Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur
L'Eclaireur N°16
JUILLET 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°15
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°14
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°13
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°12
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°11
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°10
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°9
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°8
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°7
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°6
FEVRIER 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°5
FEVRIER 2019
Séparateur

 

L’Éclaireur est une veille technologique orientée vers des sujets d’intérêt pour les études prospectives sur les opérations aéroterrestres, actuellement conduites par le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC). Ce document est uniquement réalisé à partir de sources non classifiées. Il a vocation à permettre un rapide tour d’horizon bimensuel des informations diffusées dans les médias et susceptibles d’intéresser le monde de la défense. Les brèves rassemblées se limitent à des synthèses brutes des documents analysés et recoupés à chaque fois que possible par des entretiens conduits par ses rédacteurs. Il revient donc à chaque lecteur de contextualiser ces informations, notamment lorsqu’elles ont pour origine des sources étrangères officielles, en fonction de l’usage qu’il souhaite en faire et de la nature des conclusions qu’il lui appartient d’en tirer.

 

 

 

 

 

“U.S. Army accelerates its efforts to field directed-energy and hypersonic weapon prototypes”

Defence Blog,  11 juin 2019


 


 

(source unique)


Le service de presse de l’US Army a récemment confirmé la volonté de l’institution d’accélérer ses efforts afin de déployer un prototype d’arme à énergie dirigée à l’horizon 2022, suivi en 2023 par son pendant hypersonique. Intégré sur un véhicule Stryker modifié, le Multi-Mission High Energy Laser, d’une puissance de 50 kilowatts, serait en mesure d’offrir une protection à courte portée contre les drones, les hélicoptères, ainsi que les tirs de roquettes, d’obus d’artillerie et de mortiers. En parallèle, l’US Army devrait déployer l’année suivante une batterie de quatre véhicules dotée d’armes hypersoniques longue portée. Quatre camions tactiques lourds à mobilité élargie (HEMTTS), reliés au système de command and control Advanced Field Artillery Tactical Data System 7.0 équipant actuellement les artilleurs américains, emporteraient chacun à leur bord deux systèmes d’armes hypersoniques. L’accentuation de cet effort s’inscrit dans le cadre du plan de modernisation de l’armée américaine.

Disponibilité : 2022/2023

 

 

 

“General Dynamics contracted for next generation artillery ammunition prototype”

Defence Blog, 7 juin 2019


 


 

(source unique)


L’entreprise américaine General Dynamics Ordnance and Tactical Systems (GD-OTS), branche du groupe General Dynamics, spécialisée dans le domaine aérospatial et de la défense, a décroché un contrat d’une valeur de 15 millions de dollars pour développer un prototype de munition d’artillerie de 155 mm pour l’US Army, le XM1113 Rocket-Assisted Projectile (RAP). Cette étude s’’inscrit dans le cadre du programme de modernisation Long Range Precisions Fires (LRPF) de l’armée américaine. Les systèmes d’artillerie de campagne actuellement en dotation dans l’US Army seraient ainsi en mesure de délivrer des feux jusqu’à 40 km (équivalent CAESAR) avec cette nouvelle munition, soit une allonge accrue de 30% par rapport à son prédécesseur, l’obus M549A1. Tirée à partir du futur canon d’artillerie américain à portée élargie (ERCA), la munition XM1113 pourrait porter jusqu’à 70 km. Cette munition sera co-produite avec l’entreprise Thales Australia. Cette officialisation fait écho à une brève parue le 27 mai 2019 dans l’Éclaireur numéro 13.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Russia Says S-400 Defense System Will Be Delivered to NATO-member Turkey in July”

Vitaly Nevar, Reuters, 11 juin 2019


 


 

(source unique)



Le conseiller particulier du président russe Yuri Ushakov a annoncé mardi 11 juin que la livraison de systèmes de défense S400 russes aux forces turques s'effectuera en juillet. Les États-Unis ont menacé de retirer la Turquie du partenariat sur le chasseur multi-missions F35 si cet accord se réalisait. Washington a également annoncé la suspension de la formation des pilotes turcs sur F35 en Arizona.

Disponibilité : N/A

 

 

 

Dévoilement du système de défense antiaérienne “15 - Khordad” iranien”

i24news, 9 juin 2019


 


 

(source unique)


Le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, a présenté le nouveau système de défense antiaérienne 15-Khordad. Il serait capable d’intercepter des aéronefs adverses à une distance de 120 km, de localiser des cibles furtives dans des zones de 85 km et les détruire à une distance de 45 km. Le ministre de la Défense affirme que ce système est prévu pour la protection de l’Iran contre les menaces extérieures.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Increased Funding for Next-Gen Army Helos, Vehicles in Senate’s NDAA”

Matthew Cox, Military, 14 Jun 2019


 


 

(source unique)


Le Sénat américain a validé sa version du budget du Pentagone, donnant une plus grande place au financement des futurs blindés et hélicoptères des forces armées, ainsi qu’aux armes d’appui d’infanterie. Le Sénat a adopté le National Defense Authorization Act  pour un financement en 2020 à hauteur de 750 milliards de dollars. Ce vote voit l’augmentation substantielle des budgets pour les programmes de développement et de modernisation. On peut citer le budget proposé pour le programme Future Vertical Lift de l’US Army à hauteur de 254,6 millions de dollars, soit 9 millions de plus que la somme réclamée. On observe également une forte augmentation des budgets alloués (40 millions de dollars supplémentaires) au Next Generation Combat Vehicle (NGCV) qui remplacera le Bradley dans les années à venir.

Disponibilité : N/A

 

 

 

New technology to enhance air defense
I-HLS, 16 juin 2019


 


 

(source recoupée)


Le Corps des Marines vient d’attribuer un contrat de 958 millions de dollars à Northrop Grumman pour l’achat d’un système de radar de défense aérienne. Ce système, le G/ATOR – Gallium Nitride-Based (GaN) AN/TPS-80 Ground/Air Task-Oriented Radar – fournit une couverture à 360 degrés permettant d’identifier et de traquer missiles, véhicules aériens avec et sans pilotes, roquettes, mortiers ou munitions d’artillerie. Point particulier, le G/ATOR est prévu pour remplacer cinq systèmes différents, précise le Major Général Steven W.Busby, le commandant en chef adjoint du commandement du développement du Corps des Marines. Il permet ainsi de réduire considérablement les coûts d’entraînement, de maintenance et de logistique. Si la portée n’est pas précisée, de même que les matériels spécifiques qui y seront reliés, le G/ATOR est prévu pour faciliter la déconfliction aérienne, la défense antiaérienne courte portée, les tirs de contre-batterie et l’acquisition de cibles.

Disponibilité : immédiate

 

 

 

“New Reconnaissance Platform is Approaching Completion”
I-HLS, 16 juin 2019


 


 

(source recoupée)


Le Gladiator II 4x4, produit par Inbra Terrestre, devrait bientôt terminer sa phase de test visant à répondre aux exigences de l’armée de Terre brésilienne. Ce véhicule a été conçu pour être engagé à la fois dans des opérations de combat classiques, mais également pour un usage par les forces de sécurité intérieure. Ces dernières étaient déjà dotées de son prédécesseur, le 4x4 Gladiator I, développé à partir de 2008, exclusivement pour des missions de police. Le Gladiator II, plus lourd que son prédécesseur, pèse près de 9,2 tonnes. Sa protection balistique répond aux normes OTAN STANAG 4569 Niveau 2 (soit du 7,62 tiré à 30m, ou un obus explosif de 155 mm à 80 m) et sa vitesse ont été accrue. Le véhicule emporte également une tonne de charge utile et embarque cinq combattants, pour une autonomie de 500 km. Il est prévu pour être modulaire et configurable afin de remplir diverses missions : reconnaissance, poste d’observation avancé, poste de commandement, anti char, mortier, radar, évacuation sanitaire ou guerre électronique.

Disponibilité : N/A

 

 

 

[Vidéo] “Makers for Heroes, 4ème édition

Ministère des Armées, 14 juin 2019


 


 

(source unique)


La quatrième édition de “Makers for Heroes” s’est déroulée à Tel Aviv du 21 au 23 mai 2019. Cet événement, organisé par les associations israéliennes Tom et Restart, a regroupé plus de 250 volontaires (ingénieurs, entrepreneurs, designers) répartis entre 18 équipes encadrant chacune un militaire blessé, dont un sous-officier français pour cette édition. L'objectif était de permettre à des blessés militaires du monde entier de retrouver une qualité de vie normale. Pour ce faire, les volontaires se sont appuyés sur un ensemble d’équipements (imprimantes 3D, scanners, système de découpe laser, etc.) présents au sein d’Impact Labs, le centre d’innovation technologique israélien.

Disponibilité : N/A

 

 

 

Forum international du CDEC : “Les principes de la guerre à l’horizon 2035”

CDEC, 12-13 juin 2019


 


 

(source unique)


Le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement a organisé les 12 et 13 juin, en lien étroit avec l’Institut français des relations internationales, un forum sur le thème des principes de la guerre en 2035. À l’occasion de cette rencontre, 19 pays et organisations étaient représentés par plus de 70 officiers supérieurs et officiers généraux. L’environnement opérationnel envisagé en 2035 conduit en effet à s’interroger sur la pérennité des principes hérités des penseurs militaires des siècles précédents. Ce forum s’est articulé autour d’un séminaire fermé du 12 au 13 juin matin et d’un colloque de réflexion prospective le 13 juin après-midi. Ce dernier a été clôturé par le général de division Patrick Bréthous, sous-chef opérations aéroterrestres de l’EMAT.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Initiative européenne d’intervention : dialoguer pour construire la culture stratégique de demain”

Ministère des Armées, 17 juin 2019


 


 

(source unique)


Les directeurs politiques des dix Etats signataires de l’Initiative européenne d’intervention (IEI), cadre de coopération opérationnelle européenne distinct de l’Union européenne et de l’OTAN, étaient réunis le 11 juin pour une réunion de travail. Seconde assemblée des directeurs politiques après un premier évènement en novembre, il fait également suite à la deuxième réunion de travail des sous-chefs d’état-major « opérations » s’étant tenue le 23 mai et pilotée par le général de corps d’armée Grégoire de Saint-Quentin. Chargée d’un enjeu double, cette étape visait à dresser un bilan de la première phase de l’IEI et à consolider les objectifs de la prochaine réunion des ministres aux Pays-Bas en septembre.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Pour ses dix ans, l’autorité française de la cybersécurité affiche ses ambitions”

Kévin Poireault, Industries et technologies, 5 juin 2019


 


 

(source unique)


L’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a célébré ses dix ans d’existence le 4 juin dernier en organisant un cyber festival dans le douzième arrondissement de Paris. L’occasion pour son directeur général, Guillaume Poupard, de présenter les grandes orientations de l'agence pour les années à venir. Ces dernières s’articulent autour de trois axes précis : la formation, la co-construction et l’exploitation des données techniques par des tiers. L’agence a également mis en avant sa démarche de qualification et certification des solutions de cybersécurité issues d’acteurs privés, démarrée en 2010, qu’elle souhaite poursuivre à l’avenir. Enfin, l’ANSSI comptant aujourd’hui 600 employés, va renforcer ses effectifs puisqu’une cinquantaine de recrutements par an est prévue pour les prochaines années.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Service national universel : 2 000 jeunes le testent dès ce lundi”  

Ministère de l’intérieur, 17 juin 2019


 


 

(source unique)


Le lundi 17 juin marque le début de la période de test du service national universel (SNU) dans 13 départements. Ouvert aux jeunes de 15-16 ans, le SNU est appelé à être généralisé pour les 800 000 jeunes d’une classe d’âge d’ici 2026. Ce stage regroupe, cette année, 2000 garçons et filles pendant 12 jours. Les activités comprendront notamment un bilan de santé, un test de langue française et de connaissances numériques. Les jeunes seront sensibilisés à l’écologie, la défense ou encore l’Europe. Ce stage sera suivi par une mission d’intérêt général tout au long de l’année au sein, par exemple, d’unités de pompiers ou de police.

Disponibilité : N/A

 

 

 

“Cérémonie de signature de l'accord-cadre portant sur le SCAF, le système de combat aérien du futur”

Ministère des Armées, 17 juin 2019


 


 

(source unique)


La ministre des Armées, Florence Parly, et ses deux homologues allemande et espagnole ont signé ce lundi 17 juin au Bourget un accord-cadre engageant juridiquement les trois nations dans la construction du système de combat aérien du futur (SCAF). Ce dernier devrait entrer en service dans les forces armées d’ici 2040. À cette occasion, une maquette en taille réelle, résultat des premières décisions technologiques du projet, a été dévoilée.

Disponibilité : 2040

 

 

 

“L’équipement, l’autre défi du contre-terrorisme”
Actu Défense, 13 juin 2019


 


 

(source unique)


Accompagnée du chef d’état-major des Armées, le général d’armée François Lecointre, la ministre des Armées Florence Parly s’est rendue à Pau, le jeudi 13 juin, pour y rencontrer les trois composantes (air, terre, mer) du Commandement des Opérations Spéciales (COS). La ministre est revenue, notamment, sur la nécessaire adaptation de « (…) nos propres cycles d’innovation pour développer nos moyens de détection, de protection, de destruction parfois aussi ». Ont été évoqués le rôle de l’Agence d’innovation de défense (AID), qui coordonne les initiatives à l’échelle nationale, ainsi que l’Innovation Défense Lab, censée assouplir et accélérer les processus. Florence Parly a, entre autres, mis l’accent sur l’action cyber, ainsi que les moyens de brouillage et de détection face aux engins explosifs improvisés, ou encore les ballons de surveillance haute altitude. Comme rappelé au Salon SOFINS 2019, où le CDEC était présent, le COS représente un véritable vivier de tests et d’innovations. La ministre a ainsi indiqué que « les forces spéciales (...) joueront pleinement leur rôle bien établi de laboratoire de pointe en milieu hostile ».

Disponibilité : N/A

 

 

 

 

 

“The U.S. Army and the Battle for Baghdad Lessons Learned — And Still to Be Learned”

David E. Johnson, Agnes Gereben Schaefer, juin 2019


 


 

(source unique)



La RAND Corporation a publié un retour d’expérience de la bataille de Bagdad en 2003. Ce document vise à actualiser les enseignements déjà tirés de cet engagement de l’US Army. Reprenant l’intégralité du processus de planification et des opérations conduites jusqu’au retrait des troupes, les chercheurs ont établi une liste de recommandations à suivre pour des engagements similaires. Parmi celles-ci, ce document insiste tout particulièrement sur la notion de masse et sur la maîtrise de l’information en tant que facteurs de supériorité opérationnelle décisifs.

Disponibilité : N/A

 

 

 

 

“La limitation de la conflictualité dans le cyberespace”

Nicolas Mazzucchi, Futuribles, 28 mai 2019


 


 

(source unique)



Si les initiatives pour répondre à la prolifération des cyberattaques se multiplient depuis 2010, l’échec du Groupe d’experts gouvernementaux des Nations unies sur l’information et les télécommunications à produire un document consensuel, prouve que leur avenir et leur efficacité restent incertains. Les États semblent en apparence s’accorder sur la nécessité d’abaisser le niveau de conflictualité dans le cyberespace, mais ils ne parviennent pas à s’entendre sur la forme que pourrait prendre un tel accord et les moyens pour le mettre en œuvre. Alors que la convention de Genève du cyberespace, promulguée à l’initiative de Microsoft, se concentrait sur la responsabilité des États, l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyber de 2018 mettait l’accent sur la responsabilité des acteurs privés. Selon Nicolas Mazzucchi, cette problématique trouve son origine dans la nature même du cyberespace qui est « un domaine public-privé ». La nature de l’armement cyber et les possibilités d’utilisations qu’offrent cet espace rendent difficile la mise en place d’un système de contrôle international.

Disponibilité : N/A

 

 


 

 

“Marcel Bigeard, la mort du centurion”

Étienne De Montety, Le Figaro, 18 juin 2010


 


 

(source unique)



Le général de corps d’armée Marcel Bigeard s’est éteint le 18 juin 2010. Né en 1916 à Toul, Marcel Maurice Bigeard est mobilisé en 1939. C’est le début de sa longue carrière militaire. Prisonnier en 40, évadé en 1941, il revient en France en 1944 en tant que parachutiste de la France Libre. « Bruno » repart dès 1945 en Indochine. Il y fera plusieurs séjours jusqu’à Dien Bien Phu, où il sera fait prisonnier. Libéré en 1954, il rejoint l’Algérie en 1955 en qualité de chef de bataillon, toujours chez les parachutistes. Alors lieutenant-colonel, il continue de s’illustrer au cours de nombreuses opérations et sera l’un des précurseurs de l’utilisation massive de l’hélicoptère, employé dans les assauts par air. Il quitte l’Algérie en 1960. Promu général de brigade en 1967, puis général de division en 1971 et enfin général de corps d’armée en 1974, il quittera l’institution en 1975 pour devenir secrétaire d’Etat à la défense. Il deviendra en 1978 député de la Meurthe-et-Moselle jusqu’en 1988, date à laquelle il se retire de la vie politique. Général français vétéran de trois guerres, Marcel Bigeard était l'un des officiers les plus décorés de France.

 

 

 

“ Texte de l’appel du 18 juin 1940”   


 


 

(source unique)



Le 17 juin 1940, à 12H20, le maréchal Pétain, nouveau chef du gouvernement, annonce aux français sa volonté de cesser le combat et de négocier avec l’ennemi allemand. Le général de Gaulle part à Londres le même jour avec pour objectif de poursuivre le combat. Il va lancer le 18 juin au soir, sur les ondes de la BBC, un appel à la résistance. Il explique alors la défaite des forces françaises : « Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer ». En effet, ce n’est pas par manque d’hommes, de combativité ou de qualité des équipements que les forces françaises sont battues, mais par un retard dans le domaine de la pensée militaire et de l’innovation opérationnelle. Le général de Gaulle appelle, à ce moment-là, les français à le rejoindre pour continuer le combat aux côtés de leurs alliés anglais et les enjoint à ne pas abandonner tout espoir.

 

 

 

“18 juin 1815, Waterloo”

Hérodote, 18 juin 2019


 


 

(source unique)



The whole art of war consists of guessing at what is on the other side of the hill“ (« tout l’art de la guerre consiste à deviner ce qui est de l’autre côté de la colline ») a écrit Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington et commandant de la coalition qui défit Napoléon 1er à Waterloo le 18 juin 1815. Au temps où les batailles pouvaient pratiquement être englobées d’un seul regard, le tacticien accompli ne pouvait pour autant se contenter de la relative transparence qui s’offrait à lui à partir d’un point haut dominant le champ de bataille. Comprendre l’intention de l’adversaire et savoir s’y opposer en tenant compte des frictions inhérentes à la guerre a toujours constitué l’une des clefs essentielles de la victoire. Or, plus de deux siècles plus tard, l’historiographie française demeure divisée sur les causes de la défaite française. Est-ce la recherche de la concentration des efforts qui poussa l’Empereur à engager sa cavalerie lourde dans des charges aussi meurtrières qu’inefficaces sur le centre, là où le dispositif adverse était le plus puissant et le plus difficile à rompre ? Lorsque les troupes prussiennes de Blücher surprennent les forces françaises en fin de journée le 18 juin, leur liberté d’action est ainsi considérablement réduite, car tous les moyens français, y compris la réserve, ont déjà été engagés. Le non-respect du principe d’économie des moyens, un dispositif de sûreté insuffisant, des ordres laissant une marge d’initiative trop importante à Grouchy et certainement une planification trop hâtive d’un Napoléon fatigué et amoindri, constituent très certainement des facteurs essentiels de cette défaite. Si les principes de la guerre voient régulièrement leur pérennité et leur universalité remises en question, force est toutefois de constater que certains facteurs d’échecs sont intemporels.

                           

 

Vous abonner ou vous désinscrire de la lettre : cdec-pep.accueil.fct@intradef.gouv.fr

Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur
Image

Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne