Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Saut de ligne

Les articles à la une

✅ L’adaptabilité de la BSPP aux enjeux futurs et exceptionnelsPublié le 20/01/2020

Revue de doctrine des forces terrestres
Lieutenant-colonel Gabriel Plus, BSPP

En 2017, la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) a réalisé plus de 500 000 interventions au profit des habitants de la plaque parisienne, un nombre jamais atteint. La BSPP est très préoccupée par cette sur-sollicitation opérationnelle qui touche principalement le domaine du secours à personne et à laquelle s’ajoute une augmentation des agressions contre les « anges gardiens » de la cité. Cette mission altruiste de protection des personnes et de sauvegarde des biens est remplie par les 8500 hommes et femmes qui viennent de toute la France. Autour des principes séculaires d’équité, de gratuité et d’efficience qui constituent la matrice d’excellence de cette unité militaire plus que bicentenaire, la BSPP doit préparer les enjeux de la mégapole parisienne tels que le Grand Paris et les JO 2024 dans un contexte de menace terroriste durable.

La conception du combat urbain par l'armée française de 1936 à 1996Publié le 18/01/2020

cahier de la pensée mili-Terre
Monsieur Ronan HILL

Dans l’avenir, 80% des conflits auront pour cadre les villes. Si l'armée française n'a réfléchi que tardivement à la prise en compte du milieu urbain au sein de sa doctrine, M. Ronan Hill considère qu’il convient de corriger ce point de vue. Cette réflexion a bel et bien existé, d'abord théoriquement entre les années 1955 et 1970, puis physiquement dans les décennies 1980-1990.

L’artillerie en combat urbainPublié le 17/01/2020

cahier de la pensée mili-Terre
le Colonel Olivier FORT

Le combat en zone urbaine est exigeant en termes d’appui. Le Colonel Olivier Fort montre comment utiliser le milieu urbain, mais aussi l’avantage que procure la permanence des feux de l’artillerie dans les affrontements en ville, en insistant tout particulièrement sur le besoin de la munition de précision

 

Quelques réflexions autour de Gladiator 2/2Publié le 16/01/2020

Revue de tactique générale - La bataille
Colonel Fabrice CLÉE, chef du pôle études et prospective

Cette conceptualisation  relativement claire du combat souffre toutefois d’un certain nombre de limites flagrantes. La nature, la forme et la dimen­sion de la bataille ont en effet considérablement varié au fil des siècles et notamment à partir de l’entrée dans l’ère industrielle.

Quelques réflexions autour de Gladiator 1/2Publié le 15/01/2020

Revue de tactique générale - La bataille
Colonel Fabrice CLÉE, chef du pôle études et prospective

La  scène  de  bataille ouvrant l’excellent peplum du réalisateur américain Ridley Scott se déroule vers 180 après J.­C., date de la mort de l’empereur Marc­ Aurèle. Comme bon nombre de réalisa­tions hollywoodiennes, ce film destiné à un large public ne doit pas être retenu pour la rigueur historique, tant de son scénario, que de la représentations du combat en lui-­même, émaillée de nombreuses incohérences ou anachronismes. Pour l’historien Thierry Widemann, « En dehors du fait qu’aucune bataille décisive n’a eu lieu en 180, année de la mort de Marc Aurèle, on voit l’artillerie envoyer des projectiles à plus de 1km alors que la portée des balistes romaines ne dépassait pas 300 m.

L’art opératif soviétique et ses enseignements dans les opérations contemporainesPublié le 14/01/2020

Cahiers de la pensée mili-Terre
Commandant Carlo CONTE (Italie), et Chefs de bataillon Baptiste THOMAS et Quentin WATRIN

L’art opératif soviétique est un courant de pensée, développé dans les années 1930 en Union soviétique, et qui se définit comme une discipline de l’art de la guerre qui vise à inscrire les actions tactiques dans une finalité stratégique et leur donner du sens. Relativement méconnue, cette pensée sur l’art opératif a pourtant constitué un changement doctrinal significatif et a révélé son efficacité lors de la Seconde Guerre mondiale. Cet article présente les applications actuelles variées de l’art opératif et montre dans quelle mesure l’approche soviétique reste pertinente dans la conduite des opérations malgré l’évolution des cadres d’action.

La digitalisation de l’exploitation de la donnéePublié le 13/01/2020

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-Colonel Victor LE BIHAN

Le cyberespace s’est étendu de façon extrêmement rapide et est devenu intrinsèque de notre société. Il est un lieu d’expression et de libertés individuelles, d’échange et de création de richesses.

BattrePublié le 11/01/2020

Revue militaire générale n°54
Colonel Christophe de LAJUDIE

On avait initialement envisagé de deviser ici sur le mot « bataille » et ses dérivés mais il nous est apparu que « battre », d’où est issu  « bataille », avait rang de préséance. C’est pourquoi on reparlera de bataille, de combat, et de bataillon, dans une prochaine livraison de votre revue.

Battre nous vient du latin battuere qui signifie frapper, et le plus souvent de façon répétée, comme fait le maréchal qui bat le fer tant qu’il est chaud mais le bat froid à qui ne lui revient pas. C’est le principe même de la guerre et d’une bonne partie du vocabulaire guerrier à la fois, ce qui lui donne la préséance.

Les généraux commandants d’armée de 1914 à 1918.Publié le 09/01/2020

cahier de la pensée mili-Terre
le lieutenant-colonel Claude FRANC

Déjà mise sur pied de manière empirique en 1870, l’armée en tant qu’échelon de commandement constitué organiquement n’est apparue en France pour la première fois opérationnellement qu’en 1914. Par l’introduction du niveau du groupe d’armées en 1915, l’Armée s’est trouvée être à la charnière du domaine tactique (corps d’armée et division) et opératif que constituait ce nouvel échelon de commandement.

L’importance des villes dans la guerrePublié le 08/01/2020

La guerre de siège de l’antiquité à nos jours
le Colonel Claude FRANC

Pourquoi cet intérêt militaire marqué pour les villes ? Le Colonel Franc montre que la réponse est complexe, tient autant à des motifs conjoncturels que structurels, et évolue en fonction des périodes de l’histoire.

Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne