Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
Le fonctionnement d’une coalition au XXIème siècle : l’exemple des Operations «Enduring Freedom» (OEF)et «Iraqi Freedom» (OIF)
Par le Lieutenant-colonel Didier JAMME
Image
«J’admire beaucoup moins Napoléon depuis que je commande une coalition!» Maréchal FOCH. L’état-major américain CENTCOM est un des cinq grands commandements interarmées dont la responsabilité régionale s’étend du Kenya au Kazakhstan et du Liban au Pakistan. A ce titre, son chef, le général Abizaid commande au niveau, simultanément, les conflits iraquien et afghan stratégique soit depuis Tampa sur une base de l’armée de l’air en Floride, soit depuis un PC avancé au Qatar. Au nom de la lutte globale contre le terrorisme, 64 pays, dont la France comme la plupart des grands pays européens, font partie de la coalition engagée dans la Long War soit au titre d’OEF, soit au titre d’OIF, soit au titre des deux opérations.
Séparateur
Le maréchal Foch et le commandement interalliés
Lieutenant colonel Claude FRANC
Image
Si tout le monde a en mémoire la décision prise à Doullens le 26 mars 1918 par les gouvernements français et britannique de confier à FOCH la « coordination » des armées alliées alors en pleine déroute face à l’offensive allemande, coordination rapidement transformée en véritable commandement interalliés, les conditions effectives de l’exercice de son commandement sont moins connues.
Séparateur
L’équation stratégique en Europe 1939 – 1940
Par le Lieutenant-colonel CLAUDE FRANC
Image
Inconséquence française, sagacité russe, ténacité et flegme britanniques ont-ils scellé dès 1939 l’issue de la seconde guerre mondiale? C’est la thèse que nous présente l’auteur, qui montre qu’à partir des choix et des non choix faits à cette époque, la situation initiale ne pouvait conduire qu’au succès de l’Allemagne dans un premier temps. Mais que les choix stratégiques russe et britannique, aidés par l’inconstance allemande ultérieure, ne pouvaient qu’à aboutir à la victoire des alliés..
Séparateur
Les guerres des Boers 1880-1881 et 1899-1902
Par DESTIA
Image
En 1877, le Transvaal est menacé par une offensive imminente des armées zoulous en provenance du Natal. Lord Carnavon, le ministre des colonies britanniques, veut profiter de la situation pour proposer l’annexion aux Boers et pour envoyer des troupes qui prennent le contrôle de la région. C’est soutenu par Piet Joubert et Marthinus Wessel Pretorius que Paul Kruger, leader charismatique des Boers, refuse alors cet état de fait. Il organise une résistance armée qui n’est opérationnelle qu’à la fin de l’année 1880. Le 16 décembre 1880, les rebelles boers proclament l’indépendance du Transvaal à Potchefstroom..
Séparateur
L'Iran en quête de puissance : de 1934 à 1938, une analyse militaire française
Par le Chef de bataillon CHRISTOPHE AYZAC [1] et Monsieur ATA AYATI [2] [3]
Image
À l’heure où l’Iran projette sur la scène internationale l’image d’une nation gagnée par un fondamentalisme suicidaire, prête à en découdre avec les puissances pour conserver son «droit absolu» à l’énergie nucléaire, les scénarios les plus apocalyptiques glacent d’effroi le téléspectateur du 20 heures comme les diplomates des chancelleries occidentales. Pourtant, si les joutes millénaristes auxquelles se livrent Mahmoud Ahmadinejad et Georges Bush donnent corps aux projections les plus pessimistes, la course à l’atome engagée par Téhéran relève plus de la volonté de sanctuariser l’indépendance d’un ancien empire universel que d’un moyen illimité de destruction destiné à semer la terreur parmi les «fils de Sion».
Séparateur