Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Le sens du devoir

Exercice du commandement
Valeurs de l’Armée de Terre
Saut de ligne
Saut de ligne

LE SENS DU DEVOIR … QUOI ?

Plus qu’une qualité, le sens du devoir est un ressort qui pousse le chef à remplir les obligations attachées à son état et son statut, en particulier dans des circonstances  inhabituelles ou difficiles. Le sens du devoir peut  être défini  comme un impératif  de conscience qui pousse le chef  à commander et à agir pour remplir  la mission ou atteindre l’objectif  fixé. Il n’est pas fonction du degré d’autorité  ou du niveau des responsabilités exercées, mais il est lié à l’engagement  du chef à servir et à agir selon un code, des règlements et une éthique du commandement.

Dans une société marquée  par une forte tendance  au relativisme et un bouleversement des repères, le sens du devoir contribue à asseoir l’autorité du chef.


LE SENS DU DEVOIR … POURQUOI ?

  • Il donne un sens sacré à la mission, peu importent les difficultés rencontrées.
  • Il est indispensable pour susciter l’adhésion des jeunes à l’autorité et développer leur confiance dans leurs chefs.
  • Il contribue directement à la consolidation de l’esprit  de  corps  autour  du  chef,  gage  de  valeur opérationnelle.
  • PAS DE SENS DU DEVOIR … SANS :
      • conscience morale : servir dans le souci permanent de l’intérêt collectif ;
    fidélité et constance : s’inscrire dans la durée et agir au quotidien  ;
    • disponibilité, discipline  et désintéressement  : faire « ce  que  l’on  doit,  non  ce  qu’on  veut  », sans rechercher  les honneurs.
 

LE SENS DU DEVOIR … DANS  LES TEXTES :

« Le chef est le plus souvent la tête d’une communauté, en même  temps qu’il est membre  d’une communauté plus étendue. Tête ou membre,  il est lié à ces communautés par un lien d’appartenance. Il ne peut se dérober à ce lien. Il n’en a pas le droit, c’est un fait. Et ce fait lui crée des devoirs. »

Maréchal  Hubert  Lyautey

 

« Le devoir militaire est de se battre. La France libre, c’est le combat,  l’honneur  et la victoire. »

Général de Gaulle - Mémoires de Guerre (1954).

 

« Le chef est avant tout celui qui prend la charge des autres. »

Emmanuel Mounier (philosophe) - Traité de caractère (1974).

 
« Souvent dans la vie et particulièrement dans les heures graves, le doute ou l’hésitation se glissent dans les esprits. Il n’est qu’une façon de voir clair et de rester irréprochable : penser et agir comme l’honneur le commande. »
Enseigne de vaisseau Honoré d’Estienne d’Orves (résistant fusillé en 1941).
 

LE SENS DU DEVOIR … « AU CONTACT » :

Témoignage d’un lieutenant chef de section  durant  l’alerte GUEPARD - opération SERVAL - 2013 :

« Le vendredi 11 janvier 2013, l’opération  SERVAL se déclenche  au Mali. Je suis chef de section dans un régiment  du matériel  et certains de mes subordonnés  sont d’alerte GUEPARD, prêts à être projetés  si besoin. L’alerte est déclenchée,  compte tenu de l’urgence, je comprends dès cette annonce  que je vais remplir la mission de préparation sans interruption jusqu’à leur départ, 24 heures sur 24. Cette perspective s’impose comme une évidence et je ne me pose aucune question, même si je ne suis pas personnellement concerné par ce départ. Cela fait plusieurs mois que je prépare mes hommes au quotidien et à ce moment, tous ces efforts prennent  du sens : dans 48 heures, ils seront déployés au Mali. Je dois donc vérifier une dernière  fois leurs dossiers administratifs  et organiser  les ultimes  préparatifs du colisage. J’ai compris l’enjeu de cette  mission et je souhaite donner  à mes hommes  qui vont partir sans moi  les moyens  de remplir les objectifs fixés par les chefs pour être au rendez-vous. »

 

Témoignage d’une capitaine  commandant d’unité  - opération SANGARIS - RCA - 2014 : RCA, BAMBARI dans l’est du pays.

« Je rejoins la section qui tient l’entrée ouest du pont. La situation est calme. Les éléments débarqués sont déployés en sûreté rapprochée mais leur capacité d’appui à moyenne et longue portées est limitée par une végétation luxuriante. Le secteur de tir des appuis se limite à la route que je vais devoir emprunter pour aller parlementer avec l’adversaire. Afin de ne pas trop alléger le dispositif de la section sur place, j’emmène une escorte réduite pour assurer ma protection rapprochée.  Nous franchissons un no man’s land d’environ deux cent  mètres avant d’établir la liaison avec les chefs locaux  adverses. Lors du déplacement,  nous identifions  un éventuel itinéraire d’exfiltration  sous le feu et surveillons les abords de la route. Nous nous retrouvons  face à plus de deux cent hommes  qui, à notre arrivée, font étalage de leurs armes pour tenter de nous impressionner.  La discussion se déroule cependant  dans le calme et dure. Tous les éléments de langage du commandant du GTIA sont transmis et je mets l’adversaire en garde sur les conséquences  de son action. Lorsque nous quittons les lieux, je lis sur les visages de mon escorte un soulagement ponctué de sourires complices.  C’est à ce moment précis que je mesure qu’aucun d’entre nous n’a fait part de la moindre hésitation au départ de l’action. Chacun semblait même heureux d’être là, absorbé par la mission. Chaque soldat a pris à son niveau sa part de responsabilité dans l’action. En pareilles circonstances,  c’est selon moi le sens du devoir qui nous porte  et nous guide. Le sens du devoir ne nous empêche  pas de réfléchir  à notre  action  tactique  mais, sur le moment, il fait passer au second  plan les conséquences personnelles de l’action qui doit être menée.

En début d’après-midi, les éléments adverses n’ayant pas quitté le secteur, la section a fourni une ligne de débouché au SGTIA qui s’est emparé de la zone ouest du pont, neutralisant les combattants adverses qui se sont opposés à son action. Ce jour-là, la mission de la force SANGARIS fut remplie avec détermination et un vrai sens du devoir. »

Séparateur
Titre : Le sens du devoir
Auteur(s) : publication arméee de terre
Séparateur


Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne