM, 16 décembre 2019

Deux chercheurs de l’IRSEM, Océane Zubeldia et Malcolm Léon-Zytnicki, conduisent actuellement une étude sur les ambitions de Pékin en matière d’innovation technologique, lesquelles visent à terme à prendre l’ascendant sur ses concurrents, américains en particulier. A ces fins, la Chine tire profit de la synergie qu’offrent les liens civilo-militaires dans des secteurs clefs tels que l’intelligence artificielle, les drones et le spatial. Elle le fait d’autant plus facilement que la force de ses décisions politiques est sans appel sur son territoire. Ici comme ailleurs, la Chine fait montre d’une impressionnante capacité de projection sur ces secteurs d’innovation et bouscule les marchés, au point d’être devenue, en deux décennies, un acteur majeur du secteur. Au-delà de la seule confrontation de leurs savoir-faire respectifs, la concurrence entre les États-Unis et la Chine pourrait se jouer sur les prix que chacune des deux puissances serait capable d’offrir sur le marché.

 



« Libye : un nouveau théâtre de "guerre par procuration" ? »

IRIS, 23 décembre 2019

David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’IRIS, propose une analyse de l'équilibre des forces en présence et des influences étrangères sur le théâtre libyen. En proie à la guerre civile depuis plus de cinq ans, la Libye voit s’opposer deux camps : celui du président Fayez al-Sarraj, bénéficiant a priori du soutien de la communauté internationale, et celui du maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), soutenu par les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Russie. Alors que Tripoli et Ankara signaient, fin novembre 2019, « un accord de coopération militaire et sécuritaire » ouvrant la voie à une intervention turque en Libye, le maréchal Haftar lançait quelques jours plus tard la « bataille finale » pour le contrôle de la capitale. Dans ce contexte, le président turc Recep Tayyip Erdogan annonçait le 5 janvier dernier le début du déploiement de troupes turques en Libye, complexifiant ainsi le jeu des ingérences étrangères.

 



“CSIS Bad Idea: Assuming the ‘Small Wars’ era is over”

Breaking Defense, 31 décembre 2019

Deux chercheuses américaines, Alexandra Evans (RAND Corp) et Alexandra Stark (New America Foundation), mettent en garde contre les analyses quasi-unanimes aux États-Unis du retour au « choc des grandes puissances » et aux conflits conventionnels de haute-intensité. Fondées ou non, les craintes d’un retour aux compétitions brutales entre grandes puissances ne doivent pas occulter la persistance des menaces de conflits asymétriques. C’est d’ailleurs au travers de ces derniers que se joueraient les prémices d’une guerre ouverte entre grandes puissances. Bien gérer ces conflits serait donc le meilleur moyen d’éviter l’escalade et de maintenir l’état de paix relative des dernières décennies. C’est pourquoi il est crucial de conserver et d’affermir les compétences acquises en matière de conflits asymétriques.

 



“The 2020s: Predicting the Future of Defense and Global Conflict”

Military.com, 31 décembre 2019

Quelles tendances stratégiques façonneront la prochaine décennie ? D’après l’historien militaire américain Joseph V. Micallef, les conflits armés vont devenir de plus en plus anonymes. D’ici 2030, les États-Unis livreront surtout des guerres par procuration contre des acteurs non-étatiques, probablement équipés de flottes de drones aériens, terrestres et maritimes. Par conséquent, la ligne de démarcation entre conflits armés et activités criminelles, espace civil et théâtre d’opérations militaires, deviendra floue. Ensuite, la Chine et l’Iran devraient répandre leurs modèles politiques autoritaires par la vente d’armes, le soutien à des milices locales et l’exportation de moyens de contrôle étatique fondés notamment sur l’intelligence artificielle. Enfin, moins coûteuses en hommes, en moyens et en dommages collatéraux que l’emploi de la force, les guerres économiques devraient se généraliser.

 



« Lancement du comité d’éthique de la Défense »

Ministère des Armées, 10 janvier 2020

La ministre des Armées, Florence Parly, a ouvert le 10 janvier dernier la première session du comité d’éthique de la Défense. Constitué de 18 membres issus du monde civil et militaire, il a pour mission de doter les armées d’une structure de réflexion permanente sur les enjeux éthiques des nouvelles technologies. La ministre a salué le lancement de ce comité qui constitue une première parmi les grandes puissances militaires et a fixé deux priorités de réflexion : le soldat augmenté et les systèmes d’armes létaux autonomes (SALA). Les premières conclusions du comité devraient être rendues à l’été 2020 dans le but d’affermir la position de la France sur ces sujets.

 

 


 



« Le Traité sur le commerce des armes fête ses 5 ans »

Ministère des Armées, 20 décembre 2019

 

A l’occasion des cinq ans de son entrée en vigueur le 24 décembre 2014, la France rappelle son vif attachement au Traité sur le commerce des armes (TCA). Près de cinq années de négociations furent nécessaires à la ratification de ce traité, alors particulièrement défendu par la France et le Royaume-Uni. Il vise une meilleure régulation du marché international des armes conventionnelles, qui représente aujourd’hui un total de près de 100 milliards de dollars. Le traité compte désormais 105 signataires et fait figure de texte majeur des deux dernières décennies en matière d’encadrement international des transferts d’armes et de désarmement.

 


« L’origine du cocktail Molotov »

CDEC, Pôle Études et Prospective

 

Le principe du cocktail Molotov est ancien : les premières grenades combustibles, baptisées « feu grégeois », sont utilisées par les Byzantins au VIIème siècle. Le cocktail Molotov dans sa forme moderne apparaît en 1937, lors de la guerre sino-japonaise, avant d’être utilisé en 1938 en pleine guerre d’Espagne par les Franquistes comme substitut aux armes antichars. L’expression « cocktail Molotov » est forgée durant la guerre d’Hiver entre l’URSS et la Finlande (1939-1940) en référence au ministre de la Guerre Viatcheslav Molotov, bras droit de Staline. Lors des bombardements de l’Armée rouge sur la Finlande, Molotov affirme que l’URSS ne lance pas de bombes, mais fournit des provisions par avion aux Finlandais affamés. Par dérision, ces derniers surnomment les bombes incendiaires soviétiques « les paniers à pain de Molotov ». Le terme de « cocktail Molotov » est ensuite utilisé par ces mêmes soldats finlandais pour désigner l’arme artisanale particulièrement efficace pour enflammer les réservoirs de carburant des T-26 soviétiques.

 



« L’expédition des Dardanelles (19 février 1915 - 9 janvier 1916) »

Ambafrance.org

Le 9 janvier 2020 marquait les 104 ans de la fin de la bataille des Dardanelles entre Alliés et Ottomans. Préconisée par le premier Lord de l’Amirauté Winston Churchill, l’expédition se limite d’abord à un assaut naval sur les Détroits, donné le 26 février 1915. Elle est complétée par une attaque terrestre sur la presqu’île de Gallipoli, menée principalement par les Australiens et Néo-Zélandais du corps d’armée britannique ANZAC et par l’armée française d’Orient. Le colonel Mustapha Kemal les repousse près de Gaba Tepe. Des tranchées sont creusées en avril et la contre-attaque alliée sur la baie de Suvla en août échoue. L’évacuation a lieu du 18 décembre 1915 au 8 janvier 1916 : 147 000 soldats alliés sont morts et 145 000 souffrent de maladie. L’échec de l’expédition des Dardanelles s’explique notamment par un manque de moyens navals et terrestres et l’envoi trop tardif de troupes au sol. Ce sérieux revers contraint Churchill à démissionner.