Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Rechercher
 
Saut de ligne
Afficher
Saut de ligne
Saut de ligne
Autres sources
Saut de ligne

Les articles à la une

EN ECOUTANT LE MARECHAL FOCH Publié le 19/05/2019

cahier de la pensée mili-Terre
le Chef de bataillon Alain LARDET

Le rédacteur ne dispose pas d’informations précises sur l’auteur. Membre de l’Etat-major du maréchal FOCH, alors président du « Comité militaire allié de Versailles » chargé d’assurer l’exécution des clauses militaires du traité de paix, le commandant Charles BUGNET fut dès 1921 choisi comme Officier d’ordonnance. Cette fonction le mit au contact du maréchal jusqu’en 1929. L’essentiel des informations est ainsi fourni puisque ce témoignage est clairement présenté comme l’œuvre apologétique « à chaud » d’un disciple marqué par huit années d’intimité avec son maître.

La digitalisation de l’exploitation de la donnéePublié le 19/05/2019

cahier de la pensée mili-Terre
le Lieutenant-Colonel Victor LE BIHAN

Le cyberespace s’est étendu de façon extrêmement rapide et est devenu intrinsèque de notre société. Il est un lieu d’expression et de libertés individuelles, d’échange et de création de richesses.

Des zouaves pontificaux aux «volontaires de l’ouest»Publié le 18/05/2019

cahier de la pensée mili-Terre
Laurent GRUAZ

Monsieur Laurent Gruaz nous décrit la transformation de ces volontaires franco-belges devenus zouaves pontificaux, en volontaires de l’Ouest, combattant en 1870 sous les armes de France. Foi en un idéal, esprit de corps, pouvoir d’entraînement des chefs sont les mots-clefs de cette véritable et originale saga.

L'enlisement des armées occidentales: une mise en perspective 3/3Publié le 18/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Guillaume Lasconjarias, du pôle études et prospective du CDEC

L’autre problème tient à la question des effectifs à engager. La particularité des engagements récents est qu’ils débutent souvent en étant sous-dimensionnés par rapport à ce que la situation exigerait. En Afghanistan, quelles que soient les doctrines employées par les nations impliquées, le nombre de troupes déployées reste toujours trop modeste pour couvrir la population et le terrain.

L'enlisement des armées occidentales: une mise en perspective 1/3Publié le 17/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Guillaume Lasconjarias, du pôle études et prospective du CDEC

En octobre 1964, alors que les conseillers du président Johnson réfléchissent aux modalités qui  conduisent  à  inexorablement  accroître l’effort de guerre au Vietnam, le sous-secrétaire d’État George Ball rédige un mémorandum qui s’achève par ces mots prophétiques : « Une fois sur le dos du tigre, nous ne sommes pas certains de choisir l’endroit où descendre »1.

Les opérations récentes menées par les forces armées occidentales, par l’Amérique et ses alliés, en Irak comme en Afghanistan, semblent frappées de la même malédiction : un début rapide, avec une démonstration de la puissance militaire et technologique qui se concrétise par des succès indéniables avant de se prolonger par une campagne de plus en plus longue, sans gain notable et avec à la clé un coût humain et matériel croissant, qui inquiète les décideurs politiques et donne aux influenceurs médiatiques l’opportunité de s’interroger sur la pertinence de l’engagement initial. 

L'enlisement des armées occidentales: une mise en perspective 2/3Publié le 17/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Guillaume Lasconjarias, du pôle études et prospective du CDEC

Ce crescendo n’est pas sans évoquer la situation qui suit l’engagement en Afghanistan, à partir de la fin 2001. Née de la mission qui vise à éradiquer Al-Quaida (AQ), tuer son chef Oussama Ben Laden et à punir le régime taliban qui l’a protégé, l’Opération Enduring Freedom (OEF – Liberté immuable) parvient en quelques semaines à reprendre Kaboul, à renverser les talibans dont les chefs fuient ou se cachent, tandis que les terroristes d’AQ se terrent dans les montagnes de Tora Bora, implacablement pourchassés par les forces spéciales américaines.

L’esprit guerrier: le renouvellement du rôle social de l’armée de Terre 3/3Publié le 16/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Erwin BRUDER de l’Ecole de Guerre-Terre

Le renouvellement du rôle social de l’armée de Terre

Ce développement de l’esprit guerrier s’envisage selon un processus de long terme: cultiver l’aguerrissement comme le mode de vie de l’armée de Terre, mettre en avant sa dimension morale, le partager au sein de la société.

 

L’esprit guerrier: le renouvellement du rôle social de l’armée de Terre 2/3Publié le 15/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Erwin BRUDER de l’Ecole de Guerre-Terre

Les défis d’aujourd’hui et de demain

Si certains phénomènes majeurs sont appelés à le demeurer, comme l’impact de la technologie, d’autres plus disruptifs s’invitent au premier plan, au moins pour la décennie à venir. Ainsi, le retour du combat de haute intensité interroge sur le capital guerrier disponible au sein de la jeune génération et plus globalement sur la résilience nationale.

L’esprit guerrier: le renouvellement du rôle social de l’armée de Terre 1/3Publié le 15/05/2019

BRENNUS 4.0
le chef de bataillon Erwin BRUDER de l’Ecole de Guerre-Terre

«Dans l’existence on ne réussit que si l’on est obsédé par une idée. Actuellement vous devez être obsédés par votre rentrée dans la bataille. Mais à partir du moment où vous aurez mis le pied sur la terre française, soyez obsédés par la conviction que nous ne nous relèverons pas avec des paroles ou des affirmations. Il nous faudra un effort gigantesque ».[1] C’est en ces termes que le Maréchal Leclerc s’adressait aux officiers de la 2e division blindée réunis dans son quartier général de Dalton Hall en Angleterre le 21 juin 1944, à quelques semaines de leur engagement.

Le partenariat militaire opérationnel aujourd’huiPublié le 14/05/2019

BRENNUS 4.0
le colonel Alain Vidal

L'armée française possède une très riche et très ancienne expérience en matière de coopération de Défense. Si son passé colonial n’est pas étranger à l’acquisition des savoir-faire et savoir-être relatifs à cette expertise, il serait réducteur d’en faire l’unique fondement des succès enregistrés dans ce domaine. Sans doute faut-il chercher plus profondément dans notre conscience collective cette capacité à échanger avec d’autres cultures, mais aussi et sans doute, dans la qualité de la formation de nos cadres qui confère à notre outil militaire la robustesse qui lui est reconnue.

Saut de ligne

Pensées mili-terre

Centre de doctrine et d’enseignement
du commandement

© 2017 CDEC. Tous droits réservés.
Réalisation CDEC/BFAO & SAILING.
Powered by WysiUp.

Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne

Contribution

Image
Cet espace permet à tous de contribuer collectivement à la Pensée mili-terre et au rayonnement de l'Armée de Terre, en partageant réflexions, débats stratégiques, et commentaires historiques.
Saut de ligne
Saut de ligne

Newsletter Pensées mili-terre

Image
Vous souhaitez reçevoir régulièrement la newsletter PENSÉES MILI-TERRE, rien de plus simple ! abonnez-vous gratuitement en complétant les champs ci-dessous.
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Image
 
Saut de ligne
Saut de ligne