Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Chronos, dieu de la guerre ?
Par le chef de bataillon Geoffroy RONDET
Image
«Le moment est le dieu de la guerre, c’est lui qui y décide de tout» Le temps est une donnée relative et irréversible. C’est pourquoi sa gestion demande une véritable réflexion de la part du décideur afin d'être maîtrisée et d'être ainsi un facteur de domination de l'adversaire.
Séparateur
Doit-on enseigner Sun Tzu aux militaires ?
Par DESTIA
Image
La plupart des écoles de commerce enseignent les préceptes de Sun Tzu. Paradoxalement, bien que la connaissance de L’art de la guerre relève de l’attendu pour chaque officier, son étude ne fait quasiment pas partie de l’enseignement militaire français. La place du stratège chinois ne mériterait-elle pas d’être mieux considérée dans nos académies ? Après avoir brossé le tableau de la situation en France et dans le reste du monde, nous chercherons à déterminer si l’étude de L’art de la guerre présenterait un réel intérêt pour l’instruction tactique du militaire, et s’il serait alors justifié d’y consacrer quelques heures de cours en école de formation des officiers, à l’Ecole d’Etat-Major, à l’Ecole de Guerre voire au Centre des Hautes Etudes Militaires. Au final, nous verrons que si nombre de préceptes de Sun Tzu demeurent d’une étonnante pertinence et auraient toute légitimité à être transmis, la structure des études militaires françaises n’est guère sujette à recevoir un tel enseignement. Néanmoins, quelques substantielles modifications pourraient être apportées afin d’améliorer la situation actuelle.
Séparateur
26 mars 1351 - Le combat des trente - Guerre de succession de Bretagne
Par DESTIA
Image
Le combat des Trente est un fameux épisode de la guerre de succession de Bretagne qui se déroula le 26 mars 1351 en pays Vannetais, entre Josselin et Ploërmel, près du « chêne de la lande de Mi-Voie ».
Séparateur
La bataille de Craonne - 7 mars 1814 (1)
Par DESTIA
Image
Napoléon tente de faire échec à la marche sur Paris de trois armées coalisées (Winzegrode, Schwartzenberg et Blücher). Son armée est trop peu nombreuse pour obtenir un succès décisif. Après une brillante campagne de février, Napoléon délaisse au Sud Schwartzenberg, pour marcher vers le Nord à la poursuite de Blücher. Le 2 mars, il franchit la Marne à la Ferté-sous-Jouarre.2 Après la capitulation de Soissons le 3 mars, les forces coalisées (Blücher au Sud et Winzegrode au Nord) peuvent opérer leur jonction. Ne pouvant plus emporter la décision sur Blücher au Sud de l’Aisne, Napoléon cherche donc l’affrontement au Nord de la rivière.
Séparateur
Ferdinand FOCH (1851-1929)
Par Monsieur MARTIN MOTTE
Image
On ne présente pas le Maréchal Foch, le vainqueur de 1918, ou du moins – ce qui revient au même – celui qu’on aurait accusé de la défaite si défaite il y avait eu, pour paraphraser son collègue Joffre. Moins connu du grand public est le colonel Foch, professeur à l’École supérieure de Guerre et auteur en 1903 des «Principes de la guerre». De son propre aveu, ce livre ne constitue pas «un exposé complet, méthodique, encore moins académique de l’art de la guerre, mais simplement une discussion de quelques points principaux de la conduite des troupes et surtout l’orientation à donner à l’esprit pour qu’il conçoive toujours une manœuvre rationnelle». À plus d’un siècle de distance cependant, les Principes se lisent toujours avec profit, comme en témoigne leur réédition préfacée par le général Desportes[1]. D’autre part, un colloque international a montré la continuité entre le théoricien de 1903, vierge encore de toute expérience guerrière, et le praticien révélé par la Grande Guerre[2]. Après des décennies de purgatoires donc, Foch est de nouveau apprécié à sa juste valeur.
Séparateur