Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Précédent Image | Image 1 Image . Image 2Image | Image Suivant
Image
Séparateur
L'Eclaireur N°12
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°11
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°10
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°9
AVRIL 2019
Séparateur
Image
Précédent Image | Image 1 Image . Image 2Image | Image Suivant
Image

 

 


 


 


First Tornado-S MLRS supplied to Russian Southern district

Army recognition, 14 janvier 2019

 

Source recoupée

Selon le ministère de la Défense russe, la 439e brigade d’artillerie de Znamensk (dans l’oblast d’Astrakhan) aurait reçu début janvier les premiers exemplaires du nouveau lance-roquettes multiple Tornado-S (MLRS). Equipé de 12 roquettes (2x6) de 300mm, il est capable d’atteindre une cible à 120 km (70 km pour un LRU) grâce à un système de conduite de tir automatisé. Le Tornado-S peut être équipé de munitions dites “intelligentes”, guidées à l’aide d’une version améliorée du système de navigation satellitaire GLONASS et capables de se scinder pour atteindre 8 objectifs simultanément. Cette dotation, qui entend progressivement remplacer les 9A52-2T en service depuis les années 90, marque une étape supplémentaire vers l’automatisation de l’artillerie russe, après l’introduction en 2012 du Tornado-G.

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

confirmation de la nécessité de développer :

  • une capacité d’acquisition et de tir contre-LRM ;
  • un entraînement dynamique changements de positions (PC, Artillerie, logistique, etc.).

 

 



 

Individual reconnaissance system developed for Russian military-source

TASS, 27 janvier 2019

 

Source recoupée

Selon les informations adressées par une source industrielle à l’agence de presse russe TASS, les forces armées russes devraient prochainement être équipées d’un système de reconnaissance ingénieux baptisé Glaz (litt. “œil” en russe). Inspiré des pistolets lance-fusées, il permettrait aux soldats de propulser à 300 mètres d’altitude une caméra miniature haute définition, dont la descente serait freinée à l’aide d’un parachute et les images transmises en temps réel vers une tablette. Cette alternative aux mini-drones de reconnaissance aurait été testée avec succès en Syrie.

Disponibilité : 5 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • constat de la diversification des capacités de surveillance, acquisition de cibles, reconnaissance et renseignement (SA2R) au sein des forces russes.

 


 


RAFAEL introduces an Airmobile Spike NLOS for Special Ops

Tamir Eshel, Defense Update , 4 février 2019

 

source recoupée

L’industriel israélien RAFAEL aurait testé un nouveau lanceur léger pour son système de missile SPIKE NLOS. Le lanceur a été intégré sur un véhicule léger tout-terrain, le Tomcar TE6, doté d’un moteur hybride diesel/électrique. D’un poids total d’1,3 tonne avec ses missiles, ce lanceur a une portée maximale de 30 km. Le SPIKE NLOS peut accueillir, dans sa version intégrée au Tomcar, quatre missiles pré-chargés et quatre missiles de rechange. Particulièrement silencieux, le Tomcar a une autonomie de 30 km avant de devoir être rechargé par son moteur diesel. Très légère, cette déclinaison du SPIKE NLOS, montée sur Tomcar, peut être chargée à bord d’hélicoptères CH-47, CH-53, ou V-22 Osprey.  

Disponibilité : 2 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • diversification des vecteurs de tir pour systèmes antichars ;
  • intérêt pour le développement de véhicules hybrides en termes d’allégement des flux logistiques.

 


 


“Confidentiel : 2 frégates russes sont équipées de dispositifs créant des illusions sensorielles”

Fabrice Wolf, Analyse Defense, 4 février 2019

 

Source recoupée

L’agence RUSELECTRONICS a annoncé que deux frégates (Amiral Gorshkov et Amiral Kazatonov) seraient désormais dotées de systèmes optiques. Ces systèmes pourraient, au moyen d’un puissant rayon lumineux, éblouir des cibles à une distance de 2 km. De plus, le rayon pourrait provoquer des illusions sensorielles, telles que des pertes d’équilibre, des nausées voire des hallucinations. Cet équipement non-létal pourrait être mis en œuvre dans le cadre de confrontations avec d’autres navires.  

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • en fonction de la portabilité d’un tel système sur des vecteurs terrestres, disposer d’un panel de moyens complémentaires susceptible de mieux graduer l’usage de la force.

 


 


British army selects BISIM to lead a pilot programme examining VR’s potential for defence training

Bisimulations, 4 février 2019

 

source recoupée

L’armée britannique a attribué un contrat à la société BOHEMIA INTERACTIVE SIMULATIONS (BISim) afin de présenter un démonstrateur d'entraînement en réalité virtuelle. Dans le cadre du programme VR IN-Land Training Pilot, l’objectif est d’identifier les opportunités de la réalité virtuelle dans le cadre de la formation et de l’entraînement. BISim, grâce à son expérience dans le domaine, va certainement présenter un projet combinant la réalité virtuelle et la réalité mixte.

Disponibilité : 5 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • disposer d’outils pédagogiques complémentaires pour la préparation à l’engagement (simulation instrumentée) ;
  • rapport coût-efficacité, réalisme et progressivité dans la préparation opérationnelle.

 


 


Kornet-D1 anti-tank missile system to enter state trials

Muhammet Metin, Defense and Technology, 17 janvier 2019

 

source recoupée

Le ministère russe de la Défense a annoncé le début des essais du missile anti-char russe 9P163 Kornet D-1 pour cette année. Ce système de missile autoguidé a vocation à être monté sur le châssis des véhicules d’assaut aérolargable, BMD-4M. Doté d’un système de guidage SACLOS (semi-automatic guidance to line of sight), le missile a une portée maximale de 5500m et produit une explosion équivalente à 10t de TNT.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • constat du renforcement de la trame missile russe ;
  • confirme l’intérêt des recherches dans le domaine des systèmes de protection actifs et passifs (hard-kill et soft-kill) contre les armes antichars.

 


 


“Le robot de combat terrestre Uran-9 mis en service au sein de l’armée russe”

Laurent Lagneau, Opex360, 30 janvier 2019

 

Source recoupée

D’après l’ancien général russe Vladimir Chamanov, des robots de combat terrestres Uran-9 auraient été testés au cours d’opérations en Syrie. Équipés de missiles antichars, de roquettes incendiaires, d’un canon de 30mm et d’une mitrailleuse, ces engins télé-opérés auraient été employés dans des missions de reconnaissance, d’appui-feu et de destruction d’objectifs. Cependant, le retour d’expérience de l’utilisation des Uran-9 fait état de failles importantes dans le dispositif. Pertes de contact récurrentes, tirs en retard ou avortés, autonomie revue à 500 mètres, sont autant de problèmes rencontrés par ces engins lors de leur déploiement. Toutefois, les autorités russes comptent incorporer complètement les Uran-9 à leurs forces armées à l’horizon 2021.

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • retour d’expérience sur l’utilisation d’engins télé-opérés en situation de combat ;
  • confirme la difficulté d’intégration et les limites actuelles de tels systèmes au sein de dispositifs de combat.

 


 


“Russian high-tech firm developing non-lethal stun weapons for drones and robots”

TASS, 11 janvier 2019

 

Source unique

La société russe ROSTEC développe actuellement des armes à létalité réduite qui seraient montées sur des drones et des robots. Ces armes produisent des effets irritants, assourdissants ou encore aveuglants. Un groupe appartenant à ROSTEC élabore également des armes non létales ayant pour but d’être utilisées par la police et les forces de sécurité. Un prototype pourrait être dévoilé en 2019.

Disponibilité : 5 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • constat de la diversification des capacités d’agression au sein des forces russes ;
  • confirme l’intérêt des recherches dans le domaine de la lutte anti-drones.

 

 




“Germany to field Trophy APS with Leopard II tanks”

Tamir Eshel, Defense Update, 24 janvier 2019

 

Source unique

Le système de protection active RAFAEL TROPHY (APS) va équiper les chars allemands Léopard II d’ici 2022. L’analyse des opérations en Syrie confirme le besoin accru de protection contre les missiles antichars. Ce système de protection active équipe déjà quatre brigades de chars américains Abrams.

Disponibilité : 3 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • confirme l’intérêt des recherches dans le domaine des systèmes de protection actifs et passifs (hard-kill et soft-kill) contre les armes antichars.

 


 


Suffragette on a scooter

1916

 

Source recoupée

L’activiste sociale britannique Florence Priscilla Lady Norman a récemment été aperçue parcourant les rues de Londres à l’aide d’un engin étonnant. Ce véhicule en principe constitué d’une planche sur laquelle est fixée une haute poignée, est normalement propulsé à l’aide du pied et enchante les enfants de Londres. Lady Norman pourrait toutefois être en possession d’une des premières versions motorisées de ce véhicule révolutionnaire. Fabriqué en Allemagne par la firme KRUPP et sous licence aux États-Unis par l’Autoped Company of Long Island City, New York, depuis 1915, cet AUTOPED pourrait prochainement équiper les postiers, bien qu’il fasse pour le moment le bonheur des gangs new-yorkais.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • sous réserve de voir son autonomie et sa mobilité renforcées, en recourant éventuellement à une motorisation électrique, ce type d’engin silencieux et ultra-léger pourrait avoir des applications à la fois civiles et militaires, au sein des corps francs par exemple.

 


 

 




“Des “drones opérationnels de poche” pour les Terriens”

Nathan Gain, Forces Operations blog, 17 janvier 2019

 

Source recoupée

Depuis fin 2018, l’armée de Terre dispose d’un système de drones opérationnels de poche (DOP)  particulièrement utilisé par le 2ème régiment de Hussards de Haguenau. Ce dispositif constitué de “Black Hornet 3” a déjà été mis en œuvre par les armées américaine et australienne. Permettant de faire face aux systèmes de brouillage par le biais d’une clé AES de 256 bits, ces DOP font actuellement leurs preuves au sein de l’opération Barkhane. S’affirmant comme un outil permettant de se déplacer dans des milieux non géo-localisables, ce système a la capacité d’être discret, léger et peut aller jusqu’à une vitesse maximale de 21 km.  

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • diversifier les capacités de surveillance, acquisition de cibles, reconnaissance et renseignement (SA2R) au sein des forces.

 


 


“La France va se doter d’un planeur hypersonique”

Louis Neveu, Futura Sciences, 29 janvier 2019

 

Source recoupée

Le 21 janvier 2019, la ministre des Armées Florence Parly a évoqué le développement d’un planeur hypersonique (vitesse supérieure à Mach 5). Selon la ministre, un démonstrateur pourrait être présenté en 2021. La société Arianegroup serait maître d’œuvre du projet. Grâce à cette annonce, la France rejoindrait le club fermé des pays disposant de la technologie de planeurs hypersoniques. Cette annonce fait suite aux programmes analogues aux États-Unis, en Russie et en Chine évoqués dans les Éclaireurs n°2 et n°4.

Disponibilité : 15 ans

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • renforcement des capacités de frappe longue distance permettant de contrer les systèmes A2/AD actuels ;
  • renforcement de la trame balistique française complétant le volet dissuasion.

 


 


“Patrice Caine, PDG de Thalès, s’oppose aux robots tueurs équipés de l’IA”

Vincent Fagot, Le Monde, 26 janvier 2019

 

Source recoupée


Alors que les robots armés et les chars de combat télé-opérés constituent de nouvelles pistes de travail pour les industriels, la question des systèmes d’armes létales autonomes (SALA) se pose. Le PDG de Thales, Patrice Caine s’est exprimé sur le sujet et refuse catégoriquement de doter d’intelligence artificielle toute arme létale. Il souhaite également que les pays mettent en place une législation internationale sur les robots tueurs autonomes. M. Caine met également en garde contre les robots dotés de reconnaissance faciale qui, utilisés à l’échelle d’un pays s’apparenterait à de la surveillance intensive d’une population.

Disponibilité : néant

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • contribuer aux réflexions sur les systèmes d’armes létaux télé-opérés ou autonomes.

 

 




“Warq, des terrains d’airsoft au GIGN”

Nathan Gain, Forces Operation Blog, 25 janvier 2019

 

source recoupée

L’armée de Terre a passé commande auprès de la société belge WARQ de casques conçus pour l'entraînement avec des répliques d’armes airsoft. Ce casque intégral a pour avantage de protéger totalement la tête du porteur tout en évitant l’apparition de buée sur la visière. Ce casque pourrait à terme faire partie du matériel d'entraînement en dotation dans les unités de l’armée de Terre.

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • disposer d’outils pédagogiques complémentaires pour la préparation à l’engagement dans des espaces principalement cloisonnés (zone urbaine).

 

 




“Azur Drones obtient la première autorisation de vol autonome”

Bruno Trevidic, Les Échos, 4 février 2019

 

Source recoupée

L’aviation civile (DGAC) a octroyé aux drones SKEYETECH une autorisation de voler de façon autonomisée, sans pilotage au sol. Cette première autorisation permettra à ces drones de vidéosurveillance de survoler des sites privés de jour comme de nuit, y compris en agglomération.

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • disposer de moyens complémentaires de surveillance de zone.

 

 




“Un laboratoire grassois récompensé pour sa crème anti-radiation”

Romain Massa, Tribuca, 28 juin 2018

 

Source recoupée

Le laboratoire français CEVIDRA a obtenu, à l’occasion de la World Nuclear Exhibition de Paris en juin dernier, le Prix « innovation sûreté nucléaire ». Sa crème Cevidra Calixarène permet en effet de traiter en urgence les contaminations cutanées par radioéléments (uranium, plutonium). Déjà commercialisé, le produit bloque les éléments radioactifs avant leur pénétration sous la peau. La molécule calixarène avait été identifiée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), grâce à un soutien financier de la DGA. Cette crème antiradiations pourra être utilisée à des fins civiles et militaires.

Disponibilité : immédiate

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • protection du combattant en cas de menace NRBC ou d’intervention en lors d’une catastrophe technologique.

 

 


 


“France tests huge 140mm tank gun as it pushes ahead with Germany on a new tank design”

Joseph Trevitchick, The Drive , 24 janvier 2019

 

source recoupée

NEXTER a annoncé avoir testé un canon de 140 mm sur un char Leclerc, lors de l’International Armored Vehicles conference (IAV) à Londres. Tirant avec succès plus de 200 coups consécutifs lors de la démonstration, ce char serait, selon l’industriel français, «70% plus performant» que les modèles otaniens de 120 mm. Cet essai s’inscrit dans le cadre du programme franco-allemand lancé en 2012, visant à doter les deux pays d’un nouveau modèle de véhicule de combat lourd pour 2035. Les munitions de ce canon devraient être constituées de deux parties : la charge explosive et l’obus.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • suivi des études relatives au programme Main Ground Combat System (MGCS).

 

 


 


“Sécurité : des armes anti-drone”

France TV Info, 30 janvier 2019

 

Source recoupée

Face aux menaces provoquées par l’usage malveillant de drones, autorités et entreprises développent leur arsenal afin de repérer et éliminer des drones parasites et espions. La société française MC2 Technologies a ainsi produit un fusil anti-drone. D’après Antoine Gryczka, directeur du groupe, cette arme, d’une longueur de 1,45m pour 6kg, aurait une portée de plusieurs kilomètres. Une telle arme pourrait s’avérer efficace en réaction aux survols de zones sensibles, comme l’avaient prouvé les épisodes de la centrale de Bugey et de l’aéroport de Gatwick.

Disponibilité : 1 an

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • renforcer les capacités de lutte anti-drones (LAD) ;
  • protections des emprises sur le territoire national comme en opérations extérieures.

 

 




“Cyberdéfense: la France se dote d’une nouvelle doctrine militaire”

Aude Leroy, Europe 1, 18 janvier 2019

 

source recoupée

La ministre des Armées a dévoilé la nouvelle stratégie cyber de la France. “La Lutte Informatique Offensive (LIO)” forme une quatrième force armée qui investit totalement l’espace cyber. Cette doctrine n’interdit plus à la France d’utiliser l’outil cyber comme une arme offensive en soutien des forces sur le terrain. Avec 4 400 “cyber-combattants”, la France disposera de plusieurs moyens d’attaque qui respecteront le droit des conflits armées.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • investir le champ du cyber, en préparation et en appui des opérations ;
  • développer des moyen d’agression et de riposte, via le cyberespace pour répondre à une agression armée, pour contrer les actions d’influence hostiles, ou bien pour agresser les systèmes C2 adverses.

 


 

 




 

“Analyse: les premières conséquences de la sortie du traité INF se révèlent”

Fabrice Wolf, Analyse Défense, 4 février 2019

Les États-Unis et la Russie ont décidé de suspendre leurs adhésions au traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (TFNI) signé en 1987. La Maison Blanche justifie cette décision suite au développement de missiles russes qui violerait ce traité. Le Kremlin a répliqué en annonçant son retrait suite à l’échec des négociations. Ce traité interdisait l’utilisation de missiles de croisière et balistiques lancés depuis le sol et ayant une portée comprise entre 500 km et 5500 km.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • suivre l’impact de la sortie du traité par les USA sur l’architecture sécuritaire en Europe ;
  • renforce la pertinence de l’offre stratégique de l’armée de Terre en termes de contribution à la dissuasion conventionnelle.

 


 


“L’offre stratégique de l’armée de Terre”

Général d’armée Jean-Pierre Bosser, IFRI, 22 janvier 2019  

Dans le cadre du partenariat initié en 2006 entre l’IFRI et l’armée de Terre, dont la création du Laboratoire de Recherche sur la Défense (LRD) est l’un des aboutissements, l’IFRI organisait le 22 janvier dernier un débat autour du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre. Après une présentation de l’offre stratégique de l’armée de Terre, les échanges avec l’auditoire ont porté avant tout sur la notion “d’esprit et d’honneur guerrier”, le programme SCORPION, la transition numérique des armées ainsi que le besoin de se préparer à évoluer et combattre dans un environnement “technologiquement dégradé”.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • contribution de l’armée de Terre aux 5 fonctions stratégiques, en particulier la protection et la dissuasion. Ce rôle implique le renforcement de forces résilientes aptes à opérer de façon autonome, ainsi que le retour d’un volet conventionnel de dissuasion.

 

 




 

Training for operations in a digital environment

Vauban sessions 2019, 24 janvier 2019

Le 24 janvier 2019, la Vauban session a été organisée par le Centre Européen D’Intelligence Stratégique et le Corps de Réaction Rapide-France. Ce colloque était dédié à la cyber-défense. Divisée en trois tables rondes, la session a permis d’établir un point de situation sur les méthodes et les progrès réalisés par la France et l’OTAN dans le domaine cyber. Ce colloque fait suite à l’annonce de la ministre des Armées de doter la France d’un plan d’action propre au cyberespace destiné à appuyer les forces déployées.

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • évaluer les meilleures pratiques et méthodes dans le domaine cyber, afin de garantir une meilleure interopérabilité interalliée.

 




 “L’Intelligence Artificielle au service de la Défense”

Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, 30 janvier 2019  

Le CREC a organisé le 30 janvier dernier un colloque sur l’Intelligence Artificielle (IA) au service de la Défense. Les perspectives d’utilisation de l’IA à des fins militaires ont été abordées. Les intervenants ont présenté et étudié différentes problématiques telles que l’aide à la décision, la confiance à accorder et la notion de responsabilité de l’IA. À l’occasion de ce colloque, ce thème a pu être débattu par un panel varié d’acteurs, permettant de croiser les regards des industriels, des militaires, des ingénieurs, des philosophes et des universitaires, tout en révélant la vision « prudente mais résolue » de l’armée de Terre vis-à-vis de l’IA.  

Disponibilité : N/A

Intérêt pour l’armée de Terre :

  • participer aux réflexions sur l’intégration de l’IA dans les systèmes militaires.

 


 


 



 

Vous abonner ou vous désinscrire de la lettre :

cdec-pep.accueil.fct@intradef.gouv.fr

Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Image

Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne