Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Les principes de la guerre et la réponse opérationnelle de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris
Par le CBA LE CORRE Yann
Image
Institution militaire en charge de la défense de l’agglomérat ion parisienne, le régiment a su mettre en œuvre, dès la fin du XIXème siècle, sous l’effet du commandement militaire de l’époque, les tactiques les plus modernes appliquées dans l’armée française pour répondre avec efficacité aux risques. Le régiment a su en effet rapidement s’approprier les principes de la guerre enseignés dans les armées. Dans la lutte contre l’incendie puis plus tard dans la gestion des catastrophes urbaines, le régiment devenu bataillon puis brigade a su conserver ses principes directeurs.
Séparateur
La stabilisation : phase décisive des conflits actuels
Par le CBA GELGON Sébastien
Image
Schéma du concept américain de stabilisation. Source : US Civil-Military Strategic Framework for Afghanistan (oct. 2012). Eclairage doctrinal à partir du cas afghan.
Séparateur
D’une stratégie à l'autre
Par le Chef d’escadron Pierre PILLEBOUT
Image
Dans son livre «D'un château l'autre», Louis-Ferdinand Céline déroute le lecteur en l'entraînant sans transition d'un «château» à l'autre… Après avoir décrit son triste destin dans le château-fort imaginaire de sa résidence de Meudon après la 2ème Guerre mondiale, l’auteur décrit le château de Sigmaringen, en Allemagne, où le gouvernement de Vichy et l'auteur avec lui, trouvèrent refuge en 1944. Depuis les années 1950, les entreprises se sont saisies du terme de «stratégie» jusqu'alors chasse gardée des militaires, ainsi que d'un vaste champ lexical connexe. Cette appropriation est-elle logique et opportune ou est-elle plutôt, comme pour les châteaux du roman de Céline, une juxtaposition de concepts sans rapport autre que métaphorique entre eux?
Séparateur
«Knowledge Development» , à quelle fin?
Par le Chef d’escadrons Rémy SONGEUR
Image
Cet article porte sur le nouveau concept de «knowledge development» adopté par l’OTAN. L’auteur analyse ce phénomène et défend une adaptation possible au sein des structures militaires françaises. Toutefois, il interpelle sur le risque que la connaissance devienne une fin en soi. Toute connaissance est la réponse à une question. Elle doit satisfaire des besoins qui sont ceux liés à la compréhension d’une situation et d’un adversaire complexes en vue de prendre une décision opérationnelle juste.
Séparateur
La Cavalerie Blindée doit elle agir démontée ?
Par le CES ROSTAIN
Image
Au cours de son histoire, la Cavalerie blindée ou non, a constamment évolué entre le « tout embarqué » et le « tout démonté », au gré des opérations, selon que l’issue des combats reposait sur la vitesse et le choc, ou davantage dans l’aptitude au contrôle des espaces au milieu des populations. Cet invariant est toujours d’actualité, et la cavalerie Blindée est encore confrontée au dilemme récurrent de l’adaptation de ses structures et de son organisation à ses engagements. Aujourd’hui, ce défi d’adaptation comprend une difficulté accrue, en raison de la recrudescence de la diversité des sollicitations opérationnelles, et de la nécessité de s’adapter aux mutations des engagements vers la contre-rébellion. L’une des conséquences indirectes de ces facteurs est aussi le recours aux unités de cavalerie blindée pour compenser le déficit en unités d’infanterie. C’est ainsi qu’au début 2009, deux escadrons sont déployés, au Sénégal et à Djibouti, sur des structures de compagnie d’infanterie. Enfin, la mise en œuvre de la PEGP (Politique d’Emploi et de Gestion des Parcs), en limitant la ressource de blindés dans les régiments, encourage à faire des choix de réorganisation radicaux.
Séparateur