Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Séparateur
De la mesure dans la mesure...
Par le chef de bataillon CYPRYK
Image
A l’heure où les dernières unités combattantes françaises ont été rapatriées sur le sol national auréolées d’un succès unanimement reconnu, un certain nombre d’enseignements peut être dégagé du théâtre afghan.
Séparateur
Le bilan des pertes ennemies en contre-rébellion : facteur d’efficacité tactique ou nécessité politique ?
Par le CBAMARGUET Antoine
Image
Le bilan des pertes ennemies en opération de contre-rébellion peut parfois apparaitre comme une nécessité politique. Cette perspective est cependant un facteur de danger pour les unités de l’armée de Terre engagées dans ces opérations.
Séparateur
La stabilisation : phase décisive des conflits actuels
Par le CBA GELGON Sébastien
Image
Schéma du concept américain de stabilisation. Source : US Civil-Military Strategic Framework for Afghanistan (oct. 2012). Eclairage doctrinal à partir du cas afghan.
Séparateur
L’ouverture française aux sociétés militaires privées, de la concurrence tacite a la complémentarité tactique?
Par le Chef d’escadrons CADOUX
Image
L’irruption des SMP dans la sphère du combat devient de plus en plus prégnante non seulement à l’étranger, mais aussi, plus modestement pour l’instant, en France. S’appuyant sur les travaux d’experts et de parlementaires, l’auteur plaide pour un élargissement de la réflexion débouchant à terme sur une coopération plus importante avec les forces armées.
Séparateur
Le processus d’évolution tactique de l’armée française pendant la Grande Guerre
Par le Chef de Bataillon MICHEL GOYA
Image
Lorsque sonne l’armistice du 11 novembre 1918, l’armée française est la plus moderne du monde. Son infanterie se déplace en camions d’un point à un autre du front et quand elle se bat, elle combine l’action des chars légers avec celle de groupes de combat puissamment armés. Des escadrilles d’aéroplanes la survolent, harcèlent l’ennemi, l’aveuglent de fumigènes ou le désignent à une artillerie omniprésente. Cette armée « industrielle » renvoie alors les gros bataillons d’août 1914 à un autre siècle. L’armée française, sous la pression d’un terrible défi, a donc « rattrapé » l’histoire en quelques années, s’accordant enfin avec les mutations technologiques de son temps.
Séparateur