L'ARMÉE DE TERRE FACE AU COVID-19

Lettre AU CONTACT N°45

Présentation PowerPoint

Chers amis de l’armée de Terre,


Au moment où la crise COVID entre, en France, dans la phase de déconfinement, je voudrais vous faire partager la fierté que j’ai ressentie en recevant de nombreux témoignages de remerciements pour les actions conduites depuis plusieurs semaines par les hommes et les femmes de l’armée de Terre engagés dans l’opération Résilience.

Même s’il faut rester humbles dans cette crise car le plus grand mérite revient au personnel de santé qui a été exemplaire, j’estime que l’armée de Terre a été au rendez vous des attentes de notre pays.


Rarement un engagement sur le territoire national n’avait été aussi global : appui de structures médicales et hospitalières par des unités d’active et de réserve, appui logistique auprès des services de l’État en transportant des malades et en distribuant des équipements sanitaires ou sécurisation de sites sensibles.


Cette capacité d’adaptation et cette réactivité au niveau local ont été possibles en particulier grâce au maillage et à l’ancrage territorial de l’armée de Terre. La dynamique de rayonnement local, que nous construisons et que nous entretenons avec soin dans nos garnisons depuis des années, s’est muée, durant cette crise, avec l’aide des acteurs locaux, en dynamique opérationnelle. Si nos unités ont bien réagi, c’est également grâce à la solidité de la chaîne de commandement et à notre culture de la subsidiarité qui laisse la liberté d’action suffisante à nos subordonnés.


Cette crise démontre aussi qu’un modèle d’armée complet n’est pas une assurance superflue. Si le 2e régiment de dragons - régiment d’appui NRBC - avait pu paraître superflu à certains, il y a quelques mois, il est illusoire de vouloir développer une telle expertise lorsque la crise survient. Elle doit être détenue et maîtrisée, bien en amont.


Même si elle baisse en intensité, cette crise va s’inscrire dans la durée. D’autres peuvent même nous surprendre, car la pandémie ne se substitue pas aux autres défis sécuritaires auxquels nous étions confrontés, elle s’y ajoute. Elle pourrait même les exacerber, voire en créer de nouveaux.


Les conflits durs entre États restent donc possibles voire probables. L’armée de Terre doit plus que jamais être prête à produire d’emblée de la puissance militaire pour faire face à un péril inattendu, en sachant encaisser les chocs avec résilience.


                                                                        Général d’armée Thierry Burkhard