Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur
L'Eclaireur N°24
DECEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°23
NOVEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°22
NOVEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°21
OCTOBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°20
OCTOBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°19
SEPTEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°18
SEPTEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°17
SEPTEMBRE 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°16
JUILLET 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°15
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°14
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°13
JUIN 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°12
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°11
MAI 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°10
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°9
AVRIL 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°8
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°7
MARS 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°6
FEVRIER 2019
Séparateur
L'Eclaireur N°5
FEVRIER 2019
Séparateur

 


 

Numéro 18 – 9 septembre 2019

 

L’Éclaireur est une veille orientée vers des sujets d’intérêt pour les études prospectives sur les opérations aéroterrestres, actuellement conduites par le Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC).

Ce document est uniquement réalisé à partir de sources non classifiées. Il a vocation à permettre un rapide tour d’horizon bimensuel des informations diffusées dans les média et susceptibles d’intéresser le monde de la défense. Les brèves rassemblées se limitent à des synthèses brutes des documents analysés et recoupés à chaque fois que possible par des entretiens conduits par ses rédacteurs. Il revient donc à chaque lecteur de contextualiser ces informations, notamment lorsqu’elles ont pour origine des sources étrangères officielles, en fonction de l’usage qu’il souhaite en faire et de la nature des conclusions qu’il lui appartient d’en tirer.

 

 


 



“Big New Army capabilities coming soon”

Association of the United States Army, 16 juillet 2019

(source unique)

Le 16 juillet 2019, au cours d’un entretien avec l’Association of the United States Army, le général Ostrowski, directeur du United States Army Acquisition Corps a révélé la collaboration de l’Army et de la Navy pour décliner une version terrestre de l’arme laser développée par cette dernière. L’Army envisage en effet de se doter de dispositifs mobiles dont la puissance pourrait atteindre 250 Kwh, comme le laser de la marine. De telles capacités permettraient de renforcer de façon significative, les capacités de défense sol-air basse-couche des forces terrestres. Le général Ostrowski a par ailleurs indiqué que l’Army devrait se doter de sa première batterie de missiles hypersoniques en 2023.

Disponibilité : 2022

 



“Test drive of Rafael’s transparent cockpit next generation combat vehicle”

Army Recognition, 7 août 2019

(source unique)

Dans le cadre du programme de véhicules blindés de combat Carmel, le ministère de la Défense israélien a confié à trois sous-traitants – Elbit, Rafael et Israel Aerospace Industries – le développement et l’expérimentation d’un char opéré par un équipage de deux hommes. Rafael annonce pouvoir équiper très prochainement les futurs véhicules de combat israéliens d’un habitacle protégé et entièrement transparent. L’équipage bénéficierait d’une vision à 360° grâce à des capteurs extérieurs. Intelligence artificielle et réalité augmentée seraient intégrées à ce système afin de réduire la charge cognitive de l’équipage. Toutes les informations disponibles, obtenues de façon collaborative sur le champ de bataille, seraient affichées à l’écran. Ces innovations visent à réduire le temps de réaction de l’équipage et ainsi d’augmenter la survivabilité du véhicule.

Disponibilité : 5 ans

 

 



Alliance and its challenges, European projects and joint exercises - meeting of the head of the MoND with German Defence Minister A. Kramp-Karrenbauer

Ministère de la défense polonais, 16 août 2019

(source unique)

Le 16 août, le ministre de la Défense nationale polonais a évoqué avec son homologue allemand la possibilité pour la Pologne de rejoindre le programme du futur char européen. Le ministre souhaite que le Main Ground Combat System européen soit accéléré et notifié par la Coopération Structurée Permanente. Une telle initiative permettrait de renforcer le projet avec des fonds européens.

Disponibilité : N/A

 



“U.S. Army discloses development of biosensors for future warfighter”

Defence Blog, 19 août 2019

(source unique)

L’US Army Research Laboratory a récemment dévoilé les détails d’un biocapteur qui permettrait un suivi en temps réel de la santé et des performances des soldats. De plus, placé sur ou sous la peau, il serait en mesure d’analyser son environnement biologique.

Disponibilité : N/A

 



“Saab to provide training systems to the Belgian Army in 2021”

Army recognition, 19 août 2019

(source recoupée)

Le groupe suédois Saab a signé un contrat d'environ 15 millions d'euros avec le ministère belge de la Défense pour la livraison de systèmes d'entraînement à l'armée belge en 2021. Le contrat comprend un centre d’entraînement avec simulateurs d’infanterie, simulateurs antichar, systèmes de véhicule et systèmes de communication pour le contrôle, la surveillance et la collecte de données d’entraînement, afin de permettre une analyse détaillée des exercices. L’une des clauses d’acquisition était l’interopérabilité et la conformité aux normes de l’OTAN.

Disponibilité : N/A

 



“Canada to purchase 360 combat support light armoured vehicles”

Army technology, 19 août 2019

(source unique)

Le gouvernement canadien a annoncé vouloir acheter 360 light armoured vehicles 3 (LAV III) à General Dynamics Land systems-Canada. Le contrat, qui serait dans sa phase finale de rédaction, s'élèverait à 2,26 milliards de dollars et couvrirait l’installation de nouvelles infrastructures ainsi que la maintenance des véhicules. Ces LAV offrent une protection améliorée aux occupants et se déclinent en huit modèles : ambulance, transport de troupe, poste de commandement, récupération de véhicule, ingénierie, réparation et guerre électronique. Le gouvernement canadien tient à moderniser la flotte de véhicules de son infanterie, principalement composée de 125 LAV 2 Bison  et de 289 M113 américains.

Disponibilité : N/A

 



“Prototype house is 3D printed in just 12 hours”

New Atlas, Adam Willams,  20 août  2019

(source unique)

L’entreprise américaine S-Squared 3D Printers a réussi à construire une maison de 46 m² en seulement 12 heures grâce à des procédés de fabrication additive. L’objectif de la compagnie n’est pas d’offrir une construction de luxe, mais bien des habitations à faibles coûts. Elle souhaite notamment que ces maisons puissent être utilisées pour des causes humanitaires. En comparaison, en septembre 2018, lors d’un exercice, le corps des Marines américains avait construit un bâtiment de la même superficie en 40 heures.

Disponibilité : immédiate (prototype)

 



“US Army develops cold spray process to repair gun mounts on Bradley”

US Army, 22 août 2019

(source recoupée)

Confrontée à l’érosion prématurée des tourillons de ses véhicules de combat Bradley M2, l’US Army a mis au point une technique de pulvérisation à froid. Cette technique mélangeant métal et céramique permet un ajout de matière visant à consolider le tourillon. La réparation coûtant seulement 1 000 dollars, ce procédé dispense l’armée américaine d’une dépense de 25 000 dollars pour le rachat de la pièce concernée.

Disponibilité : N/A

 



“Fedor, le robot humanoïde russe, a décollé pour l’ISS”

Futura sciences, 22 août 2019

(source recoupée)

Le 22 août, la Russie a envoyé avec sa fusée Soyouz, son premier engin téléopéré humanoïde pour aider les astronautes de la station spatiale internationale (ISS). SKYBOT F850 est un engin de 160 kg pour 180 cm, qui a voyagé seul en tant que passager jusqu’à l’ISS. Il a la particularité de pouvoir imiter les mouvements humains. L’opérateur pilote la machine depuis la Terre et assiste les astronautes dans certaines tâches. L’objectif d’un tel système est de réduire les risques pour les humains de la station. À terme, la Russie souhaite que ces engins effectuent des sorties spatiales. Il ne s’agit pas du premier engin de ce type envoyé sur l’ISS, les États-Unis et le Japon ayant fait de même, respectivement en 2011 et 2013.

Disponibilité : immédiate

 



“ReconRobotics enhances Throwbot 2 with stun grenade”

Jane’s international Defence review, Mélanie Rovery, 23 août 2019

(source unique)

La société américaine ReconRobotics a signé un partenariat avec Liberty Dynamics pour équiper le véhicule terrestre téléopéré (Unmanned Ground Vehicle - UGV) Throwbot 2 d’une capacité étourdissante. Dans sa configuration initiale, l’engin est un appareil de reconnaissance, piloté à distance, équipé de capteurs audio et vidéo. De plus, ses roues lui permettraient de mieux progresser en milieux accidentés. Il serait équipé d’un dispositif de diversion amélioré (Enhanced Diversionary Device) qui produit du son et de la lumière, incapacitant les adversaires. Ce dispositif est considéré comme plus sûr que les grenades actuelles.

Disponibilité : N/A

 



“Estonia in collaboration with European countries to develop Modular Unmanned Ground Systems

Army recognition, 23 août 2019

(source recoupée)

Le 23 août, la Défense estonienne a signé un accord avec la Belgique, la France, la Finlande, l’Allemagne et la Lettonie pour le développement d’un engin sans pilote (Integrated Unmanned Ground Systems). L’objectif est de développer un système terrestre modulaire non-habité, doté d’une plate-forme multi-missions capable de transporter différentes charges (transport, ISR, UAV captif, etc.) et de capteurs. Il serait également équipé d’une fonction de navigation autonome numériquement sécurisée, afin de planifier les itinéraires et les missions. Le Fonds européen de Défense (FED) investira près de 30 millions d’euros dans ce projet. L’entreprise estonienne MILREM, conceptrice du robot THeMis (Tracked Hybrid Modular Infantry System), s’est jointe au projet. Un premier prototype devrait être présenté en 2021.

Disponibilité: N/A

 



“Japanese army unveils its new type 19 155mm 8x8 wheeled self-propelled howitzer”

Army recognition, 24 août 2019

(source unique)

À l’occasion du firepower event, les Forces japonaises d'autodéfense ont dévoilé le nouveau canon autotracté type 19. Composé d’un châssis militaire MAN et d’une cabine blindée, il est doté d’un canon de 155 mm et se compose d’un équipage de cinq hommes. Tout comme le CAESAR français, il est équipé d’un ordinateur de contrôle de tir dans la cabine. Enfin, un système hydraulique permet de limiter les chocs lors du tir et de stabiliser la plateforme. À l’instar des Israéliens avec le ATMOS Mobile Howitzer (Cf. Eclaireur 14) et des américains avec le BRUTUS, les Japonais se dotent eux aussi d’une pièce d’artillerie auto-tractée.

Disponibilité : N/A

 



“Россия создаст принципиально новый вертолет”

“L’armée russe va créer un hélicoptère fondamentalement nouveau”

Российская Газета (Gazette russe), 28 août 2019

(source recoupée)

Le consortium “Hélicoptères de Russie”, qui regroupe l’ensemble des constructeurs russes, travaille actuellement sur un projet en collaboration avec les bureaux de conception de Kamov et de Mil, ainsi que l’usine de Kazan. Seront utilisées pour la première fois, lors de sa conception, une trentaine de pièces fabriquées en série à l’aide d’un procédé d’impression additive. Ces innovations devraient permettre la construction d’un hélicoptère plus rapide, plus léger et moins coûteux sur la base du Mi-24. 

Disponibilité : N/A

 



“Lithuania gets US approval to buy 500 joint light tactical vehicles”

Army Technology, 28 août 2019

(source recoupée)

Le département d’État américain a approuvé la demande d’achat de 500 véhicules tactiques légers de type M1278A1 par la Lituanie, pour un montant estimé à 171 millions de dollars. Cette commande prévoit également l'acquisition de mitrailleuses M2HB de calibre 50 mm et de caméras thermiques haute résolution longue distance M230 TAC-FLIR. Selon la Defence Security Cooperation Agency, en charge du transfert des matériels de défense, cette vente devrait contribuer aux “objectifs de politique étrangère et de sécurité des États-Unis en améliorant les capacités de défenses lituaniennes”.

Disponibilité : N/A

 



“Army closer to delivering new Infantry Squad Vehicule”

U.S. Army,  29 août 2019

(source recoupée)

À la suite d’un appel d’offres, l’armée américaine s’apprête à acquérir un nouveau véhicule d’infanterie, après avoir mis en concurrence le 23 août dernier, trois industriels (Oshkosh Defense/Flyer, GM Defense et SAIC/Polaris). Ce contrat test d’un million de dollars, répond aux objectifs d’approvisionnement fixés par l’Army en février qui prévoyait l’achat de 649 Infantry Squad Vehicule (ISV). Il vise à développer des versions améliorées des véhicules légers de transport d’infanterie GMV 1.1 et l’A-GMV.  Les véhicules modernisés devront offrir une mobilité tactique et une vitesse accrues. Ils pourront accueillir jusqu’à neuf fantassins et une capacité de charge utile de deux tonnes. Le premier test pour les trois équipes concurrentes est fixé au 13 novembre et la production serait prévue au cours du deuxième trimestre de 2020.

Disponibilité : 2020

 



“Iran unveils Mobin cruise UAV”

Jane’s, 29 août 2019

(source recoupée)

À l’occasion du salon de l’aéronautique MAKS 2019 à Moscou fin août, l’Iran a présenté une maquette de son nouveau drone de reconnaissance rapide : le Mobin. D’une envergure de trois mètres pour une masse de 670 kg, ce dernier serait capable d'assurer des missions de cartographie 3D terrestres et sous-marines. Doté d’un radar altimétrique et équipé du réacteur « Toloo-4 », il serait capable d’opérer de 10 à 1700 m d’altitude, à une vitesse maximale de 900 km/h et ce, pendant 45 minutes. Le 1er septembre, l’Iran a également dévoilé à Téhéran un nouveau modèle de drone de reconnaissance et de combat : le Kian. Doté d’une propulsion à réaction, il pourrait, selon les autorités iraniennes, voler à une altitude de plus de 1 000 km.

Disponibilité : N/A

 



“В России началась разработка систем РЭБ нового поколения”

“En Russie, le développement des systèmes Krasukha nouvelle génération a commencé”

Российская Газета (Gazette russe), 30 août 2019

(source recoupée)

Annoncés lors du Salon international de l’aviation de Moscou (MAKS  en août 2019) par la société KRET, les travaux de modernisation et de création de systèmes de guerre électronique nouvelle génération, ont été entrepris dans le but de remplacer les stations de EW “Krasukha-4” et “Mercure-BM”. Ces nouveaux systèmes seraient en mesure d’améliorer les capacités d’interdiction de zone à l’aide d’un brouillage intensif. La modernisation du système d’interférence de la station “Krasukha” permettrait de brouiller toute émission de radio embarquée, ainsi que des radars de missiles de croisière dans un rayon de 500 km.

Disponibilité : N/A

 



“Here’s who will build and integrate the first hypersonic weapon system prototype”

Jen Judson, Defense News, 31 août 2019

(source unique)

L’US Army a annoncé le développement d’un prototype de Long Range Hypersonic Weapon (LRHW) constitué de camions, de lanceurs, de missiles hypersoniques et d’un centre de contrôle et de commandement. Dynetics Technical Solutions serait la première entreprise à produire le système d’armes appelé Common-Hypersonic glide body (C-HGB) et lancé depuis un vecteur terrestre. De son côté, Lockheed Martin a été désigné pour mettre au point un lanceur adapté. Ce prototype, qui a pour but d’atteindre cinq fois la vitesse du son, permettrait aux États-Unis de renforcer leur capacité de tirs de précision à longue distance (jusque-là assuré par les missiles ATACMS et LRPF) tout en soutenant le développement d’une industrie spécialisée dans le domaine hypersonique. D’autres entreprises, telles que Raytheon et General Atomics Electromagnetic Systems pourraient rejoindre le projet. Le premier test en condition réelle devrait avoir lieu en 2022 au sein de l’Army.

Disponibilité : N/A

 

 


 

 



“Un robot utilisé pour implanter une prothèse auditive électronique, une première mondiale ”

France Inter, Danielle Messager, 13 août 2019

(source unique)

Le 9 juillet, à l’aide du robot Robotol, des chirurgiens de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière ont inséré un implant électronique (prothèse cochléaire) dans le conduit auditif d’un patient. Cet implant vise à augmenter le niveau d’audition de personnes atteintes de surdité profonde ou sévère. L’engin téléopéré Robotol progresse de 0,3 mm par seconde, permettant ainsi une plus grande précision lors de l’opération afin d’atteindre des parties de l’oreille difficilement accessibles. Cette opération, la première au monde, montre l’avantage de la collaboration entre l’Homme et la machine dans des zones difficiles à atteindre.

Disponibilité : N/A

 



“Nancy : un robot pour limiter les risques radiologiques”

Le Républicain Lorrain, Marie-Hélène Vernier, 25 août 2019

(source unique)

La start-up Sysark a créé un robot capable d’effectuer des manipulations de médicaments radioactifs. Cet engin permettrait de décharger les soignants de tâches répétitives. De plus, cette machine diminuerait de 80% l’irradiation des opérateurs sur la phase de préparation des médicaments radiopharmaceutiques. Cela permet de gagner en sécurité et également de réduire le risque d’erreurs humaines.

Disponibilité : N/A

 



“L’Europe de la Défense fait ses premiers pas dans les missiles”

Les Echos, le 29 août 2019

(source recoupée)

Le 29 août 2019, en marge d’une réunion des ministres de la Défense de l’UE à Helsinki, la Ministre des Armées Florence Parly a signé une lettre d’intention avec ses homologues belge et chypriote, concernant le projet de missile antichar européen BLOS (Beyond Line Of Sight). Conduit par la France, il vise à élaborer un missile antichar moyenne portée (5km) conciliant « puissance de feu, autonomie, réactivité et liberté d’action », pouvant être tiré aussi bien depuis des plateformes terrestres que par des drones.  Approuvé en novembre dernier par le Conseil des ministres européens de la Défense, ce programme s’inscrit dans le cadre de la Coopération structurée permanente (CSP). À ce titre, il devrait bénéficier, dès cette année, d’un financement de 6,5 millions d’euros octroyé par le Programme européen de développement de l’industrie de défense (EDIDP). Si cette coopération poursuit la dynamique initiée par le programme franco-belge CaMo, elle marque avant tout une avancée en faveur de l’autonomie stratégique européenne.

Disponibilité : N/A

 



“Discours de Florence Parly - 2e régiment étranger de génie- Saint-Christol”

Ministère des Armées,  5 septembre 2019

(source unique)

A l’occasion de sa visite au 2e régiment étranger de Génie, la ministre des Armées Florence Parly est revenue sur l’implication nécessaire des militaires dans la politique écologique du gouvernement. Après avoir publié une feuille de route pour la construction d’une “défense durable”, le ministère des Armées lance désormais sa stratégie ministérielle de performance énergétique (SMPE). La prévention des risques environnementaux, le contrôle de l’empreinte carbone et le développement de parcs solaires seront encadrés par la Task Force Energie qui sera créée au sein du ministère dans les prochains jours.

Disponibilité : N/A

 

 


 

 



“Regards croisés sur la guerre électronique”

IFRI, Olivier Letertre, Patrick Justel, Romain Lechâble, Stéphane Dosse, juillet 2019

(source unique)

L’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) a publié un article sur la remise en cause de la domination informationnelle par les nouvelles capacités de guerre électronique. Face à des adversaires de plus en plus performants, les auteurs estiment que la vision occidentale de la guerre électronique doit être renouvelée. Le document met en avant l’état des enjeux stratégiques et capacitaires sur terre et dans les airs de la guerre électronique, et il porte un regard prospectif sur l’exploitation des émissions radioélectriques. Enfin, les rédacteurs concluent en mettant en avant les réalités et limites des liens entre le cyber et l’électronique.

 



“China’s National Defense in the New Era”

Ministère de la Défense Nationale de la République Populaire de Chine, 24 juillet 2019

(source unique)

Le 24 juillet, le Ministère de la défense nationale de la République Populaire de Chine a publié son nouveau Livre Blanc de la Défense. Le deuxième document de ce type, rédigé par la République Populaire, met en avant son attachement à la paix et rappelle que le dialogue est primordial entre les parties pour résoudre les conflits. La Chine pointe toutefois certaines menaces, notamment le séparatisme taïwanais, le terrorisme et les ingérences étrangères dans sa zone d’influence. Pékin critique notamment l’interventionnisme américain et souligne la nouvelle hausse des budgets militaires, notamment en Europe, au Japon et en Inde. En ce sens, la modernisation entreprise par la Chine de son outil militaire est considérée comme juste et proportionnée. En somme, l’objectif de ce document est de rassurer la communauté internationale, notamment les pays limitrophes quant aux intentions de la Chine en Asie-Pacifique, tout en déclarant qu’elle ne renoncerait pas à la violence si ces intérêts étaient menacés.

 



“With mounting questions about cost and survivability, a shifting political landscape for US aircraft carriers”

Defense News, David B. Larter, Joe Gould, 6 août 2019

(source unique)

Le 31 juillet 2019, l’amiral Gildway, chef des opérations navales de l’US Navy, a dû répondre aux inquiétudes des sénateurs américains face au développement des armes hypersoniques. En effet, les représentants estiment qu’une telle technologie rend vulnérable les porte-avions américains. Les armes russes et chinoises mettraient en danger les flottes américaines. Selon les sénateurs, ces missiles de “cauchemars” pourraient réduire, en peu de temps les capacités aéronavales des Etats-Unis. Les forces armées américaines ne disposent pas encore de contre-mesures à cette menace, il est donc impératif, pour les sénateurs, de trouver un moyen de protéger les portes-avions américains.

 



“Transnational lessons from terrorist use of social media in South Asia”

RUSI, Aaditha Ave, 13 août 2019

(source unique)

Le Royal United Service Institute a publié un document sur l’usage des réseaux sociaux par les groupes terroristes en Asie, notamment au Pakistan, au Bangladesh ainsi qu’au Sri Lanka. L’article souligne que malgré les efforts des grandes plateformes sociales pour supprimer les pages prônant la violence, les algorithmes ne sont pas encore assez puissants pour détecter les messages qui ne sont pas en langue anglaise, comme ceux en tamoul. Dans cette région, les violences inter-communautaires sont importantes et les terroristes utilisent ces messages pour recruter des jeunes disposés à se radicaliser. En outre, dans la mesure où les terroristes utilisent le plus souvent des plateformes cryptées, comme Télégram, la question de l’équilibre en liberté et sécurité se pose également. L’auteur propose ainsi un plus grand partenariat public-privé afin de contrer le terrorisme sur les réseaux sociaux.

 



“The fraying edge: limit’s of the army’s global network”

Sydney J. Freedberg, Breaking Defense, le 29 août 2019

(source unique)

L’armée américaine s'interrogerait sur les possibilités d’améliorer ses capacités réseau afin de permettre aux échelons tactiques déployés sur le terrain d’accéder en temps réel à des renseignements stockés sur ses serveurs basés aux États-Unis. En effet, les moyens de communication en opération (essentiellement par liaison radio) et l’hétérogénéité des réseaux limitent les échanges, ne permettant pas l’accès à une telle quantité d’informations. C’est pourquoi, l’US Army s’est fixée pour objectif d’unifier ses réseaux en métropole (Integrated Enterprise Network) et sur le terrain (Integrated Tactical Network) d’ici 2024, afin qu’à horizon 2028 ces derniers soient fusionnés en un réseau unique (Unified Network). Enfin, à terme, des systèmes de stockage en cloud tel le programme MilDrive développé par la Defense Information System Agency (DISA), devraient permettre un accès sécurisé aux informations sur le terrain.


 



“Joint AI Chief: Start with 50% Solutions ASAP”

Sydney J. Freednberg JR, Breaking Defense, 30 août 2019

(source unique)

Bien que l’IA soit déjà utilisée par l’US Army, cette dernière a l’ambition d’élargir son application à la maintenance de matériel militaire, à la gestion des incendies, aux fonctions essentielles de commandement et de contrôle de manière générale. Cependant, sa précision est loin d’être parfaite. En effet, le Joint Artificial Intelligence Center (JAIC) affirme ne l’utiliser que partiellement et cherche activement à améliorer sa fiabilité. Cette amélioration passera par la mise en place d’un système cloud Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI) ayant pour but de regrouper l’ensemble des données du département de la Défense dans un seul corpus. Ce regroupement permettra le rassemblement de multiples données sur lesquelles les algorithmes de l’IA pourront se baser, permettant d’améliorer la clarté et la précision des informations collectées. Bien qu’il existe déjà des systèmes informatisés aidant à traiter ces informations, ces systèmes sont trop nombreux et les informations y sont peu centralisées. Le JAIC souhaite le mettre en place pour fin 2020. Par ailleurs, bien que l’IA soit principalement utilisée à des fins militaires, le JAIC a réitéré son désir de l’utiliser à des fins non-violentes, comme dans le cas d’un projet de santé visant à suivre le personnel militaire et à déceler des signes avant-coureurs de suicide.

 

 


 

 



“6 août 1945. Une bombe atomique sur Hiroshima!”

Hérodote, 30 août 2019

(source unique)

Le 15 août 1945, l’empereur Hirohito annonce la capitulation sans condition du Japon à la suite de la destruction, par le feu nucléaire, des villes de Hiroshima et Nagasaki, faisant environ 170 000 morts au moment de l’explosion. En effet, les 6 et 9 août 1945, les Américains décident de rayer les deux villes de la carte pour précipiter la fin du conflit et venir à bout de la résistance acharnée des forces japonaises. Cette décision apparaît comme la plus sûre et la moins coûteuse à la suite de la conquête des îles d’Iwo Jima et d’Okinawa. En effet, lors de la conquête de cette dernière, d’avril à juin 1945, les Américains se heurtent à des Japonais fanatisés et voient plus de 80 000 de leurs hommes être mis hors de combat. L’US Army, qui se prépare alors à la conquête du Japon, estime qu’il lui faudra plus d’un an pour conquérir l’île et que les pertes seront massives dans les deux camps. Le président Truman prend alors la décision de recourir au feu nucléaire pour abréger la guerre. Cette thèse est aujourd’hui remise en question. En effet, différents historiens et chercheurs estiment que les États-Unis ont eu recours à la bombe nucléaire, dans une logique de Guerre froide naissante, pour intimider les Soviétiques et non pour accélérer la fin de guerre.

 



“The insurgent Counter-insurgent: the french army’s hero and some truths about modern warfare”

Michael Shurkin, War on the Rocks, 25 juillet 2019

(source unique)

Michael Shurkin, chercheur américain en sciences politiques de la RAND Corporation, a rédigé un article sur le commandant de Saint Marc, Grand-croix de la Légion d’honneur, éteint le 26 août 2013 à l’âge de 91 ans. Résistant en 1941, le commandant est déporté à Buchenwald en 1943. Diplômé de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, il rejoint la Légion étrangère et part pour le Tonkin en 1948 où il commande les partisans autochtones qu’il mène jusqu’à l’évacuation de la région. Le capitaine de Saint Marc rejoint ensuite en 1951 le 2e BEP (bataillon étranger parachutistes). Il est de tous les combats de l’Indochine française jusqu’en 1954, lorsqu’il rejoint le premier Régiment étranger parachutistes (1er REP). Avec ce dernier, il participe à la prise du canal de Suez, puis à la guerre d’Algérie. Il participe en avril 1961 au putsch des généraux. Condamné à 10 ans de prison, il est gracié par le général De Gaulle au bout de 5 ans. Il est ensuite réhabilité en 1978, puis réintégré dans ses droits en 1982. Le commandant de Saint Marc écrit, à partir de 1995, différents ouvrages autobiographiques.

 



"70ème anniversaire des conventions de Genève"

Comité Internationale de la Croix-Rouge, 8 août 2019

(source unique)

Le 12 août 1949, 59 Etats ont ratifié quatre textes relatifs à la protection des personnes lors de conflits armés (populations civiles, les blessés, les prisonniers de guerre, le personnel humanitaire). Ces conventions visent à abolir le concept de “guerre totale” en établissant un cadre juridique aux conflits armés pour fixer des limites aux méthodes de guerre. Ces textes ont été, depuis, mondialement ratifiés et s’appliquent donc à tous les conflits armées, internationaux ou non. Ces conventions restent aujourd’hui pertinentes, dans la mesure où la nature des conflits évolue (terrorisme, guerre asymétrique), tout en posant de nouveaux défis à ces conventions.

 

 

Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur
Image

Saut de ligne
Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne