Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Saut de ligne

Les articles à la une

Action militaire au contact des populations : la tactique, c’est aussi le dialoguePublié le 31/03/2019

Revue militaire générale n°54
le chef de bataillon Clément GLEIYSE

Monté en puissance au niveau opératif, le concept d’influence permet au militaire d’agir simultanément dans le champ matériel et dans celui des perceptions. En revanche, aucun effort ne semble avoir été fait au niveau tactique pour que le soldat accomplisse mieux son travail d’influence au contact des populations. Alors même qu’il s’agit d’une des vitrines de l’armée de Terre, il est donc intéressant de se demander sur quoi repose réellement ce savoir-faire du soldat français en matière d’intégration au milieu des populations. Cet article milite pour la préservation d’une certaine « French touch » et montre que les GTIA doivent mener des actions d’influence à leur échelle sans l’intervention systématique de spécialistes.

 

Les deux guerres mondiales, des guerres de corps d’armées 4/4Publié le 30/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille - le corps d'armée français
le colonel (R) Claude FRANC

Dans le souci de préservation de ses effectifs, Pétain obtient très rapi­dement du G.Q.G. que les grandes unités entrant dans la composition de la IIe armée ne soient pas organiques, mais que l’ensemble des divisions d’infanterie de l’armée française tournent à Verdun, de manière à conserver en permanence un niveau élevé de capacité opérationnelle, seule l’arma­ture des corps d’armée demeurant permanente.

Les deux guerres mondiales, des guerres de corps d’armées 3/4Publié le 29/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille - le corps d'armée français
le colonel (R) Claude FRANC

Du corps d ’armée rigide à l ’adaptation du C.A. à la bataille

L’impératif de donner aux corps d’armée une structure moins rigide est apparue dès qu’il s’est agi de conduire des actions offensives. Les deux divisions organiques étaient en effet insuffisantes pour mener des attaques sur un front et une profondeur suffisante : 3, 4, parfois 5 divisions ont été estimées nécessaires pour un corps d’armée.

 

De la création à la consécration. 1804-1914 2/4Publié le 28/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille - le corps d'armée français
le colonel (R) Claude FRANC

Boulogne  1804. Napoléon  crée  le  corps  d ’armée. La  bataille napoléonienne

Au moment de la constitution de la Grande Armée, suite à la rupture de la Paix d’Amiens en 1803, l’Empereur cherche à la réorganiser à sa main. Si le système divisionnaire a fait ses preuves, il est incomplet, en ce sens qu’il multiplie beaucoup trop les subordonnés directs de Napoléon...

Le corps d’armée français Essai de mise en perspective 1/4Publié le 27/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille - le corps d'armée français
le colonel (R) Claude FRANC.

Depuis sa création en 1804 par Napoléon pour parfaire le système divisionnaire qui tenait la place de clé de voûte de l’organisation de la Grande Armée, le Corps d’Armée a toujours constitué le niveau majeur de conception et de conduite de la bataille, l’Armée se situant à la charnière du niveau tactique vers les niveaux supérieurs, opératif et stra­ tégique, et la division étant généralement reléguée au niveau d’exécution de la manœuvre conçue par le Corps d’Armée.

Les saboteurs de l’ombre - La guerre secrète de Churchill contre HitlerPublié le 26/03/2019

Revue militaire générale n°54
Madame le Professeur Françoise THIBAUT

Etonnant. Très intéressant et bien écrit par un historien britannique – Giles Milton – fort bien documenté. Certaines archives n’ont été ouvertes qu’à partir de 1978, voire même encore plus récemment. L’ouvrage complète opportunément ce que l’on sait déjà du SOE (Special Operations Executive) britannique,  et surtout des institutions de guerre secrète que Winston Churchill a mises en place dès juillet 1939 avec peu de moyens et dont il était le seul responsable.

BattrePublié le 25/03/2019

Revue militaire générale n°54
Colonel Christophe de LAJUDIE

On avait initialement envisagé de deviser ici sur le mot « bataille » et ses dérivés mais il nous est apparu que « battre », d’où est issu  « bataille », avait rang de préséance. C’est pourquoi on reparlera de bataille, de combat, et de bataillon, dans une prochaine livraison de votre revue.

Battre nous vient du latin battuere qui signifie frapper, et le plus souvent de façon répétée, comme fait le maréchal qui bat le fer tant qu’il est chaud mais le bat froid à qui ne lui revient pas. C’est le principe même de la guerre et d’une bonne partie du vocabulaire guerrier à la fois, ce qui lui donne la préséance.

L’arc anglais face à l’arbalète et face à la chevalerie : vraies fausses leçons de tactique 2/2Publié le 24/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille
Colonel Christophe de LAJUDIE

« Leçons » et adaptations

À Crécy­en­Ponthieu (1346), le tir des archers anglais retranchés sur une éminence commandant une prairie basse et détrempée met en grand désarroi les arbalétriers génois, statiques et incapables de s’en protéger comme de les contrebattre4. La charge désordonnée des gens d’armes, à cheval, ralentie par le bourbier, offre une cible quasi­fixe idéale aux tirs de saturation.

L’arc anglais face à l’arbalète et face à la chevalerie : vraies fausses leçons de tactique 1/2Publié le 23/03/2019

Revue de tactique générale - La bataille
Colonel Christophe de LAJUDIE

On peut lire sur une page « histoire » d’un site régional1 le jugement suivant : « La victoire des Anglais à Crécy fut une victoire de l’obéissance sur l’indiscipline, de l’organisation sur l’imprévoyance, de l’arc anglais sur l’arbalète génoise… La bataille de Crécy constitue pour l’histoire  un événe- ment considérable dans la mesure où pour la première fois la chevalerie sera battue par l’infanterie. » Ce résumé n’a rien d’extraordinaire ni ne prouve une particulière incompétence : on en entend de pareils très régulière­ ment dans nos amphithéâtres et nos salles de travail. Ordinairement, le but du propos est de faire passer d’avance pour « rétrograde » l’argumen­ taire de toute personne se hasardant à mettre en cause la pertinence des doctrines tactiques que nous qualifierons « d’avant­garde », doctrines reposant au moins en partie sur l’idée que les nouveautés techniques régleront les problèmes tactiques.

 

Vers de nouveaux concepts cryptographiques 2/2Publié le 22/03/2019

Revue militaire générale n°54
le chef de bataillon Mathieu MORALES

L’ ordinateur quantique

La célèbre loi de Moore prévoyait que le nombre de transistors sur un microprocesseur doublerait tous les dix-huit mois. En se basant sur ces calculs, en 2020, la taille d’un transistor approchera celle d’un atome, ce qui marquera la fin de la loi de Moore alors que les besoins en capacité de calcul continuent d’augmenter. Il fallait donc imaginer un nouveau type d’ordinateur utilisant les propriétés quantiques de l’atome.

Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne